Future Finance, Fintech, Blockchain, DeFi | Daily News
              



Tendances 2020 : l’ère de la digitalisation des processus opérationnels


Par Thierry Moncoutié, Product Marketing Manager, Itesoft.



Le marché français des solutions de gestion des processus documentaires devrait s’élever d’ici à 2021 à 3 milliards d’euros, en croissance de 6,6 % par rapport à 2019*, du fait des besoins croissants de digitalisation des entreprises, de l’accélération du déploiement de technologies (IA, automatisation, RPA…) et d’un contexte réglementaire renforcé.
ITESOFT dresse un état des lieux des tendances 2020 de la digitalisation des processus métier en France.

2020, vers une maîtrise des processus réglementaires

La pression réglementaire s’amplifie, notamment pour la banque et l’assurance avec la transposition au niveau national en 2020 de la 5ème directive européenne LCB-FT (lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme). Dans l’assurance, la réforme « 100 % santé » (ex : « Reste à charge zéro ») va concerner tout bénéficiaire d’une complémentaire santé à compter du 1er janvier 2020, alors que la loi relative au droit de résiliation sans frais d’une complémentaire santé devrait s’appliquer dans le courant de l’année.

Pour les organisations, la mise en conformité implique la mise à jour d’un ensemble de processus opérationnels. Le salut passe par l’automatisation et l’orchestration des processus, qui permet d’optimiser de façon agile les processus existants, de systématiser à moindre coût la détection des risques et d’assurer une parfaite traçabilité et auditabilité des contrôles.

Cela est d’autant plus important qu’en cas de défaillance, les sanctions vont être de plus en plus sévères. Rien qu’en matière de manquements aux mécanismes de LCB-FT, les sanctions prononcées par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) se sont élevées en 2018 à 70 millions d’euros et une radiation a été prononcée en 2019…

On le voit, la mise en conformité étant soumise à une obligation de résultats, l’automatisation en est aujourd’hui l’indispensable clé de voûte.

2020, des paroles aux actes en termes de lutte contre la fraude

L’accélération de la digitalisation des échanges rend la fraude encore plus prégnante. 70 % des entreprises ont été victime d’au moins une tentative en 2018. Entre montants payés à tort et tentatives détectées, la fraude à l’assurance s’élevait à plus de 500 millions d’euros en France en 2018, d’après l’Agence de lutte contre la fraude à l’assurance (Alfa). La fraude sociale représenterait elle, entre 3 % et 10 % des 450 milliards des prestations versées tous les ans par les organismes de sécurité sociale.

Sous la pression publique et politique, banquiers, assureurs, organismes de protection sociale et autres collectivités doivent lutter plus efficacement contre la fraude. Les mécanismes actuels (contrôles par échantillonnage, souvent après traitement métier, ou contrôles par confrontation avec quelques schémas de fraude identifiés après de longues analyses « big data ») ont montré leurs limites. Il devient urgent de changer de paradigme et de systématiser les contrôles, dès réception des justificatifs fournis (pour souscrire un prêt, demander une indemnisation de sinistre, solliciter un remboursement de dépenses de santé, obtenir une ouverture de droits ou une prestation sociale…) avant tout traitement métier (ouverture de la relation d’affaires ou de droits, règlement). C’est la bonne réponse pour limiter la fraude et les risques financiers, juridiques et réputationnels associés, quand dans plus de la moitié des cas, celle-ci est « portée » par le document, qu’il soit frauduleux ou falsifié.

En d’autres termes, pour traiter l’épidémie, il est indispensable de « se vacciner » contre la fraude plutôt que d’avoir recours à un sérum.

2020, place aux processus opérationnels digitalisés

Afin d’améliorer leurs performances, les organisations ont depuis longtemps digitalisé leur « back-office », avec la mise en place dès les années 90 d’ERP, de systèmes propriétaires de gestion, d’applications client/serveur…. Depuis, transformation digitale oblige, elles ont lourdement investi dans leur « front-office » (relations multicanal, portails clients, apps mobiles, centres de contacts…) afin d’améliorer l’expérience utilisateur et le parcours client-usager.

Pourtant, la performance n’est toujours pas au rendez-vous ! Obtenir un crédit, une indemnisation de sinistre ou une prestation sociale peut encore être long, complexe et coûteux, à cause du nombre de parties prenantes et systèmes informatiques impliqués. Et les organisations de redécouvrir l’importance critique de leurs processus opérationnels : ce sont eux qui permettent de délivrer le service ! Or ces processus sont encore largement manuels ou mal automatisés... Car si automatisation il y a, elle reste limitée à des tâches et non au processus dans son ensemble, laissant ainsi persister risques d’erreurs, de fraude, de goulets d’étranglement et d’inefficacité pour l’organisation ! Pour gagner en expérience client et en efficacité opérationnelle, 2020 devrait marquer le début d’une nouvelle ère, placée sous le signe de la digitalisation des processus opérationnels de bout en bout, afin de les rendre plus intelligents, plus rapides et plus sécurisés. Et les organisations plus performantes et plus rentables !

Les processus opérationnels ont été jusqu’à présent le maillon faible du parcours clients. 2020 marque l’ère de leur digitalisation.

* Source : MARKESS by exægis



FINYEAR & CHAINEUM

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

------------------------

Chaineum :
Chaineum est une banque d'affaires offrant une expertise de premier plan en matière de financement, levée de fonds, M&A, ICO et STO, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que vers la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).

About Chaineum:
Chaineum is a Independent Investment Bank with a strong expertise in funding, fundraising, M&A, ICO and STO, and a strategic focus on both its clients' business and blockchain technology. As such, Chaineum paved the way in the implementation of certain best practices in this sector (ICO Charter, Security Token Network).

-------------------------

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Jeudi 23 Janvier 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos