Future Finance, Fintech, DeFi | Daily News
              



Supernovæ


Lettre du 4 septembre 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Nous avons déjà utilisé cette image pour caractériser la phase ultime du cycle des marchés d’actions, mais nous ne résistons pas à la tentation d’à nouveau l’évoquer. L’analyse de la physique des étoiles est passionnante. Les astro physiciens ont ainsi imaginé une typologie des corps stellaires, selon leur masse.
Au terme de la combustion de leur hydrogène par fusion, les étoiles deviennent des naines blanches, puis noires, ou des étoiles à neutrons, ou encore des supernovas puis un trou noir. C’est la masse de l’étoile qui permet de définir si elle va devenir une étoile à neutrons, une naine, ou un trou noir, lorsqu’elle aura consommé tout son hydrogène.
Les étoiles les plus massives, contiennent tellement d’hydrogène que les réactions de fusion nucléaire conduisent à l’explosion de l’étoile, qui émet une lumière considérablement plus intense que les étoiles « normales », moins massives.
C’est le phénomène de supernovæ, dont la luminosité est aussi intense que sa durée est brève. Après cette débauche de lumière, ou les réactions thermonucléaires l’emportent sur le champ gravitationnel, la pression interne qui résulte de la gravitation l’emporte et l’étoile s’effondre sur elle-même, jusqu’à devenir un trou noir, un objet tellement massif que même la lumière n’arrive pas à s’en échapper. L’étoile passe de l’hyper visible (la supernovæ) à l’invisible (le trou noir).

Le Nasdaq est une supernovæ dont la masse considérable d’hydrogène (la liquidité créée par les banques centrales), explose en produisant une lumière intense (la hausse des cours de bourse). On peut dire que les 3 000 milliards de dollars (environ) créés depuis 6 mois par les autorités monétaires américaines se sont transformés en hausse de 3 000 Mds$ de la capitalisation boursière du NASDAQ (environ) sur la même période.
La lumière émise a été tellement éblouissante que les investisseurs ont subi des troubles du comportement. La société ZOOM, sur la simple publication de ses ventes, a vu son cours augmenter de 40% en une journée, et sa capitalisation boursière atteindre plus de 120 Mds$ pour des ventes attendues en 2020 de l’ordre de 2Mds$. 60$ de capitalisation boursière pour un dollar de ventes.
Tesla et Apple ont procédé à un « split », cette opération qui consiste à augmenter sensiblement le nombre d’actions par réduction du nominal, et à faire baisser le cours sans effet sur la capitalisation boursière. 1 000$ en coupures de 5 ou de 100$, c’est toujours 1 000$. Eblouis par la lumière ambiante, les investisseurs ont acheté massivement ces actions « splitées », alors que les données fondamentales sont totalement inchangées. Les cours d’Apple et Tesla ont flambé au lendemain du « split ». Depuis le début de l’année, l’indice Nasdaq a progressé de 27,7%, et de plus de 43 % depuis un an, alors que le PIB mondial va baisser de 5% environ selon le FMI.
Ce très grand écart entre l’euphorie des marchés financiers et le marasme économique bien réel, alors que le niveau de risque général est toujours très élevé, est dénoncé par toutes les institutions financières.
L’ESMA, dans son rapport semestriel publié cette semaine, a longuement commenté cette situation très inquiétante.
Comme le docteur Frankenstein lorsqu’il découvre que sa créature artificielle est devenue incontrôlable, les autorités publiques se rendent compte des effets induits par l’hyperliquidité. Il n’y avait pas d’autre solution que de prendre des mesures exceptionnelles dans un environnement exceptionnel, pour reprendre les mots de Madame Lagarde. Pourtant, consciemment ou inconsciemment, l’objectif est bien de fabriquer de la croissance et de l’activité réelle à partir de la création de monnaie. Soit par la stimulation de « l’effet richesse » via la hausse des cours des actifs financiers, soit par création directe de consommation grâce à « l’helicopter money ».
Mais le risque, c’est que la supernovæ se transforme en trou noir, que la débauche de hausse des cours cède la place à une correction massive et à une grande crise de confiance. Ce n’est pas notre scénario, mais le risque est bien là, comme le rappelle la volatilité du Nasdaq hier.

Investisseurs : Le marché des actions a pris un an d’avance sur les performances des entreprises. Nous recommandons de sous pondérer au maximum les actions pour un CAC supérieur à 4759.

Tendance sur les marchés de taux et de devises : Les taux souverains ont remonté cette semaine. Le taux de change de l’€a baissé mais il demeure autour de 1,18$.


Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole a baissé significativement cette semaine et se retourne au plus bas depuis un mois. Le cours du cuivre a poursuivi sa progression.



Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr





No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Vendredi 4 Septembre 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles