Quotidien Fintech & Blocktech / Daily News
              



Lundi 7 Décembre 2020

BREXIT, clap de fin ?


Lettre du 4 décembre 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Nous considérons que cette fin d’année est marquée par une baisse sensible du niveau général du risque dans la sphère réelle.
Parmi les trois facteurs de risque majeurs, un a disparu (le risque Trump) et un deuxième (l’épidémie de Coronavirus) s’atténue fortement. Nous serons bientôt fixés sur le troisième, le Brexit. Nous avons recommandé de profiter du « trou de marché » de la fin octobre pour revenir sur les actions, à l’occasion du stress de l’élection et de la deuxième phase épidémique.
Ce « trou de marché » qui devenait majeur les tous derniers jours d’octobre, a été finalement très court, trop court…. Début Novembre, la conjonction de l’élection de Joe Biden et de l’annonce par Pfizer de la découverte d’un vaccin efficace contre le virus a suscité une hausse considérable du cours des actions. Elle est totalement justifiée, même si son ampleur et sa vitesse étonnent toujours. C’est à nouveau l’état d’hyper liquidité qui explique la force de la hausse.
Il reste le troisième facteur de risque majeur qui, comme le risque Trump, a augmenté le niveau général du risque depuis 4 ans : le Brexit. Comme beaucoup d’observateurs las de ce dossier, nous avons renoncé à essayer de comprendre le déroulement des négociations en cours. Récemment, on a appris que plusieurs pays européens, dont la France, s’inquiétait d’un compromis trop favorable au Royaume Uni. L’Anglais est tenace et courageux, mais il est aussi perfide. Il considère que la victoire viendra à celui qui tiendra le plus longtemps possible sa position. Il considère avoir moins à perdre que les Européens. C’est faux. Cela serait vrai si nous étions ennemis, mais nous ne le sommes pas. On le sait depuis le début, et c’est encore plus vrai aujourd’hui : c’est le Royaume Uni, avec l’Inde, qui a subi la plus forte baisse de PIB en 2020. Cette semaine, deux grandes entreprises de distribution, Arcadia et Denbenhams, ont mis la clé sous la porte, privant de travail 25 000 britanniques. Ce n’est pas rien et cela montre la brutalité de la récession Outre-Manche. Les risques pris par Boris Johnson sont considérables. Comme, d’ailleurs, le risque sanitaire du lancement officiel d’une campagne massive de vaccination. Parmi les paradoxes de nos amis britanniques, on peut opposer leur caractère raisonnable et posé, à leur attirance pour le jeu et le pari. Boris Johnson est manifestement un joueur. Gageons qu’il ne se trompe pas sur l’efficacité et les effets secondaires du vaccin de Pfizer. Et qu’il ne précipite pas le Royaume Uni dans une récession encore plus longue et plus profonde en 2021…dont souffrirait l’Union Européenne.
Depuis le début, le détricotage des liens politiques entre la Perfide Albion et le Continent est extrêmement compliqué parce que contre nature. En effet, les liens économiques tissés depuis si longtemps par-dessus la Manche ont aboli la frontière politique. Le Royaume Uni fait totalement partie de l’ensemble économique européen, que M. Johnson le veuille ou non. Le Brexit va forcément mettre des entraves au commerce avec le continent ; dans moins d’un mois, avec ou sans accord, il sera plus difficile de faire des affaires avec le Royaume Uni. Il est probable, surtout si aucun accord digne de ce nom n’est trouvé, qu’il affecte sérieusement la conjoncture économique à un moment ou les effets de l’épidémie corona-virale se font bien sur encore sentir. L’Europe ne vaccinera pas en masse avant plusieurs mois. Le principe de précaution va s’appliquer, même si 60% des français seraient contre la vaccination. Nous pensons donc, comme courant octobre, qu’une éventuelle faiblesse significative du marché donnera une bonne occasion d’acheter des actions début 2021.
La première raison est purement technique : il est naturel que les marchés consolident la hausse de novembre, par une baisse d’au moins 5-7%, d’autant que l’€ vient de s’apprécier de 2% en quelques jours.
La seconde raison est plus structurelle. En effet, la baisse objective du niveau général du risque dans la sphère réelle est un puissant facteur de hausse. Le Brexit passe du risque à la réalité : mieux vaut gérer un problème réel que de s’en inquiéter. Comme par ailleurs, dans la sphère financière, la génération de liquidité se poursuit à un rythme très important, le résultat est bien connu. Après l’affaiblissement des cours lié au Brexit, la hausse des cours devrait reprendre.

Investisseurs : Nous sommes normalement investis sur les actions pour un CAC 40 compris entre 5 178 et 5 577.

Tendance sur les marchés de taux et de devises : Les taux souverains ont remonté de 5 à10 pb cette semaine. Le taux de change de l’€ est en forte hausse, et a dépassé 1,21$.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole est stable ; le cours du cuivre a progressé de 5% et se retrouve au plus haut, à plus de 7 600$ la tonne.
Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'AFITE
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr





No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News