Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Consommation de biens manufacturés


Un premier trimestre correct pour la consommation des ménages, qui se maintient à haut niveau.



Nicolas Bouzou
Nicolas Bouzou
Au T1, les dépenses de biens manufacturés ont gagné 1,2%, soit un ralentissement modéré par rapport au quatrième trimestre 2008 (+1,8%). La contribution de la consommation des ménages à la croissance du PIB au T1 sera sans doute positive en dépit de vents macroéconomiques plutôt défavorables (début de tensions sur les prix, taux de chômage encore élevé bien qu’en léger recul).

Consommation de biens manufacturés

Il faut d’ailleurs conserver une certaine prudence par rapport à ces chiffres. Déjà, on voit qu’avec une croissance de 2,3% au T1, l’automobile a positivement contribué à cette dynamique (à hauteur de 0,2 points). Seulement, il s’agit de livraisons liées à des achats en réalités effectués fin 2010, avant l’arrêt de la prime à la casse. A cet égard, attendons-nous à un contrecoup au T2. Ensuite, le chiffre de consommation de mars est décevant (-0,7%), notamment sur le poste pourtant généralement porteur de l’équipement du logement (-0,6%) et sur celui du textile (-2,2%). Enfin, la consommation au T1 était partie sur un acquis de croissance très fort, en raison de la hausse de la consommation en toute fin d’année dernière.


Consommation de biens manufacturés

En d’autres termes, il n’est pas interdit d’être un peu circonspect par rapport aux évolutions de consommation pour ces trois prochains mois. La clé réside bien sûr dans la façon dont les ménages vont ajuster leurs comportements à la hausse des prix. En effet, on imagine mal que dans un contexte où la hausse des prix rattrape peu à peu la hausse des salaires (et donc de stagnation du pouvoir d’achat, voire de baisse aux niveaux individuels), on n’observe pas de changements dans la consommation des ménages. Les pouvoirs publics le sentent bien, et tentent de sauver ce qu’ils pensent pouvoir être sauvé, en essayant de mettre en place des petites mesures de soutien à la consommation (prime aux salariés, taxe sur les pétroliers…).

Nicolas Bouzou
Directeur – Fondateur d’Asterès  (Analyses et Prévisions Economiques)
Membre du Conseil d’Analyse de la Société auprès du Premier Ministre
Directeur d’études à la Law & Management School Université Paris II Assas
 
01 48 85 23 60
7 rue du chemin vert
94100 Saint-Maur des Fossés
 
 
Nicolas Bouzou est à votre service pour animer ou diriger vos conférences :
 
 

Vendredi 29 Avril 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies