Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Les banques centrales à la manœuvre


Lettre du 1er février 2019 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Conformément au scénario que nous considérons comme le plus probable, les banques centrales sont à la manœuvre. Le rebond du cours des actions, qui atteint 8% aux USA et 6% en Europe, y a trouvé son catalyseur. Cela démontre à nouveau que les phénomènes monétaires sont prépondérants pour comprendre le comportement des marchés.
Des deux cotés de l’atlantique, la communication des banquiers centraux a été très remarquée depuis un mois. En Europe, les propos de Mario Draghi sur le ralentissement économique européen ont été appréciés. Ils valident l’anticipation d’un maintien des taux au niveau actuel jusque mi 2020. Aux USA, le dernier FOMC qui s’est déroulé mardi et mercredi a été très bien perçu. Le communiqué n’a pas fait référence à une hausse de taux en 2019. M. Powell a évoqué la possibilité d’une modification de la gestion de son bilan, c’est-à-dire une possible réduction du « Reverse Quantitative Easing » (baisse de la taille de son bilan, c’est à dires ventes d’actifs sur le marché et retrait de liquidité). Immédiatement les investisseurs ont considéré que le cycle de relèvement des taux est terminé.
En Chine, le principe de prêts perpétuels octroyés aux banques commerciales par la banque centrale constitue une forme de Quantitative Easing. Le développement de cette pratique démontre aussi que la monnaie restera abondante dans l’Empire du Milieu. Les paramètres monétaires justifient le rebond du marché, ainsi que des motifs techniques de « respiration » naturelle des cours qui avaient chuté trop vite en décembre. Pour le reste, la situation n’est pas glorieuse.

1/ La fin du shut down est en soit une bonne nouvelle. Mais l’accord trouvé entre M. Trump et Nancy Pelosi n’est valable que jusqu’au 15 février. A cette date, le conflit peut reprendre avec les démocrates sur le sujet du mur, qui demeure une préoccupation majeure dans l’esprit du Président des USA. Le bilan, d’ailleurs, de ce shut down démontre la stupidité de ce blocage, qui a couté 11Mds$ alors que le mur couterait moins de 6Mds$.

2/ Sur les deux grands fronts politiques à impact économique majeur, les négociations sino américaines sur le commerce et le Brexit, il n’y a pas eu d’avancée particulière. M. Trump annonce de grands progrès dans les négociations, mais pour l’instant aucun accord n’a été trouvé. L’annonce probable d’un accord avant fin mars ne sera pas dans l’absolu une bonne nouvelle : elle évitera simplement que la situation s’envenime. Mais sur ce sujet comme sur celui des relations avec les démocrates, on peut s’attendre à tout instant à une reprise des hostilités. Quant au Brexit, le marché fait complétement l’impasse face au dialogue de sourd qui se met en place. Pourtant….

3/ Les publications de résultats Outre Atlantique sont comme d’habitude très contrastées. Il y a les mauvaises surprises (Caterpillar, NVIDIA) et les bonnes (Facebook, AMD, Xilinx). Au total, nous avons relevé que les bénéfices calculés en masse (addition du résultat net des 500 sociétés de l’indice S&P) sont effectivement relevés à la hausse pour 2018, mais révisés à la baisse pour 2019. Il y a 3 mois, le consensus des analystes Factset anticipait un bénéfice de 1 568 Mds$ pour l’année 2019. Aujourd’hui, ils en attendent 1 511 Mds$, soit une révision en baisse de 3,6%. Au total, la croissance des bénéfices calculée selon cette méthode est limitée à 4% pour 2019. C’est bien peu, notamment relativement à l’année 2018 (hausse des bénéfices de plus de 20%).
Au total, à nouveau les « bas news » (sur le front économique) ont été transformées en « good news » (sur le front monétaire) par les banques centrales. C’est la question clé de l’année 2019 : les banques centrales peuvent-elles dompter la sphère réelle et lui éviter une récession ?


Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains continuent à baisser. Aux USA, le taux à 10 ans est passé sous 2,7%. En Allemagne, on est passé sous 0,2%, et sous 0,6% en France. Même les obligations grecques sont recherchées…

Tendances récentes sur les matières premières : le cours du pétrole Brent a remonté au-delà de 60$ ; le cours du cuivre s’est apprécié de 3% et est repassé au-dessus de 6 000$/t

Investisseurs : nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible la neutralité les actions pour un CAC 40 compris entre 4 653 et 5 011 points. La tendance à court terme demeure baissière.

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr




Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & blockchain
Corporate finance, ICO STO advisory, levée de fonds, stratégie blockchain
France (Besançon - Paris) + Worldwide Partners.

Mercredi 6 Février 2019
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News