Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Un développement progressif de différents types de services financiers sur mobile


Les « services financiers sur mobile » (SFM) regroupent une gamme de services financiers qui peuvent être catégorisés en plusieurs types, du plus basique au plus évolué :



Un développement progressif de différents types de services financiers sur mobile
1/2 - Services basiques et services de paiement

Ces services permettent aux populations défavorisées de transférer de l’argent et d’effectuer des paiements. (ex : transfert national ou international ; paiement sur mobile y compris paiement de facture ; virement collectif et paiement marchand). Ils s’adossent en grande partie sur un réseau non bancaire (ex : distributeur automatique de billet et agence commerciale bancaire). Il n’est pas nécessaire d’être bancarisé pour souscrire au service. Une interface de base pour s’inscrire est offerte sur les appareils mobiles même les plus basiques.

2/2 - Services financiers

Micro-épargne : Ces services fournissent des produits d’épargne basiques aux populations défavorisées. Les clients peuvent épargner de l’argent sur un compte qui garantit la sécurité des fonds versés et, dans certains cas, rémunère le client via un intérêt. L’offre est accessible sur les appareils mobiles même les plus basiques.

Micro-crédit : Ces services fournissent des produits de crédits de base aux populations défavorisées. Les clients peuvent emprunter une somme d’argent qu’ils acceptent de rembourser à une échéance prévue. L’offre est accessible sur les appareils mobiles même les plus basiques.

Micro-assurance : Ces services fournissent des offres de micro-assurance aux populations défavorisées L’offre permet au client de gérer son niveau d’exposition aux risques en se dotant d’une couverture qui lui garantit des indemnités adaptées (maladie, décès, vol/perte, casse, etc.). L’offre est accessible sur les appareils mobiles même les plus basiques.

Petite histoire des services offerts par les SFM

Historiquement, la première forme proposée par des opérateurs a été les services de « mobile money », à savoir les services de paiement et de transfert d’argent sur mobile à destination des populations non bancarisées. Ces offres sont les plus populaires aujourd’hui et le réseau de distribution via les revendeurs locaux (ou agents de paiement sur mobile) représente le premier point d’entrée vers les services financiers dans beaucoup de pays.

Jusqu’en 2003, une seule offre de « mobile money » existait dans le monde, implantée aux Philippines : Money, par l’opérateur SMART. Les premières offres à se développer en dehors de cette région apparaissent en Afrique subsaharienne en 2004 (Zambie, Afrique du Sud (1) ). En 2006, une offre apparait en Asie du Sud (2), au Bengladesh avec BillPay de Grameenphone. En 2008, on comptabilise 16 offres dans le monde entier et l’Afrique subsaharienne devient majoritaire, avec 7 offres. C’est en 2009 que le marché explose, avec 38 offres à la fin de l’année, supporté par un marché subsaharien qui double.

Aujourd’hui, l’Afrique subsaharienne est toujours le marché n°1 des SFM. Ainsi, en 2014, 53% des offres commercialisées de paiement sur mobile est établi dans cette région (3). Cependant d’autres régions commencent à se développer, comme le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA), où la législation a un temps ralenti la croissance du paiement sur mobile.

Un développement progressif de différents types de services financiers sur mobile
Des services de base aux produits développés

Le « mobile money » reste très utilisé dans les pays en développement ayant comme utilisation principale les virements de compte à compte. Ainsi, en décembre 2014, plus de 85% des fonds transitant via le mobile étaient constitués, en volume, de virement de compte à compte (P2P transfer) et recharges de crédit (airtime top-up)(4) . Ces services, peu complexes et accessibles, sont la première étape vers une inclusion financière exhaustive. L’avantage pécuniaire de ces SFM est bien réel. Ainsi, le coût médian de transfert d’une somme de $100 vers un pays étranger est de $4, soit plus de deux fois moins qu’avec une agence de transfert classique (5) .

L’enjeu de la décennie à venir sera de sensibiliser et de faire migrer la population utilisant actuellement ces services de base vers des services plus développés : paiement marchands, virement de salaire, crédits, épargne, assurance, etc.

Parmi ces services, deux familles d’offres ont de plus en plus de succès : les offres de micro-assurance, à faible coût, à destination des populations les moins aisées ; et les offres d’épargne et de micro-crédit à destination des populations peu ou pas bancarisées.
A terme, ces nouveaux services permettront d’augmenter le volume de transactions grâce à une vaste gamme de services financiers interopérables. Des pays ont déjà franchi le pas, tels que, les opérateurs Indiens qui, en 2013, ont rendu interopérables tous leurs SFM. D’autres pays ont suivi en 2014 comme le Pakistan, le Sri Lanka et la Tanzanie.

Toutefois, de l’autre côté de la chaîne, des progrès restent encore à faire, notamment pour faciliter les paiements mobiles chez les marchands. Seul un quart des 258 000 « boutiques » affiliées à un compte monétaire sur mobile sont actifs à fin 2014...(6)

Un marché promis à un bel avenir (7)

Le marché du paiement sur mobile était de 235 milliards de dollars en 2013 (valeur des transactions réalisées), pour 245 millions d’utilisateurs. La croissance sera soutenue jusqu’en 2017 puisque les analystes prévoient un marché à 721 milliards de dollars en 2017, pour 450 millions d’utilisateurs...

Jean-Michel Huet, Olivier Darondel et Sébastien Cazuguel

(1) Scaling mobile money - Ignacio Mas and Dan Radcliffe, Bill & Melinda Gates Foundation – 09/2010
(2) Asie du Sud = Afghanistan, Bangladesh, Inde, Népal, Pakistan, Sri Lanka
(3) GSMA Research, 2014 State of the Industry : Mobile Financial Services for the Unbanked, page 14
(4) GSMA Research, 2014 State of the Industry : Mobile Financial Services for the Unbanked, page 33
(5) GSMA Research, 2014 State of the Industry : Mobile Financial Services for the Unbanked, page 9
(6) GSMA Research, 2014 State of the Industry : Mobile Financial Services for the Unbanked, page 9
(7) Gartner - http://gtnr.it/1zckJ6X

Jean-Michel Huet
Jean-Michel Huet

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 16 Février 2016
Notez


Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News