Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Suisse : la FINMA réduit les obstacles auxquels sont confrontées les Fintech


Une nouvelle circulaire de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA permet l’identification par vidéo et en ligne. D’autres obstacles inutiles existants dans la réglementation de la FINMA doivent également être levés.



La FINMA défend de plus l’idée d’une nouvelle catégorie d’autorisations pour les entreprises novatrices dans le domaine financier ainsi qu’un champ d’évolution libre d’autorisation.
De plus en plus d’intermédiaires financiers s’adressent à leurs clients via Internet et des appareils mobiles. Dans ce contexte, la FINMA interprète, par le biais d’une nouvelle circulaire, les obligations de diligence découlant de la règlementation sur le blanchiment d’argent de telle manière que ces obligations peuvent désormais s’appliquer à un environnement numérique. La circulaire 2016/7 « Identification par vidéo et en ligne » entre en vigueur le 18 mars 2016.

Procédure d’identification possible par voie numérique

La possibilité de nouer des relations d’affaires par voie électronique constitue l’élément central de cette réglementation. Sous certaines conditions, il sera donc désormais possible à un intermédiaire financier de nouer une relation d’affaires avec un client par transmission vidéo. La FINMA reconnaît ainsi l’identification du cocontractant par vidéo comme équivalente à un entretien présentiel. D’autres formes d’identification en ligne doivent, de plus, être désormais possibles. La circulaire mentionne différentes approches rendant possible l’établissement de relations d’affaires par voie numérique, avec ou sans identification par vidéo.

Neutralité à l’égard de la technologie : peu d’adaptations de la réglementation sont nécessaires

La FINMA considère que l’innovation est un facteur important de compétitivité pour la place financière suisse mais l’autorité de surveillance est, par principe, neutre à l’égard des modèles d’affaires ou technologies. Dans ce contexte, la FINMA a vérifié si des dispositions, dans ses ordonnances et ses circulaires, pourraient s’avérer discriminatoires pour certaines technologies. Cette vérification est maintenant achevée et la FINMA n’a relevé que très peu d’obstacles de ce type, sa règlementation étant fondée sur des principes. Avec la circulaire « Identification par vidéo et en ligne » un obstacle conséquent est déjà éliminé. En effet, la circulaire « Règles-cadres pour la gestion de fortune » exige que certains contrats soient conclus sous forme écrite. Cela ne doit plus être le cas, afin de généraliser la neutralité à l’égard de la technologie dans la réglementation.

La FINMA défend l’idée d’une nouvelle catégorie d’autorisation et d’une « sandbox »

La FINMA continue de défendre la création d’une nouvelle autorisation pour les entreprises novatrices dans le domaine financier ainsi qu’un champ d’évolution libre d’autorisation (« bac à sable », ou « sandbox »). La nouvelle catégorie d’autorisation devrait être accessible aux modèles d’affaires qui ne mènent pas d’opérations spécifiquement bancaires mais requièrent quelques éléments propres à l’activité bancaire, notamment l’acceptation, dans une mesure limitée, de fonds des clients sans émettre de crédits. Les conditions d’autorisation pour cela pourraient être moins rigoureuses que pour une autorisation bancaire, car les risques sont moindres et le segment d’affaires concerné est plus restreint. L’autorisation pour les entreprises novatrices dans le domaine financier pourrait par exemple être octroyée à des prestataires n’acceptant pas plus de 50 millions de CHF en dépôt.
A titre de sûreté, ils devraient conserver 5 % des dépôts sous forme de fonds propres, mais au minimum 300 000 CHF. Avec cette autorisation, les obstacles à l’entrée sur le marché pourraient être réduits, par exemple pour les fournisseurs de systèmes de paiement, les applications pour la gestion de fortune par voie numérique, mais aussi pour les plates-formes de financement participatif.
Un champ d’évolution ne requérant absolument aucune autorisation, particulièrement destiné aux start-up, serait envisageable jusqu’à un seuil de 200 000 CHF de dépôts, sans égard au nombre de déposants. La FINMA discute actuellement de ces idées avec des représentants de la branche et avec les autorités compétentes.

La FINMA propose sur son site Internet un secteur spécialement dédié au thème des Fintech. Toutes les informations relatives à ce thème y sont rassemblées.
www.finma.ch

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 23 Mars 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News