Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Le Crowdfunding, avatar d’une bourse des PME ?


Dans la mouvance de la consommation collaborative introduite par Internet et les réseaux sociaux, le crowdfunding est en train de faire sauter toutes les barrières en matière de financement des entreprises. C’est une lame de fond qui va contraindre l’establishment de la finance à s’adapter dans la douleur.



Alain Goetzmann
Alain Goetzmann
Sans encore être impressionnants, les chiffres commencent à être significatifs. Crowdfunding.com prétend que près d’1,5 milliards de $ auraient été levés en 2011 dans le monde pour financer 1 million de projets et que la croissance 2012 serait de 91%. On en est encore qu’au stade de la micro-finance mais comme toute idée nouvelle répondant à un vrai besoin, celle-ci va, naturellement, prospérer sur les difficultés des créateurs et des animateurs de TPE/PME à trouver des financements durables.

Chacun sait aujourd’hui qu’il n’y a plus de capitaux, en France, pour l’amorçage et que le venture-capital est purement et simplement en voie de disparition. Alors les bonnes idées, celles qui n’ont pas encore prouvé leur business model, les start-ups dont la croissance génère des pertes – en réalité des investissements – les TPE et PME gourmandes en BFR, toutes ces promesses d’avenir se heurtent à un mur quand elles d’adressent aux représentants des banques ou des fonds d’investissement. Encore ces derniers veulent-ils bien accompagner le succès dans le développement et la transmission mais certainement pas partager le risque de l’entrepreneuriat à sa genèse.

Le crowdfunding est donc une alternative concrète puisqu’il est ainsi possible à une petite entreprise de s’adresser directement, à travers les réseaux sociaux, à des investisseurs privés potentiels, chacun certes limité dans l’apport, mais en tel nombre que le financement peut être infini.

Aujourd’hui, le crowdfunding repose essentiellement sur du sponsoring gratuit ou des prêts à échéances vagues et intérêts anecdotiques. Les montants individuels sont faibles et la motivation des prêteurs plus communautaire que financière.

Mais le système se professionnalise. Des plates-formes spécialisées s’installent et l’AMF tente de jouer son rôle de père-fouettard, mais toujours rappeler sentencieusement le monopole des banques dans l’octroi de crédit provoque l’irrévérence.

Il n’empêche. Les besoins des petites entreprises sont criants et l’engouement du public à les soutenir patent. Dans le même temps qu’on annonce la création d’une bourse dite des PME jusqu’à 1 milliard de capitalisation boursière – on rêve – le crowdfunding constitue une alternative crédible pour les petites levées. Restera ensuite à organiser une bourse d’échange des titres crées, titres de créance ou de capital. Et pourquoi pas un marché libre repensé, rénové, ravalé ? il ne lui manquerait que la liquidité, facile à organiser. Finance et rêve communautaire enfin réconciliés ; une utopie ?

 

Direction financière et stratégique
Levée de fonds, introduction en bourse, fusion-acquisition
Agrément CIF N° F000131 - Listing Sponsor sur Alternext
88 bis, avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine

Vendredi 28 Juin 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles