Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



La loi Toubon ou le tonneau des Danaïdes


Dans un article de la revue « THE ECONOMIST » intitulé : « Franglais resurgent », l’auteur rappelle que si « défendre la langue française contre l’invasion rampante de l’anglais est de longue date l’un des passe-temps favoris des élites françaises », depuis quelque temps, le pragmatisme semble avoir eu raison des dernières réticences.



A cet égard, une réponse ministérielle du 11 septembre dernier ne manque pas de surprendre(1). En effet, suite au lancement de l’offre commerciale « Id night by Idtgv »(2) par le service « iDTGV », partie intégrante de la SNCF, un sénateur a attiré l’attention du secrétaire d’État chargé des transports sur la légalité de cette offre au regard de la législation sur la langue française, dite loi Toubon(3).

En guise de réponse, le secrétaire d’État indique que la loi interdit aux personnes morales de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public : « l’emploi d’une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d’une expression ou d’un terme étrangers […] dès lors qu’il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l’enrichissement de la langue française » (cf. article 14).

Ces dispositions ne s’appliquent qu’aux personnes morales de droit public, ou de droit privé chargées d’une mission de service public.

Aussi, en tant que filiale de droit privé de la SNCF, « iDTGV » n’est pas investie d’une mission de service public et bénéficie de l’autonomie dans la gestion de sa politique commerciale.

Dès lors, elle n’entre donc pas dans le champ de la loi du 4 août 1994.

Question : la réglementation visant à repousser l’anglais reste-t-elle en vigueur ?

(1) Rép. min., n° 3728 : JO Sénat, 11 sept. 2008, p. 1840
(2) Il s’agit d’un service de trains à grande vitesse, commercialisé par iDTGV destiné aux voyageurs souhaitant accéder à une gamme de prix fortement modulée en fonction de l’anticipation de la date d’achat du billet et accessible uniquement par l’internet.
(3) Et notamment la loi du 4 août 1994, relative à l’emploi de la langue française.


Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie

t.charles@allize-plasturgie.com

Tuesday, September 30th 2008
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News