Future Finance, Fintech, DeFi | Daily News
              



Jusqu’où peut aller Wall Street ?


Lettre du 17 janvier 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Wall Street, imperturbablement, bat record sur record. L’épisode de stress géopolitique du tout début de l’année semble déjà loin. Manifestement, les investisseurs accordent peu d’importance aux événements géopolitiques : le marché pétrolier lui-même a déjà retrouvé ses niveaux d’avant la crise du début janvier. Le cours de l’or noir est stable, celui des actions américaines continue de progresser. Jusqu’où peut aller Wall Street, alors que la phase haussière actuelle a commencé il y a plus de 10 ans ? Il est naturellement difficile de vouloir mesurer les choses dans un monde de démesure. Comme à tout instant sur un marché, il y a nécessairement autant d’arguments pour acheter que pour vendre, puisqu’à chaque instant, les acteurs du marché échangent des actions. Rappelons que les prix de actions reflètent avant tout, et surtout actuellement, les conditions de marché et notamment la liquidité de ses acteurs et leur capacité à se financer ou refinancer facilement et à taux faibles. Actuellement, la dynamique des prix reflète peu la dynamique de la valeur des entreprises. C’est comme toujours l’empirisme qui l’emporte ; ce que l’on voit compte infiniment plus que ce que l’on croit. Pour essayer de mesurer jusqu’où pourrait aller les cours de Wall Strret, il suffit peut-être de regarder les sommets qu’ont pu atteindre les autres actifs, que l’on compare habituellement aux actions.

L’immobilier ne cesse de s’apprécier bien au-delà des niveaux qualifiés de « raisonnables ». En France comme ailleurs, les prix de l’immobilier d’habitation (comme commercial) ont atteint des sommets inégalés. Tout spécialiste de l’immobilier convient que le niveau actuel désolvabilise les acquéreurs, sauf à augmenter la durée et le montant de l’emprunt. On observe sur ce marché comme sur celui des actions, l’importance du niveau des taux pour justifier les prix pratiqués actuellement. Jamais la composante « taux » n’a été aussi importante dans le prix d’un bien immobilier.

Les obligations ont atteint aussi des sommets inimaginables. Rappelons que le taux de l’OAT 10 ans est devenu négatif au début de l’été dernier, et qu’il cote actuellement légèrement au-dessus de zéro. Pourtant, comme nous l’avons dit et écrit à plusieurs reprises, le taux de croissance nominal de l’économie française est toujours autour de 2,5-3% (inflation comprise). Si ce chiffre est un estimateur grossier mais crédible à long terme, on mesure toute la surévaluation actuelle des obligations française comme européennes. Pourtant, malgré des taux si bas, les investisseurs se précipitent lors des adjudications.
Cette semaine, malgré un taux de 1,37% seulement, les investisseurs ont demandé 40 Mds€ sur le marché. En Espagne, pour les obligations de même maturité (10 ans) les investisseurs ont demandé plus de 50 Mds€ de papier, alors que le rendement de marché ne dépasse pas 0,5%... Cela démontre l’appétit gargantuesque des investisseurs, même pour des obligations qui rapportent aussi peu.

Alors jusqu’où peuvent vraiment aller le cours des actions ? Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, mais le ciel est bien haut, et sans nuage. L’histoire nous a montré des exemples de hausse du cours des actions qui a paru ensuite totalement excessif. Les actions japonaises, à la fin des années 80, en est peut-être le meilleur exemple. En 1989, il y a 30 ans, la capitalisation boursière totale de actions japonaises avait dépassé la capitalisation des actions américaines. Aujourd’hui, la conjonction d’une croissance limitée mais non inflationniste, avec une surabondance de liquidité, et la raréfaction des actions, organisée par les entreprises elle mêmes, est un cocktail qui peut porter les cours bien plus haut que les niveaux actuels.


Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains ont légèrement progressé en Europe. L’€ a progressé de 0,3% contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole perdu 4%. Le cours du cuivre a rebondi.

Investisseurs : Nous recommandons de pondérer normalement les actions (position neutre) pour un CAC 40 compris entre 5 685 et 6 122

Spéculateurs : Le Cac 40 franchit ses sommets avec un gap, c'est une possible accélération la semaine prochaine
Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr





Finyear & Chaineum


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 20 Janvier 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles