Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Vers la chute finale…


L’analyse objective de la réalité de la situation économique et financière nous amène à confirmer le virage que nous avons proposé la semaine dernière. Alors que jusque récemment nous considérions que toute baisse devait donner lieu à renforcement des positions actions, nous croyons désormais que la baisse à venir est devenue tellement probable, que nous recommandons un repli du taux d’investissement en actions, ou la couverture des actions détenues par les couvertures appropriées. La meilleure manière de faire ce mouvement est de vendre sur la hausse que devrait susciter le succès du sommet européen de ce jour.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
La crise que nous vivons depuis 2007 est structurelle, systémique. Tout le monde le dit, mais personne ne semble en avoir tiré les enseignements. Le premier enseignement est que l’économie, sans les amortisseurs réels (montée en puissance de « l’Etat providence », assurances sociale, santé, prévoyance et retraite) et financiers (recours systématique à l’emprunt), est de plus en plus cyclique. Le second enseignement est que la performance que l’on peut obtenir sur les actifs risqués est associée soit à une détention très longue et très sélective, soit à des décisions d’allocation tactique (assumer des mouvements plus rapides dans les allocations).

Le premier enseignement, c’est la cyclicité de l’économie. Malheureusement les dernières statistiques montrent que le monde se dirige droit vers la récession. Cette contraction de l’activité est désormais, à notre avis, incontournable. En Europe, il est inutile de rappeler que nous sommes déjà en récession. La dernière mise à jour des indicateurs de confiance des consommateurs et de sentiment économique, compilés par la commission européenne, est de mauvais augure. La baisse est au rendez-vous, pour le troisième mois consécutif. L’Allemagne (-1.4) et la France (-1.5) sont les plus affectés, alors que les pays du Sud se stabilisent à un niveau beaucoup plus bas. Aux USA, toutes les statistiques ne sont pas négatives, mais globalement, même si les commandes de biens durables ont apporté une lueur d’espoir, la tendance est clairement baissière. En Chine, la tendance de la consommation de ciment montrerait une croissance beaucoup plus affectée que ne le disent pour l’instant les indicateurs habituels. L’évolution du prix des matières premières confirme la probable contraction de l’activité.

Le second enseignement, qui est en bonne partie lié au premier, est que la performance financière s’acquiert de plus en plus grâce à la mobilité. Nous avons proposé cette mobilité en 2011(sous exposition au premier semestre, surexposition à partir de septembre), il faut à nouveau bouger en 2012 (surexposition aux actions jusque fin février pour les profils de risque faible, sous exposition aux actions pour tous les profils à partir de maintenant) pour accéder à une rentabilité plus élevée que celle procurée par le « taux sans risque ».

Aujourd’hui, ce n’est pas l’Europe qui nous inquiète. Nous avons montré en de multiples occasions notre positivisme et notre optimisme en la matière. La réalité semble nous donner raison ce matin : le fédéralisme accéléré va l’emporter, et demain (dans quelques années) nous aurons vraiment les Etats Unis d’Europe. Mais le problème n’est plus européen. Nous craignons que l’attention des marchés se porte sur le vrai problème, à savoir les USA et la Chine. Le problème de la dette est aussi américain, et un « double dip » évidemment ne ferait que le renforcer. D’autant qu’une possible alternance politique pourrait susciter des coupes budgétaires qui auront le même effet qu’en Europe, à savoir renforcer les forces récessives. Or, ce schéma n’est pas dans les cours du S&P 500 …


Investisseurs : Toujours sous-pondération pour les profils de risque faible. Pour les profils de risque moyen et élevé, nous proposons un repli tactique : une baisse de 10 % des indices nous semble possible à court terme, mais notre sentiment reste très favorable à long terme.

Spéculateurs : XXXXXXX

Tendances sur les taux et les devises : Les taux espagnols sont toujours à des niveaux de crise (6.9 %), comme les taux italiens (6.45%).

Tendances récentes sur les matières premières : Le prix du pétrole rebondit, comme le prix des matières premières en général.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mercredi 4 Juillet 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News