Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Intelligence économique, moralité et légalité …


Sujet souvent évoqué mais rarement développé, l'intelligence économique est pourtant, pour les entreprises, un sujet qui devrait être bien plus exploité tant pour contrer au mieux ses concurrents que pour assurer sa propre protection.



Gilles de Chezelles
Gilles de Chezelles
Qu'est-ce que l'intelligence économique ?
L'intelligence économique peut être qualifié de l'ensemble des moyens et des techniques mises en œuvre par une entreprise pour obtenir, par des moyens légaux, des informations tant sur ses concurrents que sur ses propres forces et faiblesses.
Les informations recherchées sont celles dont ont besoin les responsables aux différents niveaux de décision. Grâce à ces informations ils peuvent analyser, élaborer et mettre en œuvre, de façon homogène et cohérente et en toute connaissance de cause, les moyens, les stratégies et les tactiques nécessaires pour atteinte les grands objectifs stratégiques définis avec, pour but essentiel, l’amélioration de la position global de l’entreprise et plus particulièrement de son positionnement dans son environnement concurrentiel.

Moralité et légalité …
Au contraire de l'espionnage économique, l’intelligence économique n’utilise exclusivement que des moyens légaux pour accéder à l’information et mieux la gérer. La limite avec l’espionnage économique est parfois difficile à cerner et que dire si l’on prend en compte la notion de moralité …
Ainsi, par exemple, écouter dans un avion les conversations de ses concurrents n’est en rien illégal, mais il est totalement immoral de choisir volontairement de prendre cet avion pour surprendre leurs échanges, bien que cela reste légal … A ce sujet, que vous soyez dans un train, dans un avion, au restaurant, ou tout autre lieu public, n’oubliez jamais que vous n’êtes pas seuls …

Il n’y a pas que les murs qui ont des oreilles …
A ce propos, je ne peux m’empêcher de vous raconter une « petite histoire vrai ». Il y a quelques années, le dirigeant d’un grand groupe pharmaceutique invita sa femme au restaurant sans faire attention à quoi que ce soit, il faut dire que l’on est dans un « grand restaurant » et donc entouré de « gens biens » ...
Il lui parle, pour entretenir la conversation, d’un futur médicament que le laboratoire compte mettre très prochainement sur le marché. Par manque de chance, juste derrière lui, se trouve son concurrent direct qui, dès le lendemain convoque ses équipes commerciales afin que celles-ci, sur le terrain, fassent de la désinformation auprès des professionnels de la santé afin de gagner du temps et de neutraliser le nouveau produit du concurrent, se laissant ainsi le temps de mettre au point leur propre offre ...
Quittons maintenant le domaine de la chance et des simples opportunités pour rentrer dans celui de la récolte « plus structurée » des informations. A ce sujet il faut être conscient que les nouveaux outils de communication peuvent facilement être utilisés au détriment de ses utilisateurs. Ainsi par exemple, saviez-vous qu'il est possible d'agir à distance sur un téléphone mobile ?
En effet n'importe quel téléphone portable peut être utilisé comme micro espion car, même éteint, il continu à être actif et actionnable à distance. De ce fait, un téléphone portable posé sur une table de réunion, peut être utilisé par des personnes extérieures pour y écouter tout ce qui se dit ...

Les rois de l’intelligence économique
Les grands spécialistes de la collecte systématiques d'informations sont, principalement, les grandes entreprises multinationales et un certain nombre d’Etats.
C’est ainsi que depuis de nombreuses années, différents services des Etats américains et japonais sont chargés de trouver et de collecter de très nombreuses informations sur des sujets préalablement définis et que ce soit région par région ou activité par activité. La France, pour rattraper son retard, a décidé de se mobiliser que ce soit à l'étranger, au niveau national, régional ou local. Pour ce faire l'État a mis en place des moyens et a formé des personnes qui sont maintenant mobilisées sur ce sujet.

Ne plus confondre information et pouvoir
Pour nous français le principal problème en la matière repose sur nos faibles relations culturelles à l'information. Dans les pays asiatiques par exemple, cette dernière est partagée et donc enrichie par l'ensemble du groupe alors qu'en France elle est encore trop souvent perçue comme un enjeu de pouvoir et la notion même de partage est loin d’être un réflexe.
Aux Etats-Unis, force est de constater que les salariés des entreprises ont, en la matière, une aisance naturelle à faire de l'intelligence artificielle. Pour conclure sur ce point, il n'est pas nécessaire de traverser l’Atlantique pour trouver des modèles. A titre d'exemple, les Suédois ont mis en place des solutions performantes et très abouties, et nos voisins flamands montrent, au quotidien, que la collecte de l'information est un réflexe ancestral.

Mettre en place une culture d'intelligence économique au sein de l'entreprise n'est pas forcément quelque chose de compliqué, c'est ce que nous vous proposons de découvrir dans un prochain article : L'intelligence économique à la portée de tous.

Gilles de Chezelles
Mail : gdc@ag-pm.com
Site : www.ag-pm.com

Lundi 25 Janvier 2010
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies