Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Evolution de la gestion collective française au 3ème trimestre 2010


La décollecte caractérise une nouvelle fois les opérations menées par les investisseurs au cours de ce 3ème trimestre.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
En rassemblant -7,2 milliards d’euros, l’ampleur de ces retraits s’inscrit néanmoins en nette diminution par rapport au trimestre dernier. Ainsi, la pression vendeuse qui s’exerçait sur les fonds de Trésorerie Régulière a fortement décrue (-6,6 milliards d’euros), et même si la décollecte s’est poursuivie sur les supports de long terme (-547 millions d’euros), certaines catégories de fonds ont continué de recevoir les flux d’une demande soutenue (fonds Actions Internationales et fonds Actions Marchés Emergents). Sur 12 mois, le marché des OPCVM français affiche une décollecte de -58,6 milliards d’euros.

Dans le même temps, la reprise des marchés d’actions a fortement contribué aux gains réalisés par l’ensemble des fonds. L’effet marché qui en résulte atteint +15,9 milliards d’euros et efface les pertes subies le trimestre dernier.

La gestion collective française enregistre donc une légère progression de ses encours de +1% sur le trimestre. A 838,6 milliards d’euros, son recul sur un an n’est plus que de -4%.

Evolution de la gestion collective française au 3ème trimestre 2010

Les chiffres de la gestion traditionnelle
Pour le 6ème trimestre d’affilée, les OPCVM de Trésorerie Régulière ont dû répondre aux rachats des investisseurs. Ces opérations, qui ont rassemblé -6,6 milliards d’euros sur le trimestre, portent désormais à -75,5 milliards d’euros la décollecte de ces fonds depuis 12 mois. Pour autant, la pression vendeuse a nettement décrue par rapport au trimestre précédent, le mois d’août ayant enregistré une collecte inattendue de +9,5 milliards d’euros. A 340,4 milliards d’euros, l’encours de ces fonds n’a perdu « que » -1,5% sur le trimestre (contre -6,4% au 2ème trimestre), mais son recul sur un an reste inchangé de -17%.

Moins sévère également, la décollecte des OPCVM de Trésorerie Dynamique a rassemblé -461 millions d’euros au cours de ce 3ème trimestre, contre -2,8 milliards d’euros le trimestre précédent. Là aussi, la pression vendeuse, née le trimestre dernier, s’est fortement affaiblie. Parallèlement, les résultats des fonds sont repartis en hausse, comme en témoignent les +23pb et +41pb de performances trimestrielles supérieures à l’EONIA réalisées par les indices des catégories TD et TD+. Le niveau d’encours reste quasi inchangé en 3 mois, à 19,5 milliards d’euros (-2,7%), et demeure en progression sur un an (+7,8%).

Lors des mois de mai et juin, en plein cœur de la crise grecque, les OPCVM Obligations avaient connu leur première décollecte en un peu plus d’un an. Si les flux entrants ont repris le dessus dès le début de ce 3ème trimestre, leur ampleur est toutefois loin d’avoir égalé les opérations d’investissement de 2009, voire de début d’année. Ainsi, l’allocation nette des investisseurs est ressortie à +202 millions d’euros pour le compte de ce 3ème trimestre. En revanche, les performances réalisées, surtout en août, ont permis d’engranger +1,6 milliard d’euros, ayant eu pour effet de porter l’encours de ces fonds à près de 78,6 milliards d’euros, soit le point le plus haut de la décennie. Sur le trimestre, l’encours progresse de +2,5%, et sur un an, de +13%.

Dans le prolongement de leurs opérations passées au 2ème trimestre (-3 milliards d’euros de rachats), les investisseurs ont continué de se retirer des OPCVM Actions, même si leurs retraits, pour un montant net de -718 millions d’euros, ont eu nettement moins d’ampleur. En détail, les flux sortant ont été enregistrés, à nouveau, sur les fonds Actions France, Euro et Europe (-2 milliards d’euros), tandis que la collecte des fonds Actions Internationales est restée soutenue en rassemblant +940 millions d’euros. La progression des marchés, en juillet et septembre, aura néanmoins permis de recouvrer les pertes du 2ème trimestre : les performances réalisées par l’ensemble des fonds Actions ont matérialisé un gain de +10,6 milliards d’euros au 3ème trimestre. Dès lors, l’encours a progressé de +5% et atteint désormais 192,5 milliards d’euros. Sur un an, sa progression est de +7,8%.

Egalement en hausse, l’encours des OPCVM Diversifiés Euro et Internationaux a franchi la barre des 100 milliards d’euros en fin de trimestre (+2,9%). Cette appréciation a été aussi bien soutenue par les performances (+1,9 milliard d’euros) que par la demande (+911 millions d’euros), même si celle-ci montre clairement des signes d’essoufflement. Plus particulièrement, les fonds d’allocation Mixte ont glané +1,4 milliard d’euros (contre +3,8 milliards collectés le trimestre précédent), tandis que les autres stratégies de fonds (Flexible, dominante Actions et dominante Taux) ont remboursé -500 millions d’euros (contre une demande antérieure de +280 millions).

La pression vendeuse s’est maintenue sur les OPCVM Obligations Convertibles, dont les remboursements ont atteint -336 millions d’euros lors de ce trimestre, contre déjà -371 millions d’euros précédemment. Toutefois, +574 millions d’euros ont pu être tirés de l’effet performance, permettant aux actifs sous gestion de s’apprécier de +2,2%, à 12,3 milliards d’euros.

Pour les OPCVM Absolute Return, ce trimestre aura été l’occasion de rebondir après les heurts rencontrés durant les mois de mai et juin. Les performances se sont établies +85pb au dessus de l’EONIA, alors que parallèlement les investisseurs sont revenus pour +519 millions d’euros. Après s’être replié de près de -4% au 2ème trimestre, l’encours de ces fonds affiche donc une progression trimestrielle de +5%, et rassemble désormais 18,5 milliards d’euros. Sur un an, cette progression est de +29%.

En rassemblant 56,8 milliards d’euros, les fonds assortis d’une Garantie Totale du capital ont perdu -2,8% de leur encours. Néanmoins, la demande, de l’ordre de +1,2 milliard d’euros, est restée solide pour les fonds encore ouverts à la souscription. La catégorie des OPCVM à Formule a vu son encours progresser à 8 milliards d’euros, sous l’effet conjoint des performances (+231 millions d’euros) et d’une demande toujours soutenue de +298 millions d’euros.

Les fonds indiciels et les ETFs présentent un solde négatif de souscriptions nettes pour ce 3ème trimestre. D’un total de -639 millions d’euros, ces rachats ont essentiellement porté sur les fonds Actions, dont le ratio souscriptions nettes/encours leur est plus défavorable qu’aux fonds de gestion active. Seuls les produits à Formule (pour la plupart à effet de levier sur indice) ont été demandés pour +224 millions d’euros. A fin septembre, la gestion passive réunit un encours de 62,3 milliards d’euros, en progression de +3% grâce à l’effet marché. Sur un an, cette progression atteint près de +12%.

La Gestion Alternative
Les OPCVM de fonds Alternatifs ont, pour le 3ème trimestre d’affilée, répondu aux rachats des investisseurs. Sur ce trimestre décalé (de juin à fin août), ce sont -211 millions d’euros qui ont été enregistrés en tant que flux sortants, portant à -726 millions d’euros la décollecte sur 12 mois de ces fonds.

Le rendement trimestriel de l’indice EuroPerformance de cette classe d’actifs s’est inscrit à 50pb en dessous de l’EONIA, dans un contexte de dispersion accrue des performances. En rassemblant 7,8 milliards d’euros à fin août, l’encours de la gestion alternative s’est réduit de -2,5% en trois mois.

L’analyse est basée sur la variation des encours gérés au travers des fonds d’investissement de droit français. Cette variation d’encours est expliquée par :
- l’évolution de la collecte nette (effet souscription)
- l’évolution de la valeur liquidative des fonds (effet performance)
- la distribution des dividendes (effet revenu)

L’addition de ces trois effets permet de reconstituer la quasi-totalité de la variation d’encours. Le reliquat est lié aux fusions-absorptions de fonds et aux changements de catégories.
- L’approche retenue par EuroPerformance permet une évaluation réelle de la taille du marché en prenant en compte les effets du double comptage induit par les fonds maîtres et nourriciers.
- Les données présentées dans ce tableau de bord sont issues de la Note Mensuelle Online. Véritable observatoire permanent des performances commerciales, NMO permet d’appréhender le marché des OPCVM via les grandes classes d’actifs en distinguant pour chaque promoteur la contribution des forces de ventes et celle des gérants à la variation des encours.
- Les informations sont arrêtées au 30 septembre 2010.

A propos d’EuroPerformance
EuroPerformance est une agence de mesure et d’analyse de la performance des fonds. EuroPerformance a développé des outils à forte valeur ajoutée portant sur l’analyse de la performance et des risques, au travers d’un large référentiel de fonds européens, tels que « EuroPerformance Engine » ou le « Style Rating EuroPerformance Edhec ».
EuroPerformance édite de nombreux palmarès et classements en France et en Europe.

Bonjour chez vous...

Laurent Leloup

Dimanche 24 Octobre 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News