Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



#Etude #RGPD : Quelle importance pour les données sur le plan stratégique ?


1/5 des professionnels de la fonction finance en France estiment que la valeur de leurs données représente plus de la moitié du chiffre d’affaires de leur entreprise. 34% des départements financiers ne sont pourtant pas proactifs et s’en remettent entièrement au service informatique pour assurer leur sécurité.



Les résultats d’une étude menée par BlackLine (NASDAQ: BL), leader mondial des solutions de digitalisation des fonctions comptable et financière basées sur un modèle « Continuous Accounting » révèlent l’importance colossale prise par les données au sein des entreprises françaises : leur valeur atteindrait 35% du chiffre d’affaires en moyenne pour celles dont le CA total se situe entre 50 et 250 millions d’Euros, et jusqu’à 39% lorsqu’il dépasse ce chiffre (250 à 500 M€). Face à ce phénomène, et compte tenu de la médiatisation grandissante du sujet suite à l’entrée en vigueur du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), les départements financiers et comptables se doivent d’être de plus en plus prudents en matière de sécurité, afin de protéger ces mines d’or. Et au besoin, d’adapter leurs comportements.

Menée auprès de directeurs financiers, responsables financiers et comptables en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Australie, pour un échantillon total de 900 personnes interrogées, l’enquête, commanditée par BlackLine et opérée par Censuswide, indique notamment que ce sont les Européens qui accordent le plus de valeur aux données. La France, où 21% des sondés considèrent que celles-ci représentent plus de la moitié du chiffre d’affaires de leur entreprise, est championne de cette catégorie, suivie de près par l’Allemagne (20%), tandis que le Royaume-Uni fait baisser la moyenne du continent (11%). À noter que l’immense majorité (91%) des Français ayant participé à l’enquête estiment que les données devraient être valorisées au bilan des entreprises. Une tendance qui se confirme aussi chez nos voisins Allemands (82%) et Britanniques (71%), bien qu’elle n’y soit pas aussi marquée que chez nous.

Compte tenu de ces chiffres, il est étonnant de constater que plus d’un tiers (34 %) des départements financiers français ne sont pas proactifs en matière de sécurité, et s’en remettent entièrement au service informatique de leur entreprise pour veiller sur leurs propres données. Un chiffre qui tombe à 29% à l’échelle de tous les pays et ne dépasse pas 22% aux États-Unis. En France, moins d’un département financier sur six (15%) joue un rôle hautement proactif et travaille en étroite collaboration avec l’équipe informatique pour garantir une sécurité optimale, tandis que plus de la moitié (52%) d’entre eux se fient complètement à ces équipes, se contentant seulement de maintenir leur système ERP à jour et de faire appliquer à leurs employés les bonnes pratiques de la cybersécurité.

Selon Lucie Bordelais, Responsable Développement de BlackLine France, « Malgré la valeur indéniable des données et l’importance qu’elles occupent sur le plan européen, en témoigne l’entrée en vigueur de la RGPD, trop peu de départements financier ont mesuré l’importance de leur rôle dans la protection de ces données. Attention, car se reposer uniquement sur le service informatique pour réduire les menaces potentielles n’est pas suffisant. La vulnérabilité des entreprises est souvent d’ordre humain. Tous les acteurs de l’entreprise doivent dès lors prendre conscience des risques potentiels, savoir comment s’en prémunir et connaître les écueils à éviter afin d’y faire face. »

Nous avons récemment pu voir que, en cas de perte, vol ou corruption des données, les conséquences peuvent vite s’avérer importantes. Mais quelles conséquences exactement ? Selon l’étude, 36% des sondés en France considèrent que la pire conséquence serait l’atteinte à la réputation de l’entreprise, mais d’autres éléments sont également pointés du doigt, tels l’exode éventuel de certains employés (selon 18% des professionnels interrogés), la recherche et l’embauche d’experts pour palier ces carences (15%) ou encore les coûts en matière de communication (14%). Seuls 10% considèrent les amendes et indemnisations potentielles comme la conséquence la plus critique d’une perte de données. Avec l’entrée en vigueur en Europe du RGPD, lequel prévoit des sanctions financières allant de 500 000 à 20 millions d’Euros ou 4% du chiffre d’affaires global de leur entreprise, les directeurs financiers pourraient être bien inspirés de renforcer contrôle et protection de leur données.

Méthodologie de l'étude
Cette enquête a été menée en ligne par Censuswide au mois d’août 2017 pour le compte de BlackLine auprès de 900 professionnels de la finance (directeurs financiers, comptables et responsables financiers) en Europe (France, Royaume-Uni et Allemagne), aux Etats-Unis et en Australie.

Ces professionnels travaillent pour de grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires important :
• Royaume-Uni > 50 millions de livres
• États-Unis > 150 millions de dollars américains
• France > 50 millions d’euros
• Allemagne > 50 millions d’euros
• Australie > 50 millions de dollars australiens

À propos de BlackLine
BlackLine, est le leader du marché des logiciels d'automatisation et d'optimisation du contrôle financier (EFCA, Enhanced Financial Controls and Automation), et l’un des quatre seuls fournisseurs à avoir été nommé par le Gartner parmi les leaders des solutions de gestion des performances financières des entreprises (FCPM, Financial Corporate Performance Management). Conçue pour centraliser et simplifier les processus de clôture financière pour les entreprises de toute taille, la plateforme de BlackLine complète les ERP et autres systèmes financiers déjà en place et permet aux organisations de produire des rapports financiers plus fiables et précis, d’améliorer leurs performances et d’accroître la visibilité sur leurs processus financiers et comptables.

La mission de BlackLine est d’améliorer la qualité, la précision et l’efficacité des processus comptables en centralisant les différentes fonctionnalités clés de ces opérations sur une plateforme cloud unique. Grâce à l’approche «Continuous Accounting » elle offre à ses clients la possibilité de remplacer les processus comptables traditionnels par un modèle d’amélioration continue intégrant l’automatisation, le contrôle et la gestion des tâches périodiques. Cette approche intègre l’automatisation en temps réel : les tâches et les contrôles liés à la clôture financière sont effectués sur des activités quotidiennes, permettant ainsi d’assouplir le calendrier de la fonction comptable, d’augmenter la productivité des équipes et de moderniser la fonction comptable et financière. Près de 2000 entreprises, pour un total de 178 000 utilisateurs dans plus de 130 pays font aujourd’hui confiance à BlackLine pour transformer et moderniser leurs processus financiers et comptables avec précision et transparence.

Le siège social de BlackLine se situe à Los Angeles, et compte de nombreuses filiales situées à Londres, Paris, Francfort, Singapour et Sydney.

Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.
- Sa lettre mensuelle Le Trésorier


Jeudi 14 Juin 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News