Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Même pas peur


Lettre du 28 septembre 2018



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Le marché n’a peur de rien. A tel point que le suivi de l’actualité peut sembler inutile, puisque finalement le seul ennemi du marché, c’est lui-même.

L’analyse systématique de l’information semble futile face à une tendance qui s’auto-entretient, et est nourrie par son propre optimisme. Pourtant, nous continuons, bien sûr, à observer l’actualité et à l’interpréter le plus objectivement possible pour conseiller les investisseurs de long terme. Cette semaine à nouveau le « news flow » n’est pas favorable.
Dans la sphère réelle, les alertes sur bénéfice de BMW et Ford démontrent que le protectionnisme pénalise d’abord les entreprises. Cette nouvelle a été compensée par la forte hausse des commandes de biens durables aux USA, qui confirme la très bonne santé de l’économie américaine.
Dans la sphère financière, la normalisation des politiques monétaires signifie effectivement une restriction de la liquidité, comparativement à la situation qui prévalait auparavant. La réunion de la Fed qui s’est déroulée cette semaine a de nouveau procédé à une hausse de taux. Certes, à 2-2,25%, la fourchette des taux de la Fed reste faible, et largement inférieure au taux de croissance de l’économie américaine qui a atteint le chiffre quasi stratosphérique de 4,2% au second trimestre. Et pourtant, les taux administrés montent, et le marché ne s’en soucie pas, comme le montre la hausse modérée des taux des obligations à 10 ans : la crête des 3% tient. Certes, on a touché cette semaine 3,07%, mais on a assisté aussi à un petit reflux qui semble indiquer que ce niveau majeur est infranchissable. Le plus haut de janvier n’a pas été atteint, même s’il est très proche. La bataille entre acheteurs et vendeurs est particulièrement virulente, et devrait durer encore longtemps. Les acheteurs (ceux qui pensent que les taux ne dépasseront pas 3%) considèrent que structurellement l’économie américaine ne pourrait supporter des niveaux de taux plus élevés, et rentrerait très rapidement en récession s’ils montaient trop vite. Les taux retomberont très vite et très bas, donc ils achètent à 3%, considérant par ailleurs que l’inflation a été totalement éradiquée, pour des raisons structurelles. Les vendeurs, qui anticipent une poursuite de la hausse des taux de marché durablement et significativement au-delà de 3%, considèrent que le renouveau de l’économie américaine va durer, et s’appuyer sur de nouvelles baisses d’impôt financées par de nouvelles taxes sur les importations. Selon eux, cela aura pour effet de relancer durablement l’activité et l’inflation, autour de 3% par exemple.
Cette croissance nominale qui pourrait atteindre 5-6 % serait compatible avec des taux à 4%. Toujours dans le chapitre monétaire de l’actualité, de l’autre côté de l’Atlantique, M. Draghi, le Président de la BCE, a déclaré dans un discours prononcé devant le parlement européen, que « : « L’inflation sous-jacente devrait encore augmenter au cours des mois à venir (...) le resserrement du marché de l’emploi exerçant une pression à la hausse sur les salaires ».
Cette déclaration sonne comme un communiqué de victoire dans la guerre contre la déflation. Elle signifie aussi que la politique monétaire de la BCE doit rapidement devenir « neutre » : la division par deux du Quantitative Easing à partir de lundi, et sa disparition au 2 janvier 2019 est totalement justifiée. Et la normalisation des taux, aussi.
A ce titre, l’engagement pris par M. Draghi de ne pas augmenter les taux avant la fin de l’été prochain pourrait être remis en cause, en tous cas largement discuté. Cela ouvre la voie à une hausse des taux de marché, à laquelle personne ne croit pour l’instant : les taux français « culminent » à 0,8%, les taux allemands, à 0,5% seulement. Comme aux USA, ils sont inférieurs aux niveaux atteints fin janvier.
Aujourd’hui, à nouveau, nous recommandons aux investisseurs de ne pas acheter maintenant des actions. Nous leur proposons des supports d’investissement qui ne les exposent pas à la tendance du marché, et notamment les stratégies d’achat d’actions individuelles couvertes par la vente d’autres actions ou la vente de l’indice (fonds dits « market neutral » et « long short »).


Tendance sur les marchés de taux et de devises : hausse des taux européens et américains : le 10 ans US stagne au-dessus de 3%. L’€ est stable contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole demeurent tendus : le Brent a atteint 82$, le WTI, 72. Le prix du cuivre est remonté au-delà de 6 000$/t.

Investisseurs : Nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible, de sous pondérer au maximum les actions au-delà de 5 436 points pour le CAC 40.

Spec : Le Cac 40 atteint le haut de sa zone de consolidation, un repli devrait se matérialiser.





Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.

- Sa lettre mensuelle Le Trésorier


Read for free :

The daily newspaper Finyear
- Its daily newsletter :
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in Finance innovation, Digital Finance, Cryptofinance.

- Its monthly letter Le Trésorier


Mercredi 3 Octobre 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News