Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Normes


Ce billet vous semblera peut-être décousu, il ressemble à un patchwork.



Rémy Mahoudeaux
Rémy Mahoudeaux
Un ami achète un appartement sur plan dans un immeuble en construction dans l’optique d’un placement locatif. L'immeuble de faible hauteur n'a pas d'ascenseur, et son appartement, un duplex, est situé au premier et au second étage, et il est pourvu d'un escalier intérieur. Lors d'une visite de chantier, il demande que soient installées dans les toilettes une arrivée et une évacuation d'eau pour un lave-linge : la place disponible pour le fauteuil roulant de l’handicapé qui ne viendra pas vivre dans cet appartement peut être affectée avantageusement à un lave-linge qui, lui, a plus de chance d'y trouver une place permanente. Il a eu toutes les peines du monde à convaincre le promoteur de faire ce qu'il lui demandait : une norme n'aurait pas été respectée, lui a-t-on expliqué. Il a dû signer moult décharges pour obtenir gain de cause. Pourtant, quelle est la probabilité pour qu'un handicapé installe son logis dans un appartement en duplex situé en étage, sans ascenseur ni intérieur ni extérieur ? Asymptotique à la fonction f(x) = 0, et il aura raison d'aller dans un appartement sur un seul niveau dans immeuble doté d'un ascenseur et où les huis sont assez larges pour les franchir en fauteuil roulant.

Autre exemple : j’achète (enfin) pour mes trajets nocturnes en vélib’ des brassards aimantés réfléchissants pour être mieux vu des automobilistes qui sont parfois tentés de confondre les cyclistes avec des quilles de bowling. Je constate qu’ils sont vendus munis d’une documentation qui m’informe de leur conformité à la norme EN 13356. Curieux, je google cette référence et lis la page de présentation de cette norme (en faire l’acquisition m’aurait coûté 63,20 € HT, c’est un business sympa d’éditer et de distribuer des normes !). Le titre, « Accessoires de visualisation pour usage non-professionnel - Méthodes d'essai et exigences » me chagrine parce qu’il laisse implicitement deviner qu’une norme existe pour l’usage professionnel. Pourquoi deux au lieu d’une ? En lisant le résumé, j’apprends qu’une autre norme statue sur les vêtements non professionnels, par opposition aux accessoires je suppose. Je vais continuer mes supputations : et aussi pour les vêtements professionnels, il existe une quatrième norme ? Poussant mes investigations jusqu’à lire la table des matières de l’EN 13356, je suis admiratif de constater qu’en plus de la performance optique de mes brassards, des tests d’abrasion, de lavage ou de résistance à l’eau sont nécessaires pour se prétendre conforme. Et là un doute m’assaille : pas de test mécanique de résistance à l’usure. J’en conclus que les contraintes commerciales d’obsolescence programmée font que mes brassards se déliteront pour offrir à mon magasin une nouvelle opportunité de me vendre quelque chose. Mais les brassards que j’ai acquis sont conformes …

Je discutais récemment de cette première anecdote avec un autre ami qui preste pour l'Afnor et qui me rappelait que les normes sont, à de rares exceptions près, d'application volontaire : s'y conformer résulte d'un choix responsable qui emporte des droits et avantages et des inconvénients. Il a convenu avec moi que la « méta-norme » du bon sens (oublier la norme quand il est manifestement inepte de l'appliquer) n'est pas encore entrée en application partout. La religion de la conformité normative a de nombreux adeptes, et c’est parfois un substitut commode à l’acte révolutionnaire de penser, ou, plus modestement, de se servir de sa simple jugeote.

Parfois, le sujet est débattu dans l'arène publique et un politicien se dresse tel un avocat général pour fustiger le nombre ahurissant de normes qui paralysent les entreprises plus qu'elles ne fluidifient l'activité en établissant le langage commun qui fait référence. Elles deviennent, l'espace d'un instant, la source de tous les maux et sont désignées à la vindicte de tous, puis le soufflé médiatique retombe, exeunt les normes jusqu'au prochain round. Je ne suis bien évidement pas capable de savoir si nous avons objectivement trop ou pas assez de normes. Sans doute y en a-t-il trop dans certains domaines et pas assez dans d'autres, et certaines devraient sans doute être révisées.

Pour ce qui concerne les normes comptables, elles sont obligatoires, mais parfois se pose la question de l’idéologie sous-jacente à l’établissement et l’application de certaines normes que dans un (trop rare) souci de rester politiquement correct, je qualifierais de controversées.

Ce billet qui juxtapose sans ordre mes réquisitions mérite-t-il une conclusion ? Je vous en propose deux :
• Tant lors de l'établissement d'une nouvelle norme que dans la décision d'en appliquer une ancienne ou récente, devrait être calculé le rapport entre les estimations des futurs bénéfices de la conformité sur les coûts engendrés pour l’obtenir, et de s’abstenir lorsqu’il n’est pas favorable.
• A l’instar du « substance over form » des principes comptables, je propose en matière de normes de faire prévaloir le bon sens sur l’intelligence.
Comme l’auto-dérision et l’humour sait parfois inspirer un auteur de normes (pensons à Boris Vian) , vous trouverez au bout du lien (
www.lbt-blt.be/fr/faq/Norme_AFNOR_UNM-00-001.pdf) une petite « récréation ».

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx
boss <at> remsyx <dot> com
twitter : @remseeks
 
 

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Vendredi 11 Avril 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News