Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Les hauts dirigeants d’entreprises toujours connectés !


Quel impact sur leurs vies pro et perso ? Quel conséquences sur leurs vacances d’été ?



Laurent Leloup
Laurent Leloup
L’agence de communication globale Gyro, en partenariat avec le magazine Forbes, a interrogé 543 hauts dirigeants d’entreprises US et européennes sur la perméabilité entre leur vie professionnelle et leur vie privée (1) . Etre connecté en permanence, est-ce un atout ou un handicap pour les grands patrons d’entreprises ? Tirent-ils des avantages professionnels de ce perpétuel mélange ? Apparemment, et contre toute attente, la réponse est plutôt oui !

Connexion permanente : des chiffres éloquents…
- 95% des dirigeants d’entreprises déclarent envoyer régulièrement des emails professionnels en dehors des horaires de travail traditionnels en semaine.
- 83% se sentent mieux préparés et habilités à prendre d’importantes décisions en étant perpétuellement connectés grâce à un constant échange d’informations avec leurs collaborateurs en flux tendu.
- 66% indiquent qu’ils prennent de meilleures décisions en ayant plus de temps pour y réfléchir hors de leurs bureaux.
- 56% des dirigeants interrogés déclarent que plus de la moitié de leurs décisions se prennent à la maison.
- 36% favoriseraient la résolution d’une problématique professionnelle plutôt qu’un événement personnel. Malgré cela, ces personnes ne ressentent aucune frustration et jouissent d’une totale liberté pour profiter de leur temps libre sans en ressentir aucune entrave.
- Seul 16% confessent qu’ils rencontrent des difficultés pour séparer leur vie professionnelle des moments personnels et familiaux.
- 3% uniquement des personnes interrogées déclarent ne pas envoyer des mails professionnels durant leurs vacances.

La fin du modèle 8h/jour, 5 jours/semaine
La révolution numérique a conduit à l’abolition des frontières entre vie professionnelle et vie personnelle pour les dirigeants des entreprises. Cependant, pour la première fois, la connexion permanente procurée par les nouvelles technologies n’apparait pas comme une contrainte mais comme un facilitateur. Le travail n’est pas plus invasif dans la vie perso que le volet perso dans la zone travail : 98% des hauts dirigeants consacrent du temps au bureau pour des sujets personnels, 4% y consacrent même plus de la moitié de leur temps ! Les dirigeants d’entreprises se sentent désormais beaucoup moins « enfermés », « sous pression » pour prendre obligatoirement des décisions entre 9 h et 19 h du lundi au vendredi.

Plus de flexibilité, plus de recul, de meilleures décisions prises
Le fait d’être en permanence connectés leur offre une plus grande flexibilité dans leurs délais de réflexion ; leurs prises de décision s’en trouveraient ainsi optimisées : 38% estiment que leurs décisions sont plus faciles à prendre qu’auparavant. Ceci leur permettrait même de mieux profiter de leur temps libre en ayant la possibilité de gérer leurs affaires, de régler les problèmes en temps réel sans que tout ne leur tombe dessus le lundi matin ou au retour de vacances… Le stress de la vie professionnelle courante se trouverait ainsi « dilué ».

Pour Christoph Becker, CEO de Gyro, « L’étude que nous avons menée remet en question l’idée que les dirigeants d’entreprises seraient incapables, peu enclins à jongler entre un travail très prenant et leur vie privée. Dans les faits, les dirigeants mélangent désormais efficacement les deux éléments. La frontière qui existait jusqu’alors a totalement disparu et semble très clairement profiter à la qualité des décisions prises par les chefs d’entreprises. Par ricochet cela implique également, pour nous communicant, de repenser totalement les stratégies de communication de nos clients afin de s’adapter à ce nouvel état de fait qui révolutionne les fondements de la relations clients ».

Didier Stora, président de Gyro Paris, évoque une enquête propre à nourrir la philosophie de l’agence fondée sur le développement d’« idées humainement pertinentes ». « Une agence particulièrement concernée par des problématiques B to B se doit d’explorer le fonctionnement de ses cibles privilégiées. Cette étude nous enseigne que les grands patrons ne peuvent plus être considérés uniquement comme des décideurs derrière leur bureau. Ce sont des hommes et des femmes en mesure de se prononcer pour leur entreprise, dans des contextes différents qui modifient leur état d’esprit. Cela brise un nouvel a priori sur le BtoB. »

(1) Enquête terrain réalisée au second semestre 2011 par Forbes Insights auprès de dirigeants d’entreprises US et européennes dont le CA varie entre 5M$ à 10 Mds$, sous forme de questionnaires autoadministrés et entretiens individuels de visu.

Plus de chiffres dans le PDF (9 pages) téléchargeable ci-dessous

Laurent Leloup

Jeudi 28 Juin 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies