Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Les banques défient les professionnels de l’immobilier




Les banques défient les professionnels de l’immobilier
Les banques gèrent les comptes (des particuliers et des professionnels), accordent des crédits (quand le risque est bon !), organisent les placements de valeurs mobilières, les introductions en bourse, les fusions-acquisitions, assurent. De plus, maintenant, la plupart d’entre elles réalisent les expertises immobilières, sont intermédiaires immobiliers et assurent la gestion des biens immobiliers ou des copropriétés.

Pourquoi ? Principalement parce qu’elles ont vu dans les secteurs immobiliers des activités où elles pouvaient se développer (elles savent que la part de marché des professionnels est faible) en utilisant leur réseau, leur puissance, parfois leurs agences. Et bien sûr pour distribuer plus facilement leurs produits (crédits, assurances, épargne..).

La BNP-Paribas, pour l’immobilier d’entreprise, et le Groupe Caisse d’Epargne-Crédit Foncier, occupent maintenant des positions très fortes, voire hégémoniques, pour ce dernier, dans le domaine de l’administration de biens (premier gestionnaire des trésoreries de la profession, deuxième garant, avec Socamab, deuxième acteur, avec Gestrim)…

Les organisations de professionnels de l’immobilier, qui ont souvent combattus ceux qui tentaient d’empiéter sur leur champ d’intervention (notaires, marchands de listes, portails internet…) ne semblent pas avoir réagi au défi que font peser les banques sur la poursuite d’activités immobilières indépendantes. La récente condamnation du statut d’agent commercial immobilier a de plus brûlé une cartouche supplémentaire que les professionnels pouvaient utiliser contre les banques : la part de marché des professionnels est d’autant plus élevée que les négociateurs immobiliers sont indépendants (et rémunérés à la commission).

Les agents immobiliers hollandais et surtout américains se mobilisent pour empêcher les professionnels immobiliers d’entrer dans les professions immobilières : on assiste actuellement, aux Etats-Unis, à une intense bataille !

Si les organisations immobilières ne réagissaient pas, il ne resterait plus….qu’à espérer et se donner rendez-vous dans 20 ans ! Les banques en effet devront tôt ou tard renoncer à gérer – et vendre- des valeurs immobilières. On ne peut pas être juge et partie : elles viennent de le comprendre en matière de valeurs mobilières, après avoir été courtiers et experts…pendant près de 20 ans. Elles se désengagent à présent.


© Alain Silverston - CEO - SVI, Inc.
Société d’études et de conseils pour l’immobilier et le crédit
2110, Artesia Blvd #259 - Redondo Beach, CA 90278 - USA

Tel: 001-562-331-4063

MAIL al@svi-inc.com
SITE www.svi-inc.com


Samedi 15 Octobre 2005
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News