Quotidien Finance digitale, open finance, blockchain
              



Risque sanitaire : « bad news is good news » ?


Lettre du 23 janvier 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Sur la cartographie des risques, le risque sanitaire est maintenant bien connu. L’alerte grippale de type H1N1 de 2009 est encore dans tous les esprits. L’exemple le plus concret est l’épidémie de « SRAS » qui avait touché la Chine en 2003. L’impact avait été clairement négatif sur l’économie de l’Empire du Milieu, outre le bilan humain, estimé à 349 morts pour 5 328 infections. A l’époque, la Chine avait connu sa plus faible activité économique depuis 1995 ; la croissance des ventes au détail avait baissé, à un peu plus de +4 %, une véritable récession pour les standards chinois. Le trafic passager avait baissé fortement, de plus de 40%. Au total, l’impact négatif avait été chiffré à 1 à 2 % du PIB en 2003.
Aujourd’hui, alors que le bilan humain est de 17 morts pour 577 cas d’infection, ce nouvel épisode sanitaire tombe au plus mauvais moment. Les festivités du Nouvel An chinois débutent samedi et elles donnent lieu à de très nombreux déplacements au sein du pays. De nombreux travailleurs reviennent chez eux pour fêter cet évènement majeur dans la vie familiale et sociale des chinois. Autant dire que l’épidémie pourrait flamber dans les prochains jours, malgré les mesures exceptionnelles de quarantaine qui portent sur les villes de Wuhan et Huanggang. De plus, le rythme de croissance de l’économie chinoise préalablement à l’épidémie, est bien plus faible qu’il y a 17 ans ; un impact de 1 à 2 % sur le PIB Chinois en 2020 pourrait catalyser l’équivalent d’une récession. Les secteurs les plus touchés seraient le transport notamment aérien, le tourisme et les ventes au détail. La réaction de l’OMS, qui a prolongé sa réunion d’une journée, est naturellement particulièrement attendue, notamment sur la nature du « coronavirus », contre lequel il n’existe aucun vaccin. Son communiqué publié ce matin est relativement rassurant puisque l’organisation juge prématuré de lancer une alerte internationale sur le virus coronarien chinois. Le pire n’est évidemment jamais certain, mais potentiellement l’impact est négatif sur le scénario de marché ; cet évènement, toutes choses égales par ailleurs, augmente le risque de récession mondiale via un affaiblissement majeur de la Chine et les effets potentiels sur les autres pays, notamment asiatiques, mais aussi les USA. Un premier cas a été observé à Seattle qui, par le plus grand des hasards, est la ville ou Boeing a implanté sa plus grande usine… On sait que l’avionneur américain attend la réponse du régulateur pour pouvoir à nouveau produire et livrer le 737 Max (5 000 unités commandées à ce jour…), et que d’ores et déjà, l’impact négatif sur la croissance de l’économie des USA est estimé à 0,5 %. Par ailleurs, il est évident que si la crise sanitaire devait flamber, elle susciterait une baisse importante des revenus des compagnies aériennes, ce qui les inciterait à reporter des décisions d’investissement dans leur flotte, voire à annuler des commandes fermes ou optionnelles de Boeing…

Peut-on dire du risque sanitaire « coronavirus », qui est manifestement une « bad news », est en fait une « good news » pour le scénario de marché ? La conversion d’une mauvaise nouvelle en bonne nouvelle est permise par la réaction des banques centrales qui peuvent prolonger les mesures favorables à l’hyper liquidité, voire en prendre de nouvelles. En ce sens, il est très probable que la Fed comme la BCE ne manqueront pas d’évoquer le risque d’épidémie mondiale de coronavirus pour soutenir la liquidité. En ce sens, la poursuite de la tendance haussière sur les marchés financiers nécessite le maintien d’un contexte anxiogène ; de cette manière le risque se transforme directement en hausse de prix sur les marchés. Mais il est nécessaire que le risque reste un risque et ne se transforme pas en catastrophe sanitaire. Gageons que la crise sanitaire actuelle sera rapidement confinée et ne catalysera pas une récession mondiale qui serait d’origine chinoise.

Comm spec : Après quelques jours de correction, la tendance haussière a repris. De nouveaux plus hauts sont probables.


Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains ont légèrement baissé des deux cotés de l’Atlantique, en raison du risque de crise sanitaire majeure. L’€ a baissé de -0,7% contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole perdu 2% et est au plus bas depuis plusieurs mois. Le cours du cuivre a baissé de 2%

Investisseurs : Nous recommandons de pondérer normalement les actions (position neutre) pour un CAC 40 compris entre 5 685 et 6 122


Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr






No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 27 Janvier 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News