Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Le monde futur : une mondialisation accrue ou le retour de la régionalisation (décembre 2014)


C’est au lendemain de la guerre que sont apparues les premières tentatives de « régionalisation » au niveau économique et c’est l’Europe qui a été le « laboratoire » de ces initiatives, avec, tout d’abord, le Plan Marshall de 1948, qui a permis de lancer la reconstruction des pays européens détruits par la guerre. Pour harmoniser ces transferts financiers, on a créé l’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) qui deviendra ultérieurement l’OCDE(1).



Bernard Marois
Bernard Marois
En parallèle, les principaux Etats de l’Europe Occidentale se sont lancés dans des rapprochements, tels que la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) ou l’Euratom (mise en commun de recherches en matière d’énergie nucléaire). Le Traité de Rome de 1957 entre ces 6 pays (France, RFA, Italie et les 3 pays du Bénélux(2)), généralisa ces liens commerciaux, en instituant une politique douanière unifiée (marquée par la disparition des droits de douane intra-européens(3) et un tarif extérieur commun) et une politique agricole commune (la fameuse « PAC »). La CEE (Communauté Economique Européenne) regroupant d’abord les 6 Etats fondateurs, s’élargira au fil du temps, puis deviendra l’Union Européenne(4) dans les années 90. Dès 1958, les principaux pays Européens avaient rétabli la convertibilité de leur monnaie, ce qui allait faciliter les transactions entre eux, avant d’essayer de coordonner leurs politiques de change : le « serpent européen » en 1973, puis le SME (Système Monétaire Européen), à partir de 1976.

D’autres régions essayèrent de suivre le même itinéraire. C’est d’abord l’Asie du Sud Est, qui, en constituant l’ASEAN, regroupa des pays tels que l’Indonésie, les Philippines ou la Malaisie, dont les relations commerciales allaient s’amplifier à la suite de la création de cette association. On assista à l’apparition d’autres unions régionales, souvent sur le même mode, c’est-à-dire, baisse ou disparition des droits de douane, tentatives d’harmonisation économique ou monétaire. On peut citer, sans vouloir être exhaustif : le Mercosur, qui réunit les Etats du Sud de l’Amérique Latine, le Marché Commun Andin ou l’association des pays francophones d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, sans oublier le COMECON, équivalent oriental de la CEE et sous domination de l’URSS. Voilà la situation qui prévalait à la fin des années 80.

C’est alors que plusieurs événements modifièrent profondément le paysage mondial. Il faut mentionner d’abord l’émergence de la Chine qui, après sa conversion au capitalisme d’Etat, envisagea de devenir « l’atelier du monde » (rappelons également son entrée, en 2001 dans l’Organisation Mondiale du Commerce) ; ensuite, la chute du mur de Berlin accompagnée par la victoire du libéralisme économique de Reagan et Thatcher sur l’économie dirigiste à la soviétique. Enfin, il faut souligner le rôle joué par la baisse du coût de transport, favorisée par le développement des porte-conteneurs et l’augmentation de la taille des bateaux, ainsi que l’essor du trafic aérien. Dans le même temps, la montée en puissance des pays émergents (les « BRICS »(5)) permit aux pays industrialisés traditionnels (Europe, Amérique du Nord, Japon) de trouver de nouveaux sites de production moins chers, ce qui est un facteur essentiel de compétitivité dans un monde, où la concurrence devient de jour en jour plus féroce. Bref, la « mondialisation » s’imposa progressivement à tous les pays, aboutissant à un « saucissonnage » du processus de production, les pays industrialisés gardant la main mise sur les biens à forte teneur technologique et les produits de haute de gamme (luxe, par exemple) et transférant les activités de main-d’œuvre ou de bas de gamme vers les pays émergents.

Cette situation est aujourd’hui remise en cause en raison de la crise économique qui a frappé la planète à partir de 2007(6). La mondialisation tend à se ralentir : le commerce international qui croissait en moyenne de 5 % par an avant 2008 est tombé à 1,7 % depuis lors. Par ailleurs, compte tenu de la hausse rapide du coût horaire en Chine et dans les autres pays émergents, de nombreuses entreprises envisagent de relocaliser leurs activités dans leur zone d’origine. Parallèlement, des efforts sont faits pour « régionaliser » le pouvoir monétaire. En effet, la mondialisation a été favorisée par l’existence d’une monnaie internationale, le dollar, dont le pouvoir est resté incontesté jusqu’à la fin du siècle dernier. Depuis, on a assisté à la création de l’euro, monnaie officielle des 18 pays de la zone euro. Certes, cette devise a connu de grosses difficultés en 2011-2012, à la suite de la crise de l’endettement des Etats de l’Europe du Sud. Mais des efforts ont été faits pour consolider cette monnaie : pouvoirs renforcés de la BCE ; constitution d’une « Union bancaire » ; projet d’un « euro-bond » destiné à concurrencer les « Treasury Bonds » américains. De même, la Chine s’efforce de renforcer le pouvoir d’attraction du yuan, en favorisant son utilisation par ses partenaires commerciaux, en particulier asiatiques. Ainsi des accords de swaps ont été passés entre la Banque Populaire de Chine et la Banque du Japon ; idem, en ce qui concerne la Corée.

Est-ce que ce « retour à la régionalisation des échanges » va se poursuivre ? La réponse doit être nuancée. En effet, au niveau monétaire, le dollar représente encore 76 % des transactions entre pays, contre 11 % pour le yuan et 9 % pour l’euro(7). D’autre part, la « démondialisation » reste très relative : si certaines entreprises ont rapatrié une part de leurs activités dans leur pays d’origine(8), le mouvement reste néanmoins limité. En effet, la baisse du prix du pétrole, vraisemblablement durable, rend le coût du transport souvent marginal dans le prix du produit fabriqué dans un pays émergent et réexpédié vers les pays industriels. En outre, si le coût de la main-d’œuvre augmente rapidement en Chine « maritime », il reste encore très faible en Chine « continentale » et d’autres pays moins chers prennent le relais de « l’Empire du Milieu », tels que le Vietnam, l’Indonésie ou les Philippines. On pourrait donc assister à une nouvelle vague de mondialisation, ainsi que semblent l’indiquer l’émergence de l’Afrique (arrivée des investisseurs chinois) et de l’Inde (services informatiques pour toute la planète).


Bernard MAROIS
Professeur Emérite à HEC PARIS
Président d’Honneur du Club Finance HEC



(1) Une fois la reconstitution européenne terminée (1960), l’OECE s’ouvrit à d’autres pays, extra-européens, pour devenir l’OCDE.
(2) C’est le premier accord européen d’après-guerre signé par la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.
(3) Entre les 6 pays signataires du Traité de Rome.
(4) L’Union Européenne comprend aujourd’hui 28 Etats.
(5) A savoir : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.
(6) Cette crise qui dure depuis 7 ans a comporté plusieurs phases : crise des « subprimes », crise de l’euro, stagnation économique avec risque de déflation en Europe et au Japon, etc.
(7) Il s’agit uniquement des transactions commerciales. Pour les financements, la part de l’euro est plus élevée (environ 22 %). Même chose pour ce qui est des réserves officielles détenues par les banques centrales.
(8) Les Etats-Unis, en particulier, grâce à la baisse du coût de l’énergie (gaz de schiste).

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 10 Décembre 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News