Corporate Finance News, Hybrid Finance News
              


Lundi 29 Novembre 2021

Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)


Lundi 29 novembre 2021. Par John PLASSARD Spécialiste en investissement Mirabaud.



1. Spécial B.1.1529

En un an et demi, depuis le début de la pandémie de Covid-19, le coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la maladie s'est présenté sous bien des mutations.

Cependant mardi dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait savoir qu'il surveillait de près une nouvelle souche du coronavirus, baptisée « Omicron ». Classée comme « variant à suivre », celle-ci avait été détectée pour la première fois en Colombie en janvier dernier. Sa principale caractéristique selon les derniers éléments d'analyse : un risque « d'échappement immunitaire », c'est-à-dire une résistance accrue du variant aux vaccins existants.

Synthèse et analyse des conséquences économiques sous forme de questions-réponses.

Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

a. Que sait-on aujourd’hui ?

On le sait très peu, mais depuis le début de la pandémie du Covid-19, l’OMS a détecté plus de 500 variants de la maladie. Sont surveillés de près les mutations considérées comme contagieuses et dangereuses (difficile de dire quels sont les critères exacts cependant).
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

Il est actuellement trop tôt pour déterminer si la nouvelle variante présente une mortalité plus élevée que les variantes précédentes. Les cas signalés n'ont commencé à augmenter en Afrique du Sud que le 19 novembre, de sorte que tout impact sur les hospitalisations et les décès liés au COVID ne sera pas encore apparu.

Selon les spécialistes, cette nouvelle variante, B.1.1.529 semble se propager très rapidement. En moins de 2 semaines, elle domine maintenant toutes les infections suite à une vague dévastatrice de Delta en Afrique du Sud (nouvelle variante Blue, maintenant à 75% des derniers génomes et bientôt à 100%).
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

b. Qu’est-ce que le B.1.1529 ?

La souche de coronavirus détectée en Afrique du Sud, connue sous le nom de B.1.1529 ou Omicron, prétendument porteuse d'un « nombre extrêmement élevé » de mutations et « clairement très différente » des incarnations précédentes, ce qui pourrait entraîner de nouvelles vagues de maladie en échappant aux défenses de l'organisme, selon des scientifiques sud-africains.

Selon le Guardian, seuls 10 cas dans trois pays ont été confirmés par séquençage génomique (et jusqu'à 100 sont soupçonnés). La variante a d'abord été repérée au Botswana, où trois cas ont maintenant été séquencés.

Selon les rapports, la nouvelle variante B.1.1.529 présente 32 mutations dans la protéine spike, la partie du virus que la plupart des vaccins utilisent pour amorcer le système immunitaire contre le Covid.

Les mutations de la protéine spike rendent plus difficile l'attaque de l'agent pathogène par les cellules immunitaires, tout comme de nombreux sceptiques des vaccins ont mis en garde l'année dernière contre le fait que l'absorption de médicaments inefficaces (tels que ceux de Pfizer et Moderna), qui ne servent pas de véritables vaccins, mais de simples palliatifs, ne peut que conduire à des versions plus dangereuses du virus.

Enfin, sur le récepteur ACE2 - la protéine qui contribue à créer un point d'entrée permettant au coronavirus d'infecter les cellules humaines - le nouveau variant présente 10 mutations. En comparaison, la variante Beta en compte trois, et la variante Delta deux.

Bref, en termes de vaccins, le B.1.1.529 pourrait bien représenter une maladie entièrement nouvelle, car les anticorps neutralisants existants n'auront que peu ou pas d'impact sur un virus présentant toutes ces mutations.

c. Combien de temps pour un « nouveau » vaccin ?

Les laboratoires BioNTech et Pfizer ont immédiatement affirmé qu’ils attendaient les résultats en laboratoires pour savoir si les vaccins étaient efficaces face au nouveau variant. Si tel ne devait pas être le cas, se pose bien évidemment la question de connaître le délai qu’il faudra pour trouver un nouveau vaccin contre le B.1.1529 ?

Les prochaines semaines de tests seront essentielles pour déterminer si le nouveau variant est plus agressif que le delta. Le Credit Suisse estime que la production des premières données de laboratoire pourrait prendre moins d'une semaine, étant donné que la séquence est déjà connue et que les travaux sont déjà en cours.

Les tests de laboratoire pourraient conclure que BioNTech, Pfizer devraient reformuler leur vaccin.

L'analyste Andrew Baum de Citi pense qu'il pourrait falloir plus de 100 jours à Pfizer et BioNTech pour développer un nouveau vaccin contre le Nu.

d. Quels sont les secteurs qui peuvent être les plus impactés ?

Si l’évolution des secteurs va bien évidemment dépendre des informations concernant le nouveau variant, en nous référant à l’arrivée du Covid-19 en 2020, voici ce que l’on peut dire.

Au 14 novembre 2021, tous les indices sectoriels du S&P 500 avaient retrouvé des niveaux supérieurs à ceux de janvier 2020, avant que les effets économiques de la pandémie mondiale de coronavirus (COVID-19) ne se fassent pleinement sentir.
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

Toutefois, les secteurs se sont redressés à des rythmes différents pour se situer à des niveaux très différents de ceux d'avant la pandémie. Cela suggère que l'effet du coronavirus sur les marchés financiers aux États-Unis est directement affecté par la manière dont le virus a touché les parties de l'économie sous-jacente.

• Secteurs impactés positivement

Les entreprises du secteur des technologies (IT) ont été les grands gagnants de la pandémie, l'indice sectoriel IT du S&P 500 se situant, en novembre 2021, à près de 65 % au-dessus des niveaux du début de 2020. Cela n'est peut-être pas surprenant, car ce secteur comprend certaines des entreprises qui ont le plus profité de la pandémie, comme Amazon, PayPal et Netflix.

La raison du succès de ces entreprises est claire : alors que les magasins étaient fermés et que les rassemblements sociaux étaient fortement limités en raison de la pandémie, les services en ligne tels que le shopping et le streaming vidéo étaient très demandés. Le succès du secteur des technologies se reflète également dans les performances des marchés boursiers mondiaux pendant la pandémie de coronavirus, le Nasdaq, très axé sur les technologies, étant le marché principal le plus performant au monde.

À cela on peut aussi ajouter les entreprises dans le domaine de la santé déjà impliquées dans la découverte du vaccin contre le Covid-19 ou dans le diagnostic. Enfin, toute baisse du rendement des Treasuries pourrait bénéficier au secteur des utilities et de l’immobilier.

• Secteurs impactés négativement

À l'inverse, les entreprises du secteur de l'énergie ont enregistré les pires résultats pendant la pandémie, a valeur de l'indice sectoriel S&P 500 étant inférieure à sa valeur du début de 2020 jusqu'en juillet 2021.

Depuis lors, il s'est quelque peu redressé et se situait, en octobre 2021, à environ 15 % au-dessus des niveaux de janvier 2020.

Cela reflète le fait que de nombreuses sociétés pétrolières figuraient parmi les actions ayant subi les plus fortes baisses en 2020. L'un des principaux facteurs de cette baisse est la chute de la demande de carburant, qui a suivi la réduction du tourisme et des déplacements domicile-travail provoqués par les fermetures de magasins dans le monde entier.

Toutefois, l'augmentation des taux de vaccination contre le COVID-19 tout au long de l'année 2021 a entraîné la levée des lockdowns et la réouverture du tourisme mondial, et la demande a de nouveau augmenté, comme en témoigne la récente hausse de l'indice énergétique S&P 500.
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

À cela on peut aussi ajouter le secteur financier qui a été frappé de plein fouet par la baisse du rendement des Treasuries (et des rendements d’État en Europe). Enfin, le secteur de l’industrie pourrait aussi subir quelques pressions avec la crainte de voir certains projets remis en question.

e. Que faut-il maintenant attendre ?

Les deux prochaines semaines seront cruciales pour :
• Déterminer si Omicron l'emporte sur le variant delta dans les pays les plus touchés
• Savoir quel est le taux d’incidence du nouveau variant chez les personnes vaccinées et précédemment infectées (2 à 4 semaines)
• Obtenir de nouvelles données pour déterminer les taux d'hospitalisation et de décès (environ 6 à 8 semaines).

f. La normalisation monétaire peut-elle être remise en question ?

La réponse est clairement oui. On voit mal comment la banque centrale américaine pourrait accélérer son tapering et remonter ses taux d’intérêt à 3 reprises en 2022 (comme le pense désormais Goldman Sachs) si le nouveau variant Omicron devait amener plusieurs pays à refermer leurs frontières et à partiellement fermer leur économie.
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

Nous n’y sommes cependant pas encore (loin de là) et il faut rappeler que selon les informations des laboratoires pharmaceutiques, il ne faudra pas très longtemps pour qu’un vaccin efficace soit découvert.
Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

La question qui se pose aussi est de savoir si une mauvaise nouvelle est une bonne nouvelle (elle retarde la hausse des taux d'intérêt) ou si une mauvaise nouvelle est une mauvaise nouvelle (la Fed est coincée et ne peut pas relancer ou retarder l'assouplissement quantitatif en raison de l'inflation (pour l’instant) persistante.

Spécial #Omicron - B.1.1529 (Mirabaud)

g. Synthèse

Il est aujourd’hui beaucoup trop tôt pour tout remettre en question, que cela soit la progression des marchés, le retour à la normale de l’économie ou plus globalement la normalisation monétaire. Les 2 prochaines semaines seront cruciales pour savoir s’il y a véritablement lieu de s’inquiéter du nouveau variant du Covid-19.
Cependant ce qui est aujourd’hui certain c’est qu’il va falloir « vivre avec » ces prochaines années.


2. Cette semaine

Aujourd’hui, nous surveillerons le sentiment du consommateur en zone euro (novembre), le taux d’inflation de novembre en Allemagne, des statistiques concernant l’immobilier aux États-Unis et un discours de Jerome Powell.

Demain, nous analyserons le taux d’inflation en zone euro (novembre) et de nouvelles statistiques concernant l’immobilier américain.

Mercredi, les PMIs manufacturiers de novembre en Chine, en zone euro et aux États-Unis devraient animer les marchés tout comme l’ADP de l’emploi.

Jeudi, nous nous attarderons sur la réunion de l’OPEP+ ou encore la croissance du 3ème trimestre en Corée du Sud.

Vendredi finalement, c’est le rapport de l’emploi américain de novembre qui sera dans tous les esprits.

Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin dans un rebond technique dans l’attente de plus d’informations concernant la propagation et la dangerosité de la nouvelle forme du Covid-19 appelé Omicron.

Marchés asiatiques

Les principales bourses asiatiques évoluent en baisse ce matin dans un contexte de craintes concernant la nouvelle souche du COVID-19 et son impact sur la reprise économique mondiale.

Les actions japonaises sont en tête des baisses, s'échangeant à leur plus bas niveau depuis plus de trois mois après que le Premier ministre Fumio Kishida a déclaré que le pays interdirait l'entrée aux visiteurs étrangers à partir de mardi en raison de la variante Omicron.

Le Shanghai Composite quant à lui est tombé à un plus bas de près de deux semaines après que le gouvernement chinois ait signalé de nouvelles réglementations sur le mécanisme des prix du charbon.

BITCURIOUS :
Comme vous le savez déjà, le minage de Bitcoin est un processus extrêmement gourmand en énergie électrique. Pour miner de la cryptomonnaie, et assurer la sécurité de la blockchain, les fermes de minage utilisent en effet de puissantes machines de calcul qui tournent à plein régime en continu. Sans grande surprise, ces installations contenant des milliers d'ordinateurs génèrent énormément de chaleur. Pour refroidir les infrastructures, les mineurs se servent d'endroits climatisés ou s'installent dans des régions où le climat est très froid, comme l'Islande. D'après nos confrères de Bloomberg, certains mineurs de Bitcoin ont trouvé une autre solution pour refroidir leurs machines : ils installent les ordinateurs directement à l'intérieur de réservoirs de liquide de refroidissement. Une fois les machines immergées dans ce liquide spécial, la structure évite la surchauffe. Ce procédé permet de miner plus rapidement des cryptomonnaies tout en évitant la surchauffe.