Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Europe : dépenses de protection sociale


L'UE28 a consacré 29,1% du PIB à la protection sociale en 2011. Les ratios les plus élevés au Danemark, en France et aux Pays-Bas.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Après avoir augmenté entre 2008 et 2009, les dépenses de protection sociale (1) ont légèrement reculé dans l'UE28, passant de 29,7% du PIB en 2009 à 29,4% en 2010 et 29,1% en 2011, selon les données d’Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.

L’augmentation du ratio observée entre 2008 et 2009 était en grande partie la conséquence de la crise économique, les dépenses totales de protection sociale dans l'UE28 ayant progressé en termes nominaux (2) (en raison en particulier de la forte augmentation des prestations chômage), tandis que le PIB reculait. La baisse enregistrée entre 2009 et 2011 s’explique par une augmentation plus lente des dépenses de protection sociales que du PIB. Cette baisse masque toutefois des tendances différentes selon les États membres. En 2011, les deux principales sources de financement de la protection sociale au niveau de l'UE28 étaient les contributions publiques provenant des impôts, comptant pour 40% des recettes totales, et les cotisations sociales pour 56%.

La moyenne de l'UE28 a continué de masquer de fortes disparités d'un État membre à l'autre. En 2011, la part des dépenses de protection sociale par rapport au PIB était d’au moins 30% au Danemark (34,3%), en France (33,6%), aux Pays-Bas (32,3%), en Belgique (30,4%), en Grèce (30,2%) ainsi qu'en Finlande (30,0%), et inférieure à 20% en Lettonie (15,1%), en Estonie (16,1%), en Roumanie (16,3%), en Lituanie (17,0%), en Bulgarie (17,7%), en Slovaquie (18,2%), à Malte (18,9%) et en Pologne (19,2%). Ces écarts reflètent des différences de niveaux de vie, mais illustrent également la diversité des systèmes nationaux de protection sociale ainsi que des structures démographiques, économiques, sociales et institutionnelles propres à chaque État membre.

Les dépenses par habitant sept fois plus élevées au Luxembourg qu’en Roumanie

En 2011, les dépenses de protection sociale par habitant, exprimées en SPA (3) (standards de pouvoir d'achat) qui permet d’éliminer les différences de niveaux de prix entre les pays, étaient près de sept fois supérieures au Luxembourg (4) qu'en Roumanie. Après le Luxembourg, les dépenses les plus élevées par habitant étaient enregistrées aux Pays-Bas et au Danemark (chacun à environ 40% au-dessus de la moyenne de l'UE28), suivis de l'Autriche (à environ 30% au-dessus de la moyenne) ainsi que de la France, de l’Allemagne et de la Suède (à environ 25% au-dessus de la moyenne). Les plus faibles dépenses par habitant se situaient en Roumanie et en Bulgarie, où elles étaient inférieures à 30% de la moyenne de l'UE28.

Part plus élevée des pensions de vieillesse et de survie en Italie et en Pologne

En moyenne dans l'UE28, les pensions de vieillesse et de survie représentaient 46% des prestations sociales totales en 2011 et constituaient la principale dépense de protection sociale dans quasiment tous les États membres. La part des pensions de vieillesse et de survie dans le total des prestations sociales était la plus élevée en Italie (61%), en Pologne (58%) ainsi qu’au Portugal, en Lettonie et à Malte (55% chacun), et la plus faible en Irlande (23%), au Luxembourg (37%) et en Croatie (38%).

Les prestations de maladie, de soins de santé et d'invalidité comptaient en 2011 pour 37% des prestations sociales totales dans l'UE28. Elles représentaient la plus grande part de dépense de protection sociale en Allemagne, en Irlande, en Croatie et aux Pays-Bas. Parmi les États membres, la part de ces dépenses variait de 26% à Chypre et 30% en Lettonie à 51% en Croatie et 49% en Irlande.

En moyenne dans l'UE28 en 2011, les prestations familiales représentaient 8% des prestations sociales totales, les prestations de chômage 6% et les prestations liées au logement et à l'exclusion sociale 4%. La part des prestations familiales s'échelonnait de 4% aux Pays-Bas à 16% au Luxembourg. La part des prestations de chômage variait de 2% du total en Pologne, en Roumanie et en Croatie à 15% en Espagne, et celle des prestations liées au logement et à l'exclusion sociale de moins de 1% en Italie et en Croatie à 11% à Chypre.


(1) Les dépenses et recettes de protection sociale sont calculées selon la méthodologie du manuel SESPROS (Système européen de statistiques intégrées de protection sociale). Les dépenses incluent les prestations sociales, les dépenses de fonctionnement et les autres dépenses liées aux régimes de protection sociale. Les prestations sociales sont exprimées en valeur brute: leur valeur représente ce que les régimes résidents de protection sociale ont déboursé. avant toute déduction de l'impôt sur le revenu ou autres prélèvements obligatoires à payer sur les prestations par les bénéficiaires. Des informations plus détaillées sont disponibles dans le manuel SESPROS, disponible sur le site internet d'Eurostat:
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_OFFPUB/KS-RA-11-014/EN/KS-RA-11-014-EN.PDF
(2) En termes nominaux: à prix et taux de change courants.
(3) Le standard de pouvoir d'achat (SPA) est une unité monétaire artificielle de référence qui permet d'éliminer les différences de niveaux de prix entre les pays. Un SPA permet ainsi d'acheter le même volume de biens ou de services dans tous les pays. Cette unité permet des comparaisons significatives d'indicateurs économiques en volume entre plusieurs pays. Les SPA utilisés ici sont ceux correspondant à l’agrégat des comptes nationaux “consommation individuelle effective”.
(4) L’indicateur "dépense par habitant" est calculé d’après la population résidente. Par conséquent, les données du Luxembourg sont surestimées par rapport aux autres pays, car une part importante des prestations est versée à des personnes vivant en dehors du pays (principalement des dépenses de santé, de retraite et de prestations familiales).

Source : Eurostat
ec.europa.eu/eurostat

Laurent Leloup

Vendredi 22 Novembre 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News