Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Interview | Les entreprises renforcent leur efficacité opérationnelle grâce au Process Intelligence

Entretien avec Linda Ameur, Directrice France chez ABBYY.


Bonjour, pourriez-vous revenir sur les activités d'ABBYY et les outils d’automatisation que vous fournissez à vos clients ?

Grâce aux différentes solutions d’Intelligent Process Automation (IPA), que nous développons continuellement, nous accompagnons les entreprises dans leur transformation digitale, et ce à toutes les phases du processus. ABBYY, est reconnu pour ses solutions d’Intelligent Document Processing (IDP), Process et Task Mining qui visent à contribuer à améliorer l'efficacité, la rentabilité et la compétitivité des entreprises. Dans le domaine du Process Mining, grâce à nos technologies, nous offrons aux entreprises la possibilité de détecter, d’évaluer, de visualiser, d’analyser et de superviser leurs flux de processus. ABBYY développe ses propres technologies depuis de nombreuses années et sa suite de solutions d’Intelligent Process Automation (IPA) figure à la première place dans les études de marché menées par les principaux cabinets d’analystes indépendants. Nous sommes ainsi bien positionnés pour conquérir une part importante du marché de l’IPA qui devrait peser 42,4 milliards de dollars d’ici 2025.

Plus de 5 000 entreprises dans le monde font appel à nos technologies, parmi lesquelles Costain, Butagaz et Merck.

Comment expliquez-vous que de plus en plus d’entreprises optent pour le Process Mining dans la gestion et l'analyse de leurs processus opérationnels ?

La digitalisation entraîne la production de plus en plus de données dont les entreprises souhaitent exploiter la valeur, comme en témoigne la généralisation de la fonction de Chief Data Officer. Or, ces responsables n’ont pas seulement un rôle de vérification et de protection de la donnée, mais aussi d’exploitation de cette dernière au service de leur entreprise. Dans cette logique, le Process Mining fait son apparition - de fait, l’objectif du Process Mining est d’exploiter la donnée des processus pour analyser, superviser et prédire ces processus. Ainsi, les fonctions métier peuvent en s’appuyant sur les données améliorer leur efficacité et accroître leur conformité interne/externe.

Quels sont, selon vous, les avantages de cette approche technologique ?

Cette technologie permet désormais d’aller plus loin dans l’analyse des résultats de l’entreprise. De fait, bon nombre d’entre elles ont déjà des tableaux de suivi de leurs indicateurs de performance, et l’utilisation de la Business Intelligence est assez répandue aujourd’hui. Le Process Mining ou Process Intelligence peut s’inscrire dans cette continuité ou désormais les utilisateurs pourront analyser les processus pour comprendre les KPIs – qui sont eux les résultats de processus. Cette technologie a l’avantage d’ouvrir de nombreuses opportunités pour les entreprises qui veulent créer une culture s’appuyant sur la donnée. Le Process Mining et en particulier les solutions de Low / No Code qu’ABBYY propose permettent la prise en main de cette technologie d’analyse par les fonctions métiers. In fine, le Process Mining aide nos clients dans la gestion de leurs risques, coûts et délais.

Quels sont, à votre avis, les outils adéquats pour une meilleure harmonisation des processus liés à l’IA et à l’automatisation au sein des entreprises ?

Les solutions de No / Low Code sont l’outil idéal pour le traitement des documents. Celles-ci utilisent les compétences de l'IA pour décharger les collaborateurs des tâches répétitives, laissant ainsi la possibilité de développer des compétences opérationnelles à valeur ajoutée. Aucune compétence technique supplémentaire n'est requise pour cela. L’utilisation de solutions d’Intelligent Document Processing permet de libérer les collaborateurs pour qu'ils puissent consacrer plus de temps aux tâches plus complexes et à la satisfaction de leur clientèle, ce qui améliore considérablement l'expérience client.

Si la RPA est l'un des points de départ les plus prisés pour automatiser les processus internes répétitifs, les entreprises atteignent un point de blocage dans leur parcours de transformation digitale et ont besoin de technologies plus sophistiquées pour en tirer tous les bénéfices et conserver un avantage concurrentiel. Parmi les outils reposant sur l’IA les plus couramment utilisés, mentionnons le Maching Learning (ML), un outil capable d'apprendre à partir de données en observant des modèles similaires et de prédire une décision que prendrait un humain, et l’Intelligent Document Processing (IDP), qui s'appuie sur le Optical Character Recognition (OCR), le Machine Learning (ML) et le Natural Language Processing (NLP) pour la gestion du traitement des documents.

Comment peut-on expliquer le basculement du Process Mining au Process Intelligence ?

Le Process Mining et sa capacité à générer un jumeau numérique des processus d'entreprise prend enfin de l'ampleur. Les méthodes traditionnelles d'évaluation des processus, qui reposaient sur la détection, la schématisation et l'analyse manuelle des processus par échantillonnage, ont longtemps été considérées comme coûteuses, partielles et extrêmement lentes.

Toute entreprise soucieuse de répondre aux attentes de ses clients et d'être efficace doit avoir une idée précise du cycle de vie de ses processus opérationnels. Un processus est exécuté dans un but spécifique avec des attentes précises en matière de performance ; lorsqu'il ne soutient pas la stratégie de l'organisation, il subit une série d'ajustements. Sur la base de cette évaluation, différents aspects du processus peuvent être modifiés. Cela conduit à la conception d'une nouvelle version optimisée, qui est ensuite mise en œuvre, ce qui relance le cycle : suivi du processus en cours d'exécution, mesure, évaluation par rapport à la stratégie de l'organisation, conception de la version optimisée et nouvelle mise en œuvre.

Nous avons constaté que la demande en termes de Process Mining a presque triplé en 2021 pour les processus centrés sur les documents.

Pour conclure, en quelques mots, quelles sont, selon vous, les raisons derrière l’adoption massive, actuellement, du No / Low-Code dans les stratégies de développement des entreprises ?

Dans un contexte où les entreprises de tous les secteurs cherchent des moyens pour proposer une expérience client réussie et où les services IT manquent de temps, des milliers de collaborateurs se tournent vers les plateformes No-code / Low-code en raison de leur capacité à aider les utilisateurs les moins techniques à créer des solutions simples et efficaces.

L'utilisation de solutions Low Code / No Code est un avantage concurrentiel que beaucoup d'entreprises ont su exploiter. Il est en effet tout à fait possible d'accélérer la mise sur le marché de solutions par opposition au développement traditionnel de logiciels en raison de nombreux facteurs : l'efficacité des outils de modélisation visuelle, la plus grande disponibilité des ressources, l'absence de longs protocoles d'approbation et de financement des projets, la mise en œuvre de méthodes agiles et la valeur de la participation active des secteurs d'activité.

La mise au point de solutions peu ou pas codées favorise la collaboration, la réflexion sur la conception et l'expérimentation, accélérant ainsi l'innovation et le développement indispensables à l'obtention d'un avantage concurrentiel

Le Low / No Code permet in fini aux entreprises de faire plus, plus rapidement, et de maintenir leur position sur le marché, voire de gagner en compétitivité. Un véritable changement de culture dans les rôles et les profils des équipes est indispensable pour bénéficier de ces avantages.

Vendredi 22 Avril 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES