Quotidien Fintech, levée de fonds, M&A
Financial Year Financial Year
 
 
Fintech, Blocktech, Greentech, Healthtech, Corporate Finance
              


Mardi 27 Juillet 2021

Pour les entreprises, la révolution blockchain est une réalité Business et non un asset spéculatif


Par Karim Ganem, cofondateur d’IOV



Le Bitcoin comporte trop d’inconvénients pour s’imposer comme une véritable devise d’échange. D’autres crypto-monnaies ont su trouver la parade à ses écueils. Au-delà des crypto-actifs, les multiples applications de la blockchain continuent de révolutionner le monde de l’entreprise.

Elon Musk, ennemi du Bitcoin ? La nouvelle n’en est pas une. L’impact écologique de la plus célèbre des crypto-monnaies est un problème connu de longue date, tout comme son cours volatil et ses lenteurs de transaction. Une seule opération en Bitcoin nécessite une puissance de plus de 1400 kWh (l’équivalent de 50 jours de consommation d’un ménage américain, selon Digiconomist) et prend une dizaine de minutes pour être validée. Une durée si longue que la valeur en dollars d’une transaction en Bitcoin a le temps de varier entre le moment où elle est lancée et le moment où elle est effectuée.

Les « stablecoins », une solution pour les professionnels

Pourtant, ces problèmes ont déjà été résolus par d’autres crypto-monnaies. Sur le plan écologique, tout est question de protocole de validation. Le Bitcoin repose sur le « proof of work », très lent et très énergivore. Le protocole de « proof of stake » (utilisé par la quasi-totalité des nouvelles crypto-monnaies) est quant à lui beaucoup plus rapide et permet de réduire de 99% la consommation électrique des opérations. Quant aux cours imprévisibles, le problème est réglé par les « stablecoins », dont la valeur ne varie pas face au dollar ou à d’autres monnaies. Basés sur un protocole de « proof of stake », les stablecoins cochent toutes les cases d’une véritable monnaie : stabilité, rapidité et faible impact écologique.

L’environnement des crypto-monnaies a donc déjà gagné ses lettres de noblesse en tant que système d’échange fiable et résilient pour les entreprises. Dans les pays émergents soumis à une érosion monétaire disparue de longue date en Europe de l’Ouest, être payé en crypto-monnaie est régulièrement préféré à un virement dans la devise officielle du pays. L’Argentine en est un bon exemple.

Traçabilité, sécurité : la force tranquille de la blockchain

Les crypto-monnaies bénéficient également d’un autre atout majeur : leur transparence et leur traçabilité, qui intéresse cette fois-ci les pays les plus avancés. La blockchain, sur laquelle reposent ces crypto-actifs, permet en effet de tenir un registre infalsifiable de toutes les transactions réalisées avec ces monnaies. Dans un monde de compliance, de lutte contre le blanchiment d’argent et de lutte contre le financement du terrorisme, les crypto-monnaies offrent donc des solutions qu’aucune monnaie « classique » n’est en mesure d’apporter. D’où le fait que les banques centrales s’emparent désormais du sujet pour développer leur propre monnaie numérique fondée sur cette technologie.

Les avantages de la blockchain dépassent le seul cadre des crypto-monnaies. En France comme ailleurs, on ne compte plus les entreprises qui ont adopté cette technologie pour certifier leurs chaînes d’approvisionnement ou sécuriser la gestion de leurs bases de données. Les entreprises du CAC 40 en sont d’excellents exemples, allant de Carrefour à Renault. Lorsque ces blockchains sont publiques, les clients de ces entreprises peuvent par exemple s’assurer eux-mêmes de la provenance d’une marchandise à partir d’un simple QR Code.

Une infinité d’innovations à portée de main

On l’aura compris : comme Internet en son temps, cette nouvelle technologie permet de développer de nouveaux services en rupture avec le monde d’avant. Les applications de la blockchain sont multiples, allant des concepts les plus simples aux plus révolutionnaires. Comme pour toute innovation, certaines idées feront bouger les lignes tandis que d’autres s’épuiseront d’elles-mêmes.

Enfin, soulignons qu’une blockchain permet de stocker non seulement des données, mais aussi des documents. Ainsi, pour les entreprises, une seule blockchain peut permettre de gérer la réception, l’enregistrement et le paiement des factures. Le but ? Éviter les erreurs de gestion et assurer une parfaite traçabilité des opérations effectuées. L’enjeu est de taille pour les métiers de comptabilité et d’audit. Et pour les entreprises allant jusqu’au bout de la logique, le gain de temps est double lorsque les fournisseurs sont payés en crypto-monnaies, et que les factures comportent un simple lien pour réaliser un virement automatique. Bref, la blockchain en tant que Business a de beaux jours devant elle et nous ne sommes qu’au début de cette révolution.

À propos de IOV :
Fondée en 2018, IOV est une start-up est basée à Paris, Berlin et Barcelone et compte 30 personnes. IOV est une technologie blockchain destinée à permettre au plus grand nombre de bénéficier du futur des échanges et des transactions.

Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS