Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Brexit et conséquences sur l’emploi


Une montée en flèche des recherches d’emploi à l’étranger par les demandeurs d’emploi britanniques.



Selon les statistiques du moteur de recherche d’emplois mondial Indeed, la désaffection des talents pour le Royaume-Uni pourrait bien profiter à l’Irlande, comme en témoignent les réactions des demandeurs d’emploi suite à l’annonce du Brexit.

Les recherches d’emplois en dehors des frontières du Royaume-Uni ont augmenté de manière massive immédiatement après l’annonce des résultats du référendum sur le Brexit et le vote des Britanniques en faveur de la sortie de l’Union Européenne. Dès la confirmation du résultat le vendredi 24 juin dans la matinée, la part des recherches d’emploi en dehors du Royaume-Uni a été multipliée par deux.

Le malheur du Royaume-Uni pourrait cependant bien faire le bonheur de l‘Irlande, qui figure désormais en tête des pays privilégiés par les demandeurs d’emploi anglais. Le taux de recherche de postes vacants en Irlande a plus que doublé. Un phénomène similaire a également été observé dans le flux des demandes d’emploi émanant des pays de l’UE vers l’Irlande, au détriment de la tendance traditionnelle orientée de l’UE vers le Royaume-Uni.

Quatre secteurs sont majoritairement concernés par ce nouvel attrait de l’Irlande : le Marketing, les RH, l’ingénierie, le transport et la vente au détail. Les demandeurs d’emploi britanniques se sont également tournés vers d’autres pays européens dans les secteurs de l’hôtellerie et de la finance, notamment.

Ce mouvement ressemble étrangement au phénomène constaté suite à la consultation populaire de 2015 intervenue en Grèce : la proportion de demandeurs d’emploi grecs cherchant des opportunités de travail à l’étranger avait également doublé les jours qui avaient suivi l’annonce d’un référendum sur le plan de sauvetage proposé par l’Union européenne en juillet 2015.

Selon Mariano Mamertino, économiste pour la région EMEA chez Indeed : « La semaine dernière, la majorité des citoyens britanniques s’est prononcée en faveur d’une sortie de l’Union européenne alors que très peu de temps après ce verdict, de nombreux demandeurs d’emploi établis au Royaume-Uni ont sanctionné ce scrutin à leur manière : ils se sont mis derrière leur ordinateur et ont recherché un emploi à l’étranger. Les statistiques collectées par notre institut de recherche montrent que la part de demandeurs d’emploi recherchant des opportunités de travail en dehors du Royaume-Uni au sein des pays de l’Union européenne a doublé dans les 48 heures qui ont suivi l’annonce du Brexit. La plupart des candidats se sont tournés vers ces mêmes pays de l’Union européenne que la Grande-Bretagne s’apprête à quitter, avec l’Irlande en tête des demandes. Cependant, les recherches d’emploi ne se sont pas limitées à l’Europe : les ressortissants britanniques se sont également intéressés aux autres régions du monde, notamment les États-Unis et l’Australie, comme le souligne la hausse de 73 % de ces recherches. »

Le malheur des employeurs britanniques pourrait faire le bonheur de leurs homologues irlandais

Cette tendance pourrait préfigurer un vote de défiance massif des demandeurs d’emploi britanniques. Étant donnée la faible majorité obtenue lors du référendum sur l’Union européenne, ce constat ne devrait peut-être pas surprendre. Le malheur des employeurs britanniques fait le bonheur de leurs homologues irlandais, avec une montée en flèche des flux entrants en provenance des pays de l’UE -- l’Irlande pourrait-elle incarner le nouvel eldorado des forces vives talentueuses, devant le Royaume-Uni ?

Mariano Mamertino ajoute : “Dublin et Berlin séduisent de plus en plus les demandeurs d’emploi européens et sont considérées comme des villes attrayantes, offrant une qualité de vie appréciable et, plus important encore, un faible coût de vie comparativement aux mégapoles telles que Londres. Traditionnellement, les employeurs britanniques ont bénéficié de leur capacité à recruter des talents à l’étranger, et de nombreux Anglais ont saisi l’opportunité de vivre et de travailler dans d’autres pays de l’Union européenne. S’il est peu probable que le Royaume-Uni ferme ses frontières du jour au lendemain, la liberté de mouvement des travailleurs présente des avantages économiques indéniables - et il est essentiel que l’économie britannique puisse continuer à recruter afin de pourvoir aux postes vacants. Ces statistiques démontrent clairement que si le Brexit entraîne une interruption dans le flux de talents vers le Royaume-Uni, les déboires de la Grande-Bretagne feront le bonheur de l’Irlande dès lors que les travailleurs qualifiés se laissent séduire par son marché du travail anglophone dynamique.”

Faits marquants :
- Le 24 juin, les recherches d’emploi depuis le Royaume-Uni vers le reste du monde étaient 73 % supérieures (pic) à la moyenne constatée les jours précédant l’annonce des résultats du référendum
- Le 24 juin, les recherches d’emploi depuis le Royaume-Uni vers l’Union européenne* étaient deux fois supérieures à la moyenne constatée les jours précédant l’annonce des résultats du référendum
- Le 24 juin, les recherches d’emploi depuis le Royaume-Uni vers Irlande étaient 2,5 fois supérieures à la moyenne constatée les jours précédant l’annonce des résultats du référendum
- Le 24 juin, les recherches d’emploi depuis l’Union européenne* vers l’Irlande étaient 2,2 fois supérieures (pic) à la moyenne constatée les jours précédant l’annonce des résultats du référendum
- Le 24 juin, les recherches d’emploi depuis l’Union européenne* vers l’Allemagne étaient 61 % supérieures (pic) à la moyenne constatée les jours précédant l’annonce des résultats du référendum.

* Dans les 19 États membres de l’UE dans lesquels Indeed a un site Internet



Laurent Leloup
Fondateur Finyear Group
Expert Blockchain auprès du Pôle de compétitivité mondial FINANCE INNOVATION
Président France Blocktech, association française des acteurs et de l'écosystème blockchain.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 4 Juillet 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News




LE TRESORIER