Quotidien future finance
              



Économiquement, le Royaume-Uni aurait beaucoup à perdre d’une sortie de l’Union européenne


À l’approche du referendum britannique le 23 juin, la perspective d’un « Brexit » préoccupe les opérateurs de marchés. Il faut dire qu’un tel scénario susciterait des turbulences financières et économiques, en premier lieu pour le Royaume-Uni.



L’éventualité d’un « Brexit » a d’ores et déjà eu un impact au Royaume-Uni, dont l’activité économique a subi un léger ralentissement au cours des derniers mois. Plusieurs indicateurs conjoncturels ont montré des signes d’essoufflement, c’est le cas des investissements, des indicateurs PMI et du chômage, dont le recul marque une pause. « La croissance du PIB britannique a ralenti au premier trimestre. Les agents économiques ont fait preuve d’attentisme face à l’incertitude liée à cette échéance électorale. Ils ont visiblement partiellement reporté leurs dépenses d’investissement et de consommation » analyse Eric Bourguignon, Responsable des activités pour compte de Tiers de Swiss Life Asset Managers (France).

Si le referendum se concluait par une sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne, il faudrait s’attendre à un impact économique important, en premier lieu pour les Britanniques. Un Brexit se solderait probablement par un long processus de renégociation des accords commerciaux, non seulement avec l’Union européenne, mais aussi avec les pays qui n’en font pas partie.

Chute de la livre et récession ?

« Les plus durement pénalisés seraient les Britanniques eux-mêmes, compte tenu de l’asymétrie des volumes d’échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ». En effet, les exportations du Royaume-Uni vers l’Union représentent près de la moitié des exportations britanniques et 13,7% du PIB du Royaume. Les importations provenant de l’Union européenne s’élèvent quant à elles à 53% du total des importations britanniques. « Un tel scénario aurait un impact récessif significatif pour le Royaume-Uni » anticipe Eric Bourguignon.

En cas de Brexit le Royaume-Uni pourrait en outre être confronté à un sérieux problème de balance des paiements, en raison de l’importance de son déficit extérieur qui a atteint l’an dernier 5,2% du PIB britannique. « Le Royaume-Uni comble actuellement facilement ce déficit en important des capitaux étrangers, jusqu’ici dans de bonnes conditions de financement. Mais les choses pourraient brutalement changer s’il quittait l’Union. Les investisseurs se montreraient plus réticents à le financer, ce qui se traduirait mécaniquement par un renchérissement notable de ses conditions d’emprunt ».

Dans un tel scénario, la livre britannique se déprécierait fortement, ce qui générerait rapidement des tensions inflationnistes. Jusqu’ici les entrées de capitaux de l’étranger compensaient les sorties de devises dues au déficit extérieur. « Un Brexit romprait cet équilibre et conduirait probablement à la fois à une perte de confiance des investisseurs à l’égard du Royaume-Unis et à une crise de la livre » estime Eric Bourguignon.

Pour l’Union européenne, un choc politique plus qu’économique

Du côté de l’Union européenne, les séquelles d’un Brexit seraient davantage d’ordre politique qu’économique. « Il y aurait évidemment un impact sur la croissance économique européenne, mais moindre qu’au Royaume-Uni. Il faut surtout redouter les réactions politiques que le Brexit engendrerait au sein de l’Union européenne. Il ouvrirait de nouvelles brèches pour les eurosceptiques et marquerait un coup d’arrêt à la construction européenne ». Un tel environnement se traduirait par une volatilité accrue sur les marchés financiers internationaux.

En conclusion, au regard de ces conséquences potentielles, le Royaume-Uni a bien plus à perdre qu’à gagner d’une sortie de l’Union européenne. « Jusqu’ici, l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne ne représentait pas vraiment un handicap économique. Londres a obtenu de nombreuses concessions qui lui ont permis de conserver une grande autonomie. Il a ainsi conservé sa propre monnaie et une politique monétaire indépendante, en dehors de la zone euro. Le Royaume-Uni a pu aussi mener sa propre politique sociale et déroger à certaines règles budgétaires de l’Union » rappelle Eric Bourguignon. Au moment du vote, les Britanniques auront certainement cette équation en tête. Reste à savoir si cela les conduira finalement à opter pour un statu quo qui leur permettrait de s’épargner un choc économique.

A propos de Swiss Life Asset Managers
Swiss Life Asset Managers bénéficie de plus de 150 ans d'expérience dans la gestion des actifs du groupe Swiss Life. Ce lien étroit avec l'assurance conditionne sa philosophie d’investissement qui a pour principaux objectifs de préserver le capital, générer des rendements stables dans le cadre d’une approche responsable des risques. Cette approche qui a fait ses preuves permet également à des clients tiers basés en Suisse, en France, en Allemagne et au Luxembourg de bénéficier des services proposés par Swiss Life Asset Managers.
Au 31 décembre 2015, Swiss Life Asset Managers gérait quelque 170,5 milliards d'euros d'actifs pour le groupe Swiss Life, dont plus de 35,7 milliards d'euros de placements pour des clients tiers.
Swiss Life Asset Managers est également un gestionnaire immobilier leader en Europe1. Sur les 170,5 milliards d'euros d'actifs sous gestion, 35,8 milliards d'euros sont investis dans l'immobilier. Par ailleurs, Swiss Life Asset Managers assure la gestion de biens immobiliers via ses filiales Livit et Corpus Sireo pour 26,4 milliards d'euros. Au 31 décembre 2015, Swiss Life Asset Managers gérait ainsi 62,2 milliards d'euros de biens immobiliers.
Swiss Life Asset Managers emploie plus de 1 400 collaborateurs en Europe.
swisslife-am.com

1 PropertyEU, 100 top investors, octobre 2015

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 20 Juin 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News