Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Selon les dirigeants d'entreprise, les retards de paiement contribuent au taux de chômage record en Europe


Intrum Justitia EPI 2014.



- 40 % des chefs d’entreprise européens estiment que les retards de paiement les dissuadent d’embaucher et un quart d’entre eux, qu’ils les conduisent à des licenciements, selon l’enquête European Payment Index 2014 (EPI 2014) d’Intrum Justitia. Résultats trouvant écho en France puisque 39% des entreprises françaises n’embauchent pas en raison des retards de paiement et 25% sont contraintes de réduire leurs effectifs en conséquence.
- Si les particuliers, les entreprises ainsi que le secteur public s’acquittent un peu plus rapidement de leurs factures que l’an passé, les retards de paiements ont toujours pour effet de réduire les liquidités, d’accroître le niveau des créances douteuses et de faire obstacle aux projets d’investissement et de croissance.
- Près de trois entreprises sur quatre (72% en Europe, 77% en France) affirment ne percevoir aucun impact positif de la reprise économique, tandis qu’une majorité des répondants dans les 33 pays couverts par l’enquête ne relève encore aucun signe d’évolution de l’environnement économique global.

Le chiffre est alarmant : plus de la moitié (55 %) des 10 000 entreprises européennes interrogées dans le cadre de l’enquête EPI d’Intrum Justitia déclarent pâtir de retards ou de défauts de paiement, le pourcentage le plus élevé jamais enregistré par l’EPI depuis son lancement en 2002.

36 % des entreprises sondées estiment que leur survie est menacée par ces retards de paiement et la moitié d’entre elles, qu’elles entravent leur croissance.

Aucune économie européenne ne semble faire exception. Pourtant au coeur de la première économie d’Europe, 35 % des entreprises allemandes indiquent par exemple que les retards de paiement jouent un rôle déterminant dans leur décision de procéder à des licenciements. La situation est similaire dans les autres pays, 30 % des entreprises britanniques, 28 % des entreprises espagnoles et 25 % des entreprises françaises établissant la même corrélation.

Bien que la fin de la récession soit sur toutes les lèvres, l’ensemble des pertes sur créances irrécouvrables a encore augmenté en Europe, atteignant 360 milliards d’euros en 2013, soit une hausse du ratio de 3,0 à 3,1 % par rapport à l’an dernier, même si le délai de paiement moyen des particuliers, des entreprises et du secteur public a diminué. Depuis huit ans, le taux de pertes sur créances irrécouvrables des entreprises européennes s’est accru chaque année.
En France, ce taux a augmenté de 5 % en atteignant 2,1 % du chiffre d’affaires annuel total de l’ensemble des entreprises.

« Les entreprises entrent dans un cercle vicieux. Le manque de liquidités les contraint à prendre des mesures de restriction dans des proportions rarement atteintes. Les plus affectées sont les petites et moyennes entreprises, c’est-à-dire celles qui contribuent le plus à la croissance », note Anne Williart, Directeur Général d’Intrum Justitia. « Ces 360 milliards d’euros que les entreprises européennes déclarent avoir passés en perte en 2013 leur seraient pourtant bien utiles pour investir dans leurs activités. Si l’ensemble des factures étaient simplement payées dans les délais, notre économie pourrait créer davantage d’emplois. Une gestion du crédit clients adéquate de la part des entreprises est donc la clé d’une économie saine. »

Une reprise dont les effets tardent à se faire sentir

Parmi les chefs d’entreprise européens sondés dans le cadre de l’enquête EPI 2014, très peu entrevoient des signes de reprise. 72 % des répondants indiquent ainsi n’avoir perçu aucun impact positif d’une reprise économique au cours des trois derniers mois. Cet état d’esprit est partagé par une majorité des sondés dans les 33 pays couverts par l’enquête. En France seuls 16% des chefs d’entreprise déclarent avoir perçu des signes de reprise. Globalement plus pessimistes que les années précédentes, 37% des entreprises françaises interrogées estiment que le risque de retard de paiement va rester stable et 55% qu’il va au contraire augmenter.

La législation en question

La directive européenne sur les retards de paiement inter-entreprises est en cours de mise en place dans les pays de l’Union Européenne. Bien que 85% des répondants la connaissent, seuls 27% déclarent y recourir. A la question de savoir pourquoi les entreprises n’utilisent pas cette législation pour recouvrer les coûts liés aux retards de paiement, 47% des dirigeants d’entreprise en France (32% en Europe) estiment que cela mettrait à mal voire détruirait les relations clients.

Pourtant, l’indemnité forfaitaire de 40 € par facture peut être utilisée concrètement comme un levier de négociation entre créancier et débiteur et encourager ainsi un paiement rapide entraînant l’abandon des pénalités.

Les attentes vis-à-vis du législateur restent néanmoins importantes, notamment au sujet des créances civiles, auprès des particuliers : au niveau européen, 64% des répondants estiment que l’adoption d’une législation efficace pour les débiteurs particuliers leur permettrait de mieux gérer leurs activités.

Pour plus d’information le rapport complet est disponible gratuitement sur notre site :
http://www.intrum.com/fr/Presse-Publications/EPI/


Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 16 Mai 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News