Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year
Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year
 
 
 
 


              



Vernimmen Actualité : la lettre n° 111 décembre 2012


ACTUALITE : Le taux de l’argent sans risque : le changement, c'est maintenant !
GRAPHIQUE DU MOIS : Les courbes de taux d’intérêt dans le monde
RECHERCHE : Couverture et création de valeur
QUESTION ET REPONSE : Pourquoi les fonds de pension britanniques ont- ils modifié la composition de leurs actifs ?
NOS LECTEURS ECRIVENT : OPA de TTC sur la CFAO : le prix de la consolidation ?
PETIT COUP DE POUCE : Comparez votre niveau de rémunération avec Emolument



Pascal Quiry
Pascal Quiry
ACTUALITE : Le taux de l’argent sans risque : le changement, c'est maintenant !

En l'état de nos connaissances, on ne peut pas déterminer le coût des capitaux propres et le coût du capital sans disposer d'une estimation du taux de l'argent sans risque. En effet, le MEDAF postule que le taux de rentabilité à exiger d'un actif est le taux de l'argent sans risque majoré d'une prime de risque proportionnelle au risque de marché de l'actif en question : Rf + β x [E(Rm) - Rf]1. Les modèles alternatifs au MEDAF comme l'APT requièrent aussi un taux de l'argent sans risque.

Qu’est-ce qu’un actif sans risque ?

Les praticiens utilisent souvent pour taux sans risque le taux des obligations d'Etat sur la durée la plus fréquemment émise ou négociée : 10 ans en France pour l'OAT ou en Allemagne pour le Bund et 30 ans aux Etats-Unis. La justification donnée est que cette durée de long terme est du même ordre de grandeur que celle de la moyenne des flux d'une action ou de l'actif économique qui sont nécessairement eux aussi sur le long terme.

De leur côté, les chercheurs qui ont conçu le MEDAF n'ont pas donné de définition concrète du taux de l'argent sans risque au-delà d'indiquer que c'est un actif dont l'écart-type des rentabilités possibles est nul. C'est une excellente définition d'un actif sans risque. En effet, puisqu'il est sans risque, sa rentabilité est sûre et certaine, et l'écart-type de ses rentabilités possibles est nul puisqu'il n'y en a qu'une seule rentabilité possible.

1 Pour plus de détails, voir les chapitres 24 et 36 du Vernimmen 2013


suite

Pascal Quiry, co-auteur du Vernimmen
www.vernimmen.net
www.vernimmen.com

Mardi 8 Janvier 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear