Quotidien future finance
              



Comment profiter de l’essor de la consommation chinoise ?


Paris, le 21 octobre 2016. Par Peng YAO, Gérant de fonds - Actions chinoises, Union Bancaire Privée (UBP)



L’expansion de la consommation chinoise figure parmi les opportunités d’investissement les plus intéressantes à ce jour.

Au cœur de ce phénomène, une urbanisation rapide, qui, compte tenu de son ampleur, pourrait constituer un événement unique dans l’Histoire. La génération née après l’ère Deng Xiaoping vient de franchir un seuil symbolique: en 2015, elle représentait plus de la moitié de la population. Elle devrait atteindre les deux tiers d’ici cinq ans et ses habitudes de consommation bouleversent le paysage politique, économique, commercial et social. Née dans les années 1980, cette génération a grandi dans un contexte inédit de stabilité et de relative prospérité.

Economie émergente et dynamique, la Chine reste un marché incontournable mais souvent très complexe. Investir en Chine requiert non seulement des capacités de recherche et de l’expérience, mais également une certaine agilité afin de décoder les décisions politiques et comprendre la nature des investisseurs chinois, souvent plus sensibles à la volatilité. En 2015, le marché a connu deux mouvements brutaux: une période de croissance, suivie d’un effondrement spectaculaire au mois de juin. L’indice Shanghai Composite a bondi de plus de 130% entre juillet 2014 et juin 2015. Après cinq années de baisse, une telle euphorie n’avait rien d’étonnant. Mais d’un point de vue macroéconomique, les fondamentaux ne présentaient aucune amélioration significative.

Un marché complexe, où il faut savoir décoder les décisions politiques et le comportement des investisseurs

Pourquoi une telle montée en flèche des indices boursiers ? Comme souvent, la liquidité excessive a été l’un des principaux «carburants de la spéculation». Le comportement exubérant des investisseurs et le déni apparent des risques ont finalement attiré l’attention des autorités. Le resserrement soudain des conditions de financement annoncé en hâte a instantanément stoppé la frénésie du marché, déclenchant une correction brutale. L’indice Shanghai Composite a perdu 50% de sa valeur dans les trois mois qui ont suivi. Une fois encore, les autorités ont été contraintes d’intervenir, ce qui a rapidement eu pour effet de refroidir les investisseurs, tout en précipitant la chute des marchés boursiers chinois.

L’excès de liquidité artificiellement créé et les interventions du gouvernement ont logiquement fragilisé la confiance des investisseurs dans le marché en 2015. Cette situation a entraîné une différence de performance importante entre les entreprises privées et les secteurs étatiques privilégiés, tels que les banques et les producteurs d’acier. En 2016, certains signes indiquent que cette inclination stratégique à soutenir les entreprises d’Etat a été excessive et néfaste pour le bon fonctionnement des marchés financiers. Une telle période d’«exubérance irrationnelle» pourrait représenter un excellent point d’entrée pour les investisseurs qui raisonnent à plus long terme.

Des réformes favorables au secteur tertiaire

La situation actuelle résulte d’un ensemble de réformes économiques et ne devrait pas être interprétée comme un ralentissement général de l’activité, et certainement pas de la consommation domestique. Par le passé, les secteurs primaires et secondaires représentaient les moteurs de la croissance. Aujourd’hui, les réformes en cours visent à renforcer la contribution du tertiaire. La Chine entend multiplier par deux son PIB de 2010 ainsi que le revenu des citadins comme des ruraux à l’horizon 2020.

De nouveaux thèmes d’investissement émergent de ces réformes et représentent de véritables opportunités pour les investisseurs à long terme. La défense nationale, l’aérospatiale, le secteur des moteurs à énergies nouvelles, les services médicaux, l'information, le renseignement ainsi que la technologie, les médias et les télécoms (TMT) offrent des idées d’investissement à qui sait les analyser. Il s’agit des secteurs mis en avant dans les 12e et 13e plans quinquennaux. Même si certains de ces concepts ont déjà atteint un certain degré de maturité dans les pays occidentaux, ce n’est pas encore le cas en Chine.

A propos du Groupe Union Bancaire Privée (UBP)
L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 22,3% au 30 juin 2016. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans vingt-quatre implantations à travers le monde, l’UBP emploie quelque 1’680 collaborateurs et dispose de CHF 113,5 milliards d’actifs sous gestion au 30 juin 2016
ubp.com
L’Union Bancaire Gestion Institutionnelle (France) est agréée et réglementée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) - N° d'agrément AMF GP98041

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Lundi 24 Octobre 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles