Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Mercredi 21 Juillet 2021

Les autotests et la technologie sans fil à l’origine du « chaos PINGdémique » en Grande Bretagne


Par Muttukrishnan Rajarajan, professeur d'ingénierie de la sécurité à la City University of London :



Depuis quelques jours le Royaume-Uni est confronté à une « PINGdémie », avec des centaines de milliers d’alertes envoyées à travers l’application de traçage en forçant les gens de s’auto-isoler pendant 10 jours.
Le nombre de cas contacts est tellement important que cela menace la reprise économique. Ainsi, dans six semaines environ 10 millions de Britanniques pourraient être concernés.

« L'application de recherche de contacts du NHS utilise la technologie Bluetooth intégrée aux smartphones. Le Bluetooth peut être utilisée pour détecter d'autres appareils dotés d'une technologie similaire dans un rayon de 10 mètres. Au fur et à mesure que le gouvernement britannique a commencé à supprimer les restrictions, des lieux tels que des restaurants, des bars et des salles de sport ont commencé à demander à tous les clients d'enregistrer leur présence dans ces endroits. Il est évident que dans de tels lieux, vous serez toujours à proximité d'autres personnes dans un rayon de 2 mètres. Cette exigence étant devenue presque obligatoire, de plus en plus de personnes ont été contraintes de télécharger ces applications sur leur téléphone portable. Le niveau de sensibilité de cette application était très élevé et si elle détectait une personne présentant le symptôme du Covid-19, elle commençait à envoyer des signaux à tous ceux qui se trouvaient à proximité de cette personne.

L'un des problèmes inhérents à toute technologie sans fil telle que le Bluetooth est sa fiabilité. Les connexions peuvent être perdues à tout moment et, par conséquent, certaines personnes qui ont été en contact peuvent ne pas recevoir la notification. En outre, au Royaume-Uni, le gouvernement propose désormais des kits gratuits de dépistage du coronavirus à domicile. Ce test a donné lieu à de nombreux faux positifs, car il n'est pas aussi précis que le test PCR. Ainsi, si un individu utilise ce test à flux latéral et que le résultat s’avère positif avant d'être vérifié par un PCR, il saisira ce résultat dans l'application qui, à son tour, enverra un message à tous ceux qui ont été en contact. Il n'y a pas de fonctionnalité de réversibilité sur ces applications pour revenir en arrière au cas où les résultats de la PCR reviendraient négatifs à une date ultérieure. Cela a été un problème majeur avec cette application et a créé beaucoup de faux positifs dans la communauté, ce qui a entraîné des demandes d'auto-isolement et a donc frappé les entreprises britanniques et le secteur public avec des absences du personnel et des congés maladie. »


Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS