Quotidien Finance digitale, open finance, blockchain
              



Ester : la succession de l’Eonia s’organise


Par Augustin Beyot, Directeur Capital Markets, Risk et Finance, cabinet de conseil Chappuis Halder & Co.



Le 2 octobre, le marché monétaire européen a accueilli un nouveau venu : l’Ester, ou €STR. Cet indice a pour but de remplacer totalement l’Eonia d’ici deux ans en devenant le taux sans risque de référence en zone euro. La transition est plus complexe qu’il n’y paraît, surtout pour les banques.

Depuis déjà plusieurs années, les banques centrales préparent la transition vers de nouveaux indices monétaires. Au Royaume-Uni, le Libor va être remplacé par le « Sonia » d’ici 2021. En zone euro, l’Eonia va quant à lui être remplacé par l’« Ester » d’ici 2022. Coïncidence ou volonté, les prénoms féminins sont désormais à l’honneur dans le monde des marchés monétaires européens.

Le but : adopter des indices monétaires plus résilients

Pour bien définir le contexte, rappelons que les taux du marché monétaire représentent des « taux sans risque » qui dépendent principalement des taux directeurs fixés par les banques centrales. Ils sont utilisés dans de très nombreux contrats financiers, aussi bien pour calculer des taux de crédit bancaire, déterminer les rendements des livrets d’épargne ou servir d’indices de référence. On comprend donc que le remplacement de l’Eonia et du Libor n’est pas une mince affaire.

Si cette transition est nécessaire malgré le casse-tête qu’elle engendre, c’est pour trois raisons : plus de transparence, plus de supervision et plus de liquidité. En effet, le « scandale du Libor » avait étalé au grand jour en 2012 que les banques pouvaient manipuler les anciens indices monétaires selon leurs intérêts, d’où un besoin accru de transparence et de supervision. Par ailleurs, les réglementations de Bâle III, en poussant les banques à limiter leur utilisation des produits dérivés, avaient engendré indirectement une moindre liquidité sur ces mêmes indices monétaires qui arrivaient donc en bout de course.

Un casse-tête pour les banques

La BCE a donc lancé l’Ester le 2 octobre dernier : deux références coexistent ainsi sur le marché monétaire européen puisque l’Eonia ne sera supprimé que le 1er janvier 2022, et non le 1er janvier 2020 comme initialement prévu. Pour gérer une transition en douceur entre les deux indices, l’Ester reste par ailleurs temporairement indexé à l’Eonia avec une différence de +8,5 points de base (0,085%). Cette marge fixe a l’avantage de créer une stabilité entre ces deux références.

Pour les banques, l’adoption des nouveaux indices monétaires reste néanmoins un véritable défi. Qu’elle soit graduelle ou bien de type « big bang », cette transition s’accompagne d’un effort herculéen pour ces acteurs tant sur les aspects informatiques, comptables, financiers que juridiques ou commerciaux. La quasi-totalité de leurs activités sont en effet concernées par ce changement qui impacte non seulement leur cœur de métier (activités de marché et de prêts) mais aussi leurs fonctions supports et leur back office. Les banques sont conscientes de ces défis, connaissent leurs propres faiblesses et savent qu’elles doivent agir sans tarder.

Enfin, la situation est très paradoxale pour les banques puisque celles-ci sont à la fois actrices et spectatrices de cette transition. Actrices, car ce sont elles qui créent la liquidité d’un indice monétaire en traitant sur ce marché. Spectatrices, car chaque banque a intérêt à attendre que d’autres établissements créent cette liquidité avant elle. Quitter l’Eonia pour utiliser l’Ester ne se fera donc pas en un jour, mais il ne fait aucun doute que ce paradoxe sera résolu d’ici deux ans.

Un défi supplémentaire : éduquer les clients

Mais pour que la transition soit un succès dans les deux ans à venir, un autre défi attend les banques européennes : convertir leur clientèle entreprise et privée à ces nouveaux indices. C’est en effet sur les banques que repose la tâche d’éduquer les parties prenantes pour les familiariser avec l’Ester ou le Sonia.

En zone euro, de nombreux clients s’étaient habitués à ce que leurs contrats soient liés au taux de l’Eonia. On estime que plus de 190.000 milliards d’euros de contrats financiers sont liés au Libor et que plus de 150.000 milliards d’euros de contrats sont liés à l’Eonia ou à l’Euribor en zone euro. Le travail de pédagogie à réaliser est donc colossal, tant les parties prenantes sont nombreuses et tant les montants impliqués directement ou indirectement sont élevés. Un travail nécessaire qui peut également être vu comme une opportunité de renforcer la relation client dans un contexte de taux bas et de compétition féroce entre les acteurs de la place.

Que l’on se rassure tout de même : malgré une transition qui s’annonce lourde et parfois difficile à mettre en œuvre, les nouveaux indices monétaires ne poseront aucune difficulté d’utilisation lorsqu’ils seront définitivement adoptés. Comme pour la transition écologique, le plus dur est simplement d’adopter de nouveaux réflexes !

A propos de Chappuis Halder & Co.
Chappuis Halder & Co. est un cabinet de conseil international en management spécialisé dans les services financiers, qui accompagne les banques privées, les banques d’investissement, l’univers de l’assurance et les mutuelles dans leurs projets de transformation. Créé en 2009 et d’origine suisse, Chappuis Halder & Co. possède aujourd’hui 8 bureaux répartis en Europe (Paris, Genève, Londres, Budapest), en Asie (Hong Kong, Singapour) et en Amérique du Nord (New York, Montréal,). Sa nouvelle offre Augmented Consulting met à disposition des réponses additionnelles au conseil classique : mixant experts du conseil et de la technologie, elle propose des technologies sur-mesure et clef en main, élaborées dans l’écosystème élargi de l’innovation de Chappuis Halder & Co.
chappuishalder.com

Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

------------------------

Chaineum :
Fondée en 2015, Chaineum est une boutique STO offrant une expertise de premier plan en matière d’ICO et STO, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).
La division services blockchain de Chaineum, développe la technologie Chaineum Segment, une blockchain privée orientée objets.

About Chaineum:
Founded in 2015, Chaineum is a STO Boutique with a strong expertise in ICO and STO, and a strategic focus on both its clients' business and blockchain technology. As such, Chaineum paved the way in the implementation of certain best practices in this sector (ICO Charter, Security Token Network).
Chaineum's blockchain services division, is developing Chaineum Segment technology, an object-oriented private blockchain.

-------------------------

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Vendredi 6 Décembre 2019
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles