Quotidien Fintech, Blocktech, Deeptech / Daily News
              



Lundi 17 Mars 2014

Arnaque aux faux virements bancaires : la nouvelle délinquance financière


200 millions d’euros, c’est le préjudice total qu’ont subi, en 2013, des dizaines d’entreprises françaises victimes d’un nouveau type d’escroquerie: l’arnaque aux faux virements bancaires. Très sophistiquées, ces fraudes sont de plus en plus nombreuses et variées .



Comment fonctionnent ces arnaques ?

Le principe de l’arnaque aux faux virements est enfantin, mais son mode opératoire est très perfectionné. Des pirates récoltent un maximum d’informations sur la société cible puis, muni de ces renseignements, l’un d’eux se fait alors passer pour son dirigeant. Prétextant une grosse opération nécessitant réactivité et discrétion, il ordonne au comptable de la société de passer au plus vite un virement sur un compte bancaire étranger.

Le comptable est en confiance : son interlocuteur s’exprime très bien, il dispose d’informations précises sur la société, l’ordre de virement contient une parfaite imitation de la signature du dirigeant et même parfois les coordonnées d’un cabinet d’avocats. Diligent, le comptable s’exécute et vire les fonds sur le compte.

D’autres modes opératoires ont été recensés, comme au sein de la société yvelinoise WATERS, où un homme s’est présenté comme un employé de banque chargé de modifier le protocole informatique relatif aux virements internationaux. L’opération de maintenance a duré une semaine: le temps pour l’escroc de virer deux millions d’euros vers l’étranger.

Quel impact pour les entreprises ?

De plus en plus répandu, ce type d’escroquerie a déjà fait perdre 200 millions d’euros aux entreprises concernées. L’usine de production SERETRAM, appartenant au groupe GEANT VERT, a ainsi perdu à elle seule près de 17 millions d’euros en quatre jours.

Cette délinquance financière inquiète les autorités judiciaires. Les juridictions interrégionales spécialisées de Lyon, Bordeaux, Rennes et Lille se sont saisies de ces dossiers. Pierre BELLET, vice-procureur du parquet de Bordeaux, parle « d’espionnage industriel » pour décrire le degré de perfectionnement de ces arnaques, qui jouent tout à la fois sur le sentiment de confiance, la pression psychologique et une parfaite maîtrise informatique.

Les entreprises victimes ressortent très fragilisées : des licenciements et même des procédures collectives ont été constatés à la suite de ces escroqueries.

Comment se protéger ?

Afin de vous prémunir contre ces escroqueries, nous vous invitons à sensibiliser votre personnel à ces nouvelles formes de délinquance financière.

La prudence recommande également que vous établissiez avec votre service comptabilité des protocoles strictement confidentiels relatifs aux modalités des virements bancaires à l’étranger. Par exemple, à compter de certains montants, les instructions au comptable devront être données en direct par les dirigeants. Et une confirmation du virement pourra leur être demandée par la banque de la société.

Enfin, n’hésitez pas à consulter le« Guide de l’hygiène informatique »* établi par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information en janvier 2013. De nombreux conseils pratiques y sont prodigués afin de renforcer la sécurité de votre parc informatique et vous éviter d’être la cible privilégiée de ces délinquants.
* http://www.ssi.gouv.fr/IMG/pdf/guide_hygiene_informatique_anssi.pdf

Lamy Lexel - Flash Info
CONTENTIEUX DES AFFAIRES ET RESTRUCTURING
MARS 2014
www.lamy-lexel.com


Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News