Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Simplification des démarches fiscales : la France gagne en attractivité sur le plan mondial


A l’heure où les pays du monde entier progressent dans la simplification et l'allègement des contraintes fiscales qui incombent aux entreprises, la France figure parmi les bons élèves.



Dans cette dynamique d’efficacité, la technologie est un atout qui permet aux Etats, notamment européens, de diminuer la charge administrative des entreprises. Reste que des progrès sont encore possibles en ce qui concerne les procédures postérieures au dépôt des déclarations fiscales. C'est ce que révèle la 12ème édition de l’étude « Paying Taxes 2018 », réalisée par PwC Société d’Avocats et la Banque Mondiale. Cette étude a pour objectif de mesurer le taux d’imposition total moyen ainsi que le poids des obligations déclaratives pour une entreprise « type » de taille moyenne selon les règles fiscales en vigueur dans 190 pays en 2016.

La France se distingue en matière d’efficacité fiscale au niveau mondial

Selon les résultats de l’étude, la France reste le pays dont le taux moyen d’imposition des entreprises est le plus élevé en Europe, avec un taux atteignant 62,2% du chiffre d’affaires. En dépit de cette pression fiscale élevée, qui s’explique notamment par le poids des cotisations sociales, la France s’illustre dans le domaine de la simplification des démarches déclaratives et figure parmi les pays les plus attractifs pour les entreprises. Dans l’Hexagone, une entreprise met en moyenne 139 heures pour accomplir ses démarches fiscales, contre 240 heures au niveau global. Cette forte attractivité est portée par la digitalisation croissante menée par l’Etat français, notamment en faveur des échanges avec l’administration. Elle devrait se trouver renforcée par les mesures gouvernementales récemment adoptées, relatives à la réduction du taux de l’impôt sur les sociétés et des cotisations sociales.

Les interactions postérieures à la déclaration fiscale, comme la demande de remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ou les contrôles fiscaux résultant de corrections apportées à la déclaration d'impôt sur les sociétés (IS), demandent une implication forte de la part des entreprises. Dans ce domaine, la France semble bonne élève puisqu’elle se situe au 10ème rang du classement des pays européens de l'Association européenne de libre-échange (l’AELE), devant l’Angleterre, le Danemark et les Pays-Bas. L’hexagone s’inscrit donc bel et bien dans la dynamique d’efficacité fiscale engagée au niveau mondial.

« La France bénéficie d’une attractivité fiscale certaine, favorisée par le tournant numérique. Il s’agit d’un atout clef en faveur de l’efficacité fiscale et qui profite tant aux entreprises françaises qu’aux firmes étrangères qui souhaiteraient venir s’installer en France. Au-delà de cette « compétitivité », la transformation digitale du secteur fiscal est un vecteur de confiance et de transparence. Elle permet de recréer du lien entre l’administration et les entreprises » précise Hélène Rives, Avocat Associé chez PwC Société d’Avocats.

Une charge administrative réduite partout dans le monde grâce à l’adoption de la technologie

La transformation digitale de l’économie, amorcée il y a plus de dix ans, se traduit aujourd’hui sur le plan fiscal par une plus grande dématérialisation des démarches déclaratives (notamment la mise en place de systèmes de télédéclaration et de télépaiement des impôts). Dans ce contexte, l’Europe fait figure de modèle d’efficacité fiscale pour les entreprises, en particulier en matière de procédures post-déclaration.

Ainsi, le temps moyen consacré aux obligations déclaratives dans 190 pays a diminué de 5 heures, pour atteindre 240 heures. Depuis 2004, il a diminué de 81 heures, ce qui reflète l’évolution massive engendrée par l’apport de la technologie. Le nombre de paiements a reculé à 24, soit une baisse d’1 point en un an. La diminution de 5 heures du temps moyen passé à se conformer à la réglementation fiscale témoigne des transformations digitales des pays, engagées depuis de nombreuses années.

Le temps moyen consacré aux obligations déclaratives d’une entreprise est de 240 heures, occasionnant 24 paiements, pour un taux d’imposition total (TTCR) de 40, 5%

Cependant, cette diminution reflète aussi plusieurs niveaux de digitalisation. L’utilisation de systèmes en temps réel pour suivre les transactions est pour l’instant l’apanage de grandes entreprises issues de certains pays, comme la Russie, la Chine ou la Corée du Sud. Leur impact à l’échelle mondiale est pour l’instant faible, mais pourrait évoluer dans les prochaines années à mesure que ces technologies se développent et se démocratisent dans davantage de pays. Les systèmes de contrôle en temps réel pourraient avoir des conséquences bénéfiques, diminuant la probabilité d’un contrôle fiscal.

Cette digitalisation nécessite cependant la mise en place d’outils permettant le traitement de données toujours plus nombreuses. Il s’agit d’un véritable défi, en particulier pour les plus petites entreprises, qui ne disposent pas encore de l’intégralité des moyens nécessaires pour appréhender cette évolution.

Des progrès à faire dans la phase post-déclaration afin de gagner en efficacité

Les démarches post-déclaratives (dont la TVA) restent l’un des processus les plus complexes pour les entreprises. Dans certains cas, la transmission d’informations requises par les administrations peut entrainer des délais administratifs de plus d’un an. Pour 81 pays, un contrôle fiscal est déclenché lorsque les déclarants modifient une erreur simple. Dans 51 pays disposant d’un système de TVA, en particulier dans les pays d’Amérique du Sud et d’Afrique, le remboursement de la TVA n’est pas possible. Ces tendances illustrent la réelle marge de progression pour beaucoup de pays. En 2016, 162 disposaient d’un système de TVA, et 107 prévoyaient le remboursement des crédits de TVA.

PwC propose un outil interactif afin de mesurer la maturité fiscale des pays

Avec cette nouvelle édition, l’étude « Paying Taxes 2018 » présente 13 ans de données sur la gestion de la fiscalité par les entreprises de 190 pays et permet de mesurer la complexité de leur gestion fiscale.

Grâce à un outil interactif dédié, il est possible de comparer 190 pays à travers le monde. L’objectif est de pouvoir suivre l’évolution des systèmes fiscaux à l’échelle mondiale, et d’appréhender le niveau de maturité des pays, face aux défis croissants liés à la simplification et à l’allègement des contraintes fiscales pour les entreprises.

Téléchargez ci-dessous l’intégralité de l'étude "Paying Taxes 2018" (PDF 108 pages)

Méthodologie de l’étude
L'étude Paying Taxes 2018 mesure toutes les taxes et contributions auxquelles une entreprise de taille moyenne est obligatoirement assujettie au cours d'une année donnée. Elle évalue également le poids des tâches administratives liées à la déclaration des revenus et au paiement des impôts, ainsi qu'aux formalités qui suivent l'étape de la déclaration. Les impôts et cotisations évalués comprennent notamment l’imposition sur les bénéfices, les cotisations et les charges sociales supportées par l'employeur, la taxe foncière, l'impôt sur la transmission du patrimoine, l'imposition sur les dividendes, l'impôt sur les plus-values.
Paying Taxes a étendu cette année son périmètre d'investigation aux procédures postérieures à l'étape de la déclaration fiscale. Le nouvel indicateur "post-déclaration" mesure ainsi deux processus susceptibles d'avoir lieu une fois la déclaration renvoyée, à savoir une demande de remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ou de la taxe sur les biens et services, et la correction d'une erreur dans une déclaration d'impôt sur les sociétés (IS), associée aux probabilités de déclenchement d'un contrôle fiscal le cas échéant.


Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Laurent Leloup
Fondateur & directeur des publications Finyear & Blockchain Daily News,
Auteur de "Blockchain, la révolution de la confiance"
CEO Chaineum (ICO Advisor, ICO Organizer)
Membre d'honneur du Cercle TURGOT.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Vendredi 9 Mars 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News