Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



L’Europe de l’€


Alors que le succès était loin d’être garanti, le conseil européen de ce jour a accouché d’un accord majeur. Il permet enfin le renforcement des règles de gouvernance des pays qui ont adopté l’€ comme monnaie unique.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Il se fait évidemment sans la Grande Bretagne, ce qui n’est évidemment pas une surprise. L’Anglais a choisi de garder sa monnaie, il ne peut donc pas faire partie de l’accord. Il n’y a rien d’étonnant à cela, et le fait que les discussions aient achoppé sur les exceptions demandées par l’Anglais sur la réglementation des services financiers, est un symbole très fort. La Perfide Albion veut garder sa monnaie et la City : on va probablement encore longtemps parler de cette exception britannique…Car, comme l’a rappelé notre Président, la dimension règlementaire est majeure, pour réussir à reformer tout le système financier, et éviter que la crise soit encore plus grave.

L’Europe se fait donc, contrainte et forcée, autour de l’€ et grâce à l’€ ; la charrue fut mise avant les bœufs, mais c’était finalement la bonne façon de faire. Il faut se féliciter de l’accord du 9 décembre, fondé sur la modification des traités, et qui renforce la gouvernance. Il intègre les demandes essentielles de l’Allemagne et de la France : inscription « dans le marbre » des règles d’équilibre budgétaire, sanctions réellement automatiques en cas de dépassement des limites….La contrepartie de tout cela, c’est la solidarité totale des 16 pays envers celui qui aurait des difficultés financières.

Le volet financier est plus difficile à résumer, et à l’heure qu’il est, il manque, comme pour tous les accords européens récents, des détails de mise en œuvre. Selon les annonces faites tôt ce matin, le FESF et le MES seront gérés par la BCE, mais que ces structures n’auront pas de licence bancaire (alors que justement la puissance de feu financière est liée à la capacité à créer de la dette, créer de la monnaie). L’Union Européenne apporterait 200 milliards au FMI, lequel obtiendrait d’autres soutiens non européens, pour venir soutenir les pays européens en difficulté.

Nous tirons de cet accord plusieurs interprétations :
1/ Il va naturellement, selon nous, dans le bons sens puisqu’il montre la volonté des politiques européens d’accélérer leur intégration dans le cadre d’une « union budgétaire », pour reprendre les termes de Mario DRAGHI, qui s’est félicité de l’accord dans une déclaration cette nuit ;

2/ En refusant toute idée de défaut d’un pays membre de la nouvelle union ainsi créée, ils s’obligent à rembourser conjointement jusqu’au dernier sou, la totalité des dettes accumulées. C’est bien sûr une manière de rassurer les préteurs (le marché), mais il faut imaginer que les agences de notation vont considérer cette information comme un argument pour dégrader les pays les mieux notés de l’Europe, qui ainsi se portent caution de tous les autres. Les menaces de dégradation des notes souveraines risquent d’être exécutées…

3/ L’opposition entre Europe de l’€ et ses règles écrites, et le monde agglo saxon de la liberté du marché, risque d’être de plus en plus forte. Le divorce sur la réglementation des marchés financiers est un motif majeur d’opposition. On peut s’attendre dans le cadre de la gestion de la récession qui commence, à des mesures européennes de réglementation et de taxation des marchés financiers, qui ne seront pas prise par la City ou Wall Street. Elles seront donc sans effet.

4/ La position de la BCE reste plus que jamais essentielle. Mario DRAGHI concentre ses mesures de soutien sur les banques, et pas sur les Etats. In fine, cela revient au même, puisque les banques vont prêter de plus an plus aux pays, pour se substituer au marché. A nouveau, cela montre les divergences majeures de comportement de l’Europe et du monde anglo saxon : action auprès des banques pour la BCE, action sur le marché pour la BoE et la FED.

L’Europe de l’€ se construit, il faut s’en réjouir, mais elle s’éloigne du modèle anglo-saxon.

Investisseurs : Nous pensons que les marchés, après une réaction probablement négative initialement, devraient saluer l’accord. La hausse devrait l’emporter dans les prochaines semaines…

Spéculateurs : XXXXXXX

Tendances sur les taux et les devises : Les marchés de taux ne desserrent que modérément leur étreinte sur les pays surendettés de l’Europe.

Tendances récentes sur les matières premières : Le prix des matières premières a baissé à la suite de la publication de diverses statistiques défavorables sur la conjoncture des pays émergents.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mardi 13 Décembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News