Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Consommation de biens manufacturés


Les évolutions de consommation des ménages se sont avérées plutôt favorables en fin d’année, même si certaines précautions d’analyse s’imposent. Certes, les dépenses en biens manufacturés ont augmenté de 0,6% en décembre, après un bond de 2,7% en novembre. Au T4, ces achats ont gagné 1,9%, ce qui est beaucoup.



Consommation de biens manufacturés
Néanmoins, l’analyse par postes de consommation rappelle que la fin de la prime à la casse a joué un grand rôle dans ces évolutions. Ainsi, la consommation automobile a gagné 8,6% en décembre, et 15,4% en T4. Or l’automobile représente près de 13% des dépenses totales de produits manufacturés. Ainsi, la consommation hors automobile a perdu 0,7% en décembre, et a été quasi-stable sur l’ensemble du T4 (au T4, le textile-cuir recule de 0,9% et l’équipement du logement augmente de seulement 0,5%). La dynamique macroéconomique fondamentale de la consommation est donc peut-être plus fragile que les chiffres ne le laissent entendre de prime abord.

Il n’en reste pas moins que la consommation a bien résisté en 2010. Les achats de produits manufacturés ont progressé de 1% (contre 0,8% en 2009). La consommation globale (produits manufacturés + services + alimentation) devrait ainsi avoir augmenté de 1,6%, permettant au PIB de croître de 1,5%. Sur ce dernier point toutefois, on ne se lassera pas de répéter que la contribution du commerce extérieur à la croissance économique est négative. Autrement dit, la perte de compétitivité du territoire français amoindrit les effets de la consommation intérieure la croissance du PIB.

Consommation de biens manufacturés
Si l’on se projette sur 2011, on peut s’attendre à une consommation toujours positive, mais peut-être un peu moins nettement qu’en 2010. Du côté des soutiens aux dépenses, les créations d’emplois salariés marchands devraient continuer, comprises entre 30 000 et 50 000 par trimestre. Il y a là de quoi alimenter un peu la masse salariale. Du côté des freins, la loi de Finance 2011 viendra ponctionner légèrement le revenu disponible des ménages, via la suppression d’un certain nombre d’avantages fiscaux et sociaux (la prime à la casse constitue seulement l’un des aspects de la question). L’inflation, en outre, devrait passer la barre des 2% en raison des fortes tensions qui existent sur les marchés de matières premières. Le pouvoir d’achat augmenterait d’environ 1%. La consommation de produits manufacturés pourrait in fine progresser à un rythme compris entre 1 et 2%.

Asterès met en place des outils d’analyse et de prévisions économiques à destination des entreprises.
- La société réalise des tableaux de bord et des lettres de veille sur l’économie française et internationale.
- Asterès répond aux besoins d’études et de prévisions économiques préalables à une opération stratégique dans un marché émergent : implantation, partenariat, prospection commerciale…
- Asterès organise pour le compte de ses clients des séminaires et des formations intra-entreprises.

Consommation de biens manufacturés
Nicolas Bouzou - Gérant de ASTERES (Analyses et Prévisions Economiques)
 
 
Nicolas Bouzou est à votre service pour animer ou diriger vos conférences :
 
 
 


Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Vendredi 28 Janvier 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies