Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Vendée Globe - Safran est reparti des Malouines


Marc Guillemot a quitté son abri aux Malouines ce soir après six heures d’escale pour réparer son rail de mât. En tête, Michel Desjoyeaux a retrouvé des vents favorables et repris quelques milles sur son éternel dauphin Roland Jourdain.



Vendée Globe - Safran est reparti des Malouines
Il est arrivé à Stanley Bay aux Malouines à 11h mercredi matin. Prendre une bouée à la voile en solitaire sur un monocoque de 18 mètres représente déjà un sacré exploit. Grimper dans le mât tout seul pour réparer un rail défectueux en deux endroits différents en moins de six heures en est un autre… Vers 17h15, Marco avait remis les voiles et repris son cap vers le large. La course a repris pour lui avec encore 6588 milles à parcourir avant le bonheur du retour aux Sables. Un océan à remonter en surveillant de près ce rail récalcitrant.

Pour les quatre solitaires qui le précèdent, la navigation en Atlantique Sud est loin d’être une promenade de santé. Sam Davies a dû se débarrasser d’algues encombrantes. Armel Le Cléac’h s’est battu toute la journée dans les petits airs pour progresser vers le nord. Roland Jourdain se repose après son épisode MacGyver pour réparer sa cloison de mât. Et Michel Desjoyeaux a enchaîné les virements de bord toute la journée pour s’extraire d’une dorsale anticyclonique délicate.

Mais la situation des concurrents en Atlantique est finalement beaucoup plus enviable que celle des trois prochains candidats au Cap Horn. Brian Thompson, Arnaud Boissières et Dee Caffari subissent régulièrement des coups de vent dantesque sur la fin du Pacifique Sud. Le passage du Cap Horn demain sera sous le signe de la plus grande prudence étant donné les conditions terribles qui les attendent derrière. Au milieu du Pacifique, Steve White est le plus rapide de la flotte avec 15,5 nœuds de moyenne sur 24h, loin devant son compatriote Brian Thompson, deuxième plus rapide avec 11,9 nœuds. En queue de flotte, Raphaël Dinelli a profité de vents portants pour revenir à seulement 23 milles de son camarade Norbert Sedlacek. Son décalage au sud pourrait lui permettre de repasser dans la nuit devant le skipper autrichien et lui céder au passage la place de dernier.
L.L.B.

www.vendeeglobe.org

Jeudi 15 Janvier 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News