Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Private Equity : favoriser la diversité, retenir les talents

RDV – mercredi 19 octobre. Au PEX 2022.


Private Equity : favoriser la diversité, retenir les talents
Grande démission, quête de sens, équilibre vie pro/vie perso, demandes exponentielles de salaires … Au-delà de tous les poncifs qui traversent l’univers du recrutement en private equity se dissimule - peut-être - un renouveau complet dans la façon de sceller un contrat de travail entre employeur et employé ? Les « baby stars » du Private Equity recherchaient-ils avant tout un « contrat moral » où tricher n’est plus jouer et, ne pas tenir ses promesses, un gage de démission ?

Where you don’t take part, you take off ! Et si promettre un salaire à 6 chiffres n’était plus suffisant pour attirer et retenir les talents ? Désormais, les salariés affichent ouvertement leur quête d’adhésion aux valeurs de leur employeur. Se « retrouver » au cœur d’un business model, comprendre et incarner son rôle au sein d’une entreprise, être reconnu à sa juste place… Seraient-ils devenus les nouveaux « dogmes » de la jeune garde du private equity ?

Passé le temps des promesses à l’embauche et autres « ESG washing », comment s’adresser concrètement à ses équipes et favoriser un engagement auprès de ses collaborateurs ?

Mercredi 19 octobre, Louisa Mesnard, CMO d’Elaïa Partners et Claude Calmon, Head of Executive Search au sein de Calmon Partners vous invitent à participer à leur Fireside Talk durant le prochain Private Equity Exchange.

Le sujet ? « Private Equity : favoriser la diversité, retenir les talents »

« Un équilibre que nous connaissons bien au sein de Calmon Partners Executive Search » indique Arthur du Mesnil, Head of Corporate Finance du cabinet de recrutement.

Au cours des derniers mois, le chasseur de tête spécialisé en finance a vu les demandes des fonds de private equity s’accroitre pour atteindre 70 % des placements. « Certains de nos clients, nous demandent de leur présenter en priorité des profils de femme sur des fonctions de front et de middle office. »

Ce « ladies first » version PE représente désormais un recrutement sur trois au sein du cabinet. « Mais ce n’est pas le seul mouvement que nous pouvons constater, poursuit Arthur du Mesnil. Au cours des trois derniers mois, trois fonds que nous accompagnons ont choisi d’intégrer des talents venus du Luxembourg présentant une qualité d’exécution plus pan-européenne. Nous avons aussi adressé des offres sur des postes avec des profils plus seniors qu’à l’accoutumée pour des grandes métropoles régionales (Nantes, Lyon…) où le Private Equity semble vouloir consolider son offre. »

L’univers des fonds d’investissement autrefois très codifié serait-il en train de s’adapter aux nouvelles appétences de ses talents en incluant des profils plus internationaux ou en promouvant des carrières au-delà d’un certain parisianisme ?

« Ces tendances que nous décelons viennent avant tout des candidats. De manière générale, le rapport de force s’est inversé : les talents que nous accompagnons n’hésitent plus à privilégier leur qualité de vie au détriment, parfois, de leur niveau de rémunération. »

La chasse aux grands noms à aligner sur le CV serait-elle ainsi en voie de disparition ?

« Le parcours classique grande école de commerce + Big four + fonds d’investissement majeur avec pignon sur rue dans le triangle d’or parisien, a toujours force de loi » sourit le chasseur de tête.

« Il est cependant vrai qu’après 3 ou 4 ans de carrière nous décelons une certaine volonté de prise de risques chez les candidats. Ils affichent leur ambition de monter en compétences et n’hésitent pas à changer de structure pour cela. Au-delà de la marque offerte par leur futur employeur, ils scrutent le degré d’exposition qu’ils auront dans les transactions comme auprès des participations. »

Et si les promesses ne sont pas tenues, les nouvelles recrues n’hésiteraient plus à reprendre leur liberté. Les accompagner dans leur prise de poste en offrant plus que le classique « on boarding » serait crucial pour les fidéliser…

Une problématique qui sera soulevée parmi tant d’autres mercredi 19 octobre prochain.

Pour en savoir plus sur le prochain Private Equity Exchange :
https://www.private-equity-exchange.com/program/conferences.html



Mardi 18 Octobre 2022




Articles similaires
< >

Lundi 28 Novembre 2022 - 08:39 Reprise de la tendance haussière…

Lundi 14 Novembre 2022 - 09:33 Incroyable mais …vrai !


OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES