Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Wolfram Seidemann, PDG de Giesecke+Devrient Currency Technology

Entretien avec Wolfram Seidemann, PDG de Giesecke+Devrient Currency Technology.


Cette année, l'euro a 20 ans ! À cette occasion, Wolfram Seidemann, PDG de Giesecke+Devrient Currency Technology, revient sur deux décennies de succès dans lesquelles l'entreprise européenne a également joué un rôle.

Comment voyez-vous l'évolution de l'euro au cours des deux dernières décennies ?

Depuis son introduction, l'euro a contribué à la stabilité, à la compétitivité et à la prospérité des économies européennes. Plus important encore, il a amélioré la vie des citoyens et facilité l'épargne, les investissements, les voyages et les affaires en Europe et au-delà.

L'euro a réellement soutenu le développement d'une identité européenne et, aujourd'hui, plus de 340 millions de personnes l'utilisent dans 19 pays de l'UE, avec 27,6 milliards de billets en euros en circulation pour une valeur d'environ 1 500 milliards d'euros.

Cette année marque non seulement les 20 ans de l'euro, mais aussi les 20 ans de la collaboration de G+D avec la Banque centrale européenne. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre rôle dans le lancement de l'euro ?

En fait, G+D a commencé à imprimer des euros pour la Banque centrale européenne en 1999, en utilisant les normes de sécurité les plus modernes. Elle était un partenaire clé pour les premières impressions, produisant la moitié du volume d'euros allemands, et sa filiale Louisenthal était un important fournisseur de papier.

En 1999, après des impressions tests, l'introduction d'un système de gestion de la qualité et la production de plaques d'impression, la production en série des billets a commencé. Pour la première émission en 2002, près de 16 milliards de billets en euros ont été produits par quatorze imprimeurs de billets différents dans les douze pays.

Des défis restent à relever pour l'euro, notamment sa transition vers le monde numérique, quelle est votre vision de cette étape cruciale ?

Nous aurons toujours besoin d'argent liquide et, à partir de 2024, l'euro adoptera un design encore plus moderne, qui est en train d'être affiné. Mais l'analogique ne suffira pas. Les Européens ont besoin d'un format complémentaire sous la forme d'une monnaie numérique de banque centrale (MNCB), outil de paiement standardisé et largement accepté, qui sera un puissant moteur de l'économie numérique.

À la mi-juillet 2021, la BCE a confirmé qu'elle était dans une phase d'étude de deux ans sur l'euro numérique, avec pour objectif un lancement en 2026. Il s'agit d'une étape audacieuse pour le secteur des paiements, qui pourrait ouvrir de nouvelles opportunités passionnantes en Europe. La prochaine décennie est appelée à devenir l'ère numérique de l'Europe - et l'euro numérique est un élément crucial pour garantir l'indépendance des États européens et la prospérité de la zone économique à l'avenir. Presque partout dans le monde, les banques centrales travaillent sous une forte pression sur les monnaies numériques.

L'euro numérique offrirait aux citoyens une alternative sûre et légalement légitimée aux crypto-monnaies spéculatives. En effet, une MNCB bien conçue combine les avantages des espèces avec la rapidité et la commodité des options de paiement numériques. En tant que moyen de paiement numérique inclusif, l'euro numérique serait accessible à tous les citoyens, indépendamment de leur statut social et de leur capacité à accéder à des comptes bancaires, à des prestataires de services de paiement ou à l'internet.

Êtes-vous vous-même impliqué dans des projets MNBC ?

Oui, nous travaillons avec plusieurs banques centrales sur les MNCB - dont un projet pilote au Ghana, par exemple - et nous constatons que certains pays avancent très vite sur ce sujet.

Au Ghana, nous sommes impliqués dans le développement de la technologie et de la solution pour e-cedi (la MNBC du pays). En effet, le gouvernement nous a choisis pour diriger la phase pilote.

Cela permettra au pays d'entamer sa conversion numérique. L'e-cedi servira d'alternative au cedi physique et assurera une solution de paiement sécurisée et robuste. De plus, les paiements sans compte bancaire seront facilités, augmentant ainsi l'inclusion financière au plus grand nombre de Ghanéens.

Comment le projet est-il structuré ?

Au cours de la phase de conception, tous les paramètres du projet pilote MNCB sont précisés et définis. Il s'agit notamment des exigences économiques, réglementaires et techniques du pays ainsi que de la définition des paramètres de la phase de test. Conformément à ces exigences individuelles, la solution MNCB de G+D est adaptée au contexte ghanéen lors de la deuxième phase. Au cours de la phase pilote, un groupe d'utilisateurs issus de divers milieux démographiques et socio-économiques testera la solution sur le terrain en utilisant différents canaux et facteurs de forme tels que des applications mobiles et des cartes à puce.

Pendant le pilote, une étude sera menée sur l'acceptation de l'e-Cedi du point de vue des utilisateurs finaux. En outre, la sécurité informatique de l'infrastructure, l'impact du projet sur la politique monétaire et le système de paiement, et les implications juridiques seront évalués. Les leçons tirées des expériences pilotes des utilisateurs fourniront à la Banque du Ghana et à G+D des enseignements précieux pour le déploiement de l'e-Cedi à l'échelle nationale.

Envie d’en savoir plus sur le développement des MNBC à travers le monde ? Giesecke+Devrient et le groupe de réflexion indépendant Official Monetary Financial Institutions Forum (OMFIF) a récemment publié un rapport disponible sur :
https://www.gi-de.com/corporate/Payment/Central_Bank_Digital_Currencies/G_D_2021_consumer_study.pdf

Lundi 31 Janvier 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES