Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Corporate Finance, DeFi, Blockchain News

Startups : Quel est leur facteur X ?

Mazars en France dévoile les résultats de sa première étude « Quel est leur facteur X ? » et identifie trois leviers de succès pour les startups en 2024. Réalisée par une équipe d'experts de la Mazars XFactory, l'accélérateur de startups Mazars engagé en faveur de l'entreprenariat féminin, cette étude analyse plus de 1700 profils de startups issues de plus de 100 pays.


« Startup or not startup, that’s NOT the question »

L’étude pose d’abord le constat d’une réelle diversité des projets qui se réclament du statut de startup : parmi les 1700 startups analysées, plus de 12 secteurs sont représentés, avec des tailles d’équipe allant du solopreneur à plus de 100 collaborateurs, des dates de création remontant à il y a plus de 10 ans ou encore des revenus dépassant les 25 millions d’euros. Le terme « startup » ne suffit donc pas à démontrer la réalité des projets dans toute sa diversité : c’est moins le statut de l’entreprise que la nature du projet et la personnalité de celle ou ceux qui le porte(nt) qui en font la viabilité.

Néanmoins, l’étude illustre la persistance de stéréotypes de genre dans le domaine entrepreneurial. Le profil du ou des porteurs de projets demeure encore largement associé au genre masculin.

Anne-Sophie Gervais, Co-Head de Raise Sherpas et contributrice, témoigne

« Le monde de l’entrepreneuriat reflète les biais des entreprises traditionnelles, et manque cruellement de rôles modèles féminins ! La notoriété des levées de fonds réalisées par des femmes est déterminante pour ouvrir la voie et encourager d’autres entrepreneuses. »

Les experts de la Mazars XFactory en tirent donc un premier enseignement : la nécessité de bannir le terme de « startup » pour parler davantage des idées, des projets et de ceux qui les portent. C’est l’une des clés pour casser les stéréotypes liés à la notion même de startup et de startupeur et encourager l’entrepreneuriat au féminin.


« Non à la levée de fonds à tout prix »

L’étude interroge en second lieu l’intérêt de la levée de fonds, souvent considérée comme le graal de l’entrepreneuriat moderne. Les experts posent trois conditions pour réaliser une levée de fonds en connaissance de cause, évaluer :

- Le bon montant : les levées de fonds peuvent entraîner une dilution de la propriété des fondateurs et des premiers investisseurs. Il est donc crucial d’évaluer soigneusement les montants levés et la valorisation de l’entreprise. L’étude chiffre le montant moyen de fonds levés à environ 1 million d’euros sur les 1700 projets, avec une échelle de montants allant de 100 000 à plusieurs centaines de millions d’euros.

- Le bon moment : lever des fonds peut créer une pression artificielle pour croître à tout prix. Le bon moment pour lever des fonds dépend de la maturité de l’entreprise, de sa traction sur le marché et de sa capacité à démontrer un modèle économique viable. 79% des projets du panel ont levé des fonds durant leurs 5 premières années, alors que seulement 19% en ont levé au-delà.

- Les bonnes raisons : une levée de fonds ne doit pas être un objectif en soi, mais un moyen de réaliser des objectifs. Les projets étudiés montrent que l’argent ne suffit pas : il faut aussi travailler sa stratégie de marque et d’influence, son accès à des réseaux de prospects, son expertise sur certaines réglementations, etc.

- Le bon partenaire : trouver le bon partenaire d’investissement impose de rechercher des personnes ou des fonds qui comprennent le secteur de l’entreprise, partagent ses valeurs et peuvent apporter une expertise et un réseau pertinents.

Eleonore Crespo, CEO de Pigment et contributrice

« Il est regrettable qu’il y ait un tel buzz sur le sujet des levées de fonds., alors que cette étape d’abord financière ne reflète pas la réalité économique d’un projet. La qualité d’un projet, c’est avant tout de proposer un produit et une proposition de valeur incroyables, et de réussir à déployer rapidement.»

Les startups, super-héros des temps modernes

Enfin, les experts de la Mazars XFactory ont soulevé la capacité singulière des entrepreneurs à penser différemment et à agir rapidement : ils réinventent les codes en créant des modèles vertueux, cherchant à concilier revenus et impact positif. Leurs entreprises deviennent ainsi des acteurs clés de la résolution de nouveaux défis mondiaux, et contribuent à façonner un monde plus résilient et équitable.

Kate Amini, Fondatrice, PDG d’Amini et contributrice de l’étude.

« La raison pour laquelle nous quittons des grands groupes pour monter une entreprise, c’est parce que nous sommes obsédés par un problème et que nous pensons que personne que nous n’est mieux placé pour le résoudre dans le monde : c’est là que tout commence ! »

A propos de Mazars XFactory

Accélérateur d’un nouveau genre, la Mazars XFactory met la pluridisciplinarité de Mazars au service de la dynamique entrepreneuriale. Croissance, compliance, technologie et cybersécurité, financement ou encore influence, les collaborateurs de Mazars se mobilisent durant 5 mois pour apporter temps, conseils stratégiques et mises en relation aux 10 startups de chaque promotion sans contrepartie financière.
Mazars XFactory.

-----------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is an advertising that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.

Avertissement : Le texte ci-dessus est une publicité qui n'a pas été rédigée par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

-------------------------------------------------------------------------

Les avis financiers et/ou économiques présentés par les contributeurs de Finyear.com (experts, avocats, observateurs, bloggers, etc...) sont les leurs et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour des contenus. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à réaliser un quelconque investissement.

The financial and/or economic opinions presented by Finyear.com contributors (experts, lawyers, observers, bloggers, etc.) are their own and may change without the need to update the content. The articles presented do not constitute an invitation to make any investment.

Lundi 27 Mai 2024




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES