Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Pauvre Europe


Lettre du 26 octobre 2018.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Mais où va notre Europe ? Entre les britanniques qui la quittent et les italiens qui la boudent, on peut légitimement être inquiet de la suite de l’histoire. Que va-t-il se passer dans les quelques mois qui nous séparent des prochaines élections européennes ? Ces deux sujets majeurs, le Brexit et la confrontation Commission Européenne et Italie, sont au cœur du scénario de marché.
L’enjeu est majeur pour tout citoyen européen que nous sommes, mais aussi pour la conjoncture économique et le cycle financier et boursier. Il dépasse largement la correction de 10% que nous avons vécue au cours des dernières semaines. On parle ici de la possibilité d’un véritable retournement de marché, qui enverrait par le fond les indices en leur faisant perdre la moitié de leur capitalisation boursière.
Cette semaine, la Commission Européenne a refusé de valider le budget 2019 de l’Italie. C’est la première fois que la Commission adopte une telle attitude. Rappelons que, depuis plusieurs années déjà, tout budget de pays de l’Union doit être approuvé par la Commission Européenne avant même qu’il ne soit voté par la représentation nationale de chaque nation.
Le gouvernement italien a 3 semaines pour présenter un projet amendé. Mais, d’ores et déjà, les deux vice-présidents du conseil italien ont adopté une posture de défi. Ils ont, selon l’expression de certains, fait « un bras d’honneur » à la Commission européenne, qui ne se comporte selon eux, que comme des contrôleurs de gestion qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez…
M. Salvini, le président de la Ligue du Nord, actuel ministre de l’intérieur italien, et déclaré que sans ce budget déficitaire de 2,4% du PIB , l’Italie serait en récession en 2019. Or, de la récession et de l’austérité, les italiens n’en veulent plus, car cela ne marche pas. Ils n’en veulent tellement plus qu’ils ont porté au pouvoir l’improbable couple di Maio – Salvini, l’union des extrémistes de gauche et de droite, la stupéfiante union des chemises rouges et des chemises noires.
Rappelons que le Mouvement 5 Etoiles a été fondé par un Coluche local (Bepe Grillo) qui a dès le départ prôné des mesures populistes et anarchistes, et notamment une europhobie marquée. Les choix politiques que le peuple italien a exprimé doivent être mis en relation avec les grandes difficultés que ce pays connait. Le PIB par italien est stable depuis l’avènement de l’€. Tout un symbole. L’économie italienne est en panne depuis près de 20 ans ; le chômage est endémique, et les contrastes Nord – Sud sont devenus saisissants, voire explosifs. Les jeunes émigrent à l’intérieur de la Péninsule vers le Nord, et de la Péninsule vers d’autres pays européens ou non européens. Les Italiens vivent dans l’austérité depuis très longtemps ; de Mario Monti à Enrico Letta, en passant par Matéo Renzi, le seul discours de politique économique est celui de l’austérité. Les italiens ne supportent plus d’être considérés comme les grecs.
Le budget italien est en excédent primaire depuis des années, ce qui n’est pas le cas de la France. D’une certaine manière, on peut considérer que le peuple italien depuis près de 20 travaille uniquement pour financer son endettement, ce qui ne laisse plus rien pour la croissance de l’économie réelle. Surtout, l’afflux des migrants depuis quelques années a modifié totalement le sentiment des italiens vis-à-vis de l’Europe. D’europhiles, ils sont devenus europhobes. Donc tout est possible, dans le cadre du bras de fer que se livrent la Commission Européenne et le gouvernement italien, qui ne fait que renforcer le ressentiment face aux « comptables de Bruxelles ». Il faut très vite désamorcer cette bombe politique et boursière que constitue ce conflit entre l’Italie et l’Europe.
Pour mieux assoir sa position souverainiste face à l’Europe, et surfer sur la vague anti européenne, l’improbable couple Di Maio-Salvini est capable d’organiser un referendum sur l’Europe. A n’en pas douter, les marchés financiers n’y résisteraient pas.

Comm spec : la pression baissière reste très vive sur les indices, sans aucun signe de retournement.

Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux européens ont légèrement baissé, alors que les taux italiens ont renoué avec des niveaux très élevés. Le taux des obligations de l’Etat américains se sont légèrement détendus. L’€ a baissé de 1% contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole ont baissé. Le prix du cuivre est stabilisé.

Investisseurs : Nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible, la neutralité sur les actions entre 4 890 et 5 268 points pour le CAC 40.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.

Read for free :

The daily newspaper Finyear
- Its daily newsletter :
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in Finance innovation, Digital Finance, Cryptofinance.

Lundi 29 Octobre 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite




Cryptocurrencies



Finyear - Daily News