Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Le secteur de la gestion d’actifs en Chine présente des opportunités considérables pour les investisseurs


Les régulateurs ont montré leur volonté de revoir et d’ajuster les restrictions liés à l’accès au marché.



Hong Kong et Paris, le 14 décembre 2011 – Selon le dernier Vision Focus de State Street intitulé « China’s Funds Future » [L’avenir des fonds en Chine], le secteur des fonds d’investissement en Chine a récemment connu une croissance rapide, mais les investisseurs étrangers continuent à fortement sous-pondérer les actifs chinois en raison des contraintes de marché. Le rapport indique cependant que des tendances macro-économiques et réglementaires majeures améliorent l’accès au secteur de l’investissement en Chine, et identifie également une voie permettant aux gestionnaires de fonds internationaux d’accéder à ce marché.

La vigueur de l’économie chinoise a alimenté la croissance de ses marchés financiers et a propulsé le secteur de l’asset management à plus de 335 milliards de dollars US d’actifs sous gestion l’an dernier, créant ainsi d’énormes opportunités, tant pour les investisseurs chinois que les investisseurs internationaux. La poursuite de la croissance du secteur dépendra en grande partie de l’intérêt affiché par le gouvernement à transformer une économie axée sur l’exportation vers un modèle d’économie orienté vers la consommation intérieure.

D’après le rapport, dont Sau Kwan, vice-président senior et directeur général chez State Street, est l’un des auteurs, bien que la réglementation ait créé des barrières à l’entrée comme à la sortie pour les investisseurs, les autorités régulant les marchés financiers en Chine ont régulièrement fait preuve ces dernières années de leur volonté de revoir et d’adapter la réglementation. À titre d’exemple, la Commission chinoise de réglementation des opérations sur titres (China Securities Regulatory Commission ou CSRC) a annoncé en juin dernier que les conseillers financiers indépendants répondant à certains critères seront habilités à distribuer des fonds en Chine.

D’autre part, la dernière proposition d’expansion du programme d'Investisseur Institutionnel Étranger Qualifié (QFII), connu sous l’acronyme RQFII ( Renminbi RMB) Qualified Foreign Institutional Investors) permettrait aux maisons de courtage et sociétés de gestion chinoises de lever des fonds à l’étranger pour investir sur les marchés intérieurs. Ceci est directement lié au désir de la Chine de développer l’usage du RMB hors de ses frontières.

Le dossier souligne également le rôle unique qu’a joué Hong Kong comme centre RMB offshore pour la Chine tandis que le pays prenait des mesures vers la libéralisation et l’internationalisation de sa monnaie. Les banques de Hong Kong offrent une gamme de services bancaires destinés aux particuliers libellés en RMB, tels que la collecte de dépôts, les opérations de change, les versements, les cartes de débit et de crédit, les chèques, la souscription et le négoce d’obligations en yuan, ainsi que des services de règlement-livraison en yuan. Les dépôts en RMB à Hong Kong s’élevaient à 553,6 milliards de yuan au 30 juin 2011, en hausse de 57 % par rapport à la fin de l’année 2010, selon l’Autorité monétaire de Hong Kong.

« Bien que le marché offshore en yuan suscite un grand intérêt, beaucoup reste à faire. Toute l’infrastructure de négoce et de règlement-livraison reste à créer, et une gamme complète de produits doit être développée » constate le rapport. « Le manque de liquidité est aussi considéré comme un problème majeur ».

Le rapport conclut que le secteur des fonds en Chine représente un objectif stratégique considérable à long terme pour les gestionnaires de fonds étrangers, mais il recommande que ces derniers demeurent vigilants dans leurs efforts pour s’adapter aux changements réglementaires intervenant sur le marché. L’industrie devrait également pouvoir tirer des bénéfices, selon le rapport, des meilleures pratiques et des services d’externalisation proposés par des prestataires externes.

« L’externalisation des opérations de middle-office et de back-office permettrait aux gestionnaires d’actifs chinois de se consacrer à leur cœur de métier, d’améliorer leur rentabilité, et de travailler sur des lancements de produits et sur leur expansion internationale de manière plus efficiente » indique le rapport. « Les prestataires extérieurs constituent un élément clé pour accroître la qualité des opérations de gestion d’actifs en Chine, augmenter la gamme de produits et ouvrir la voie à un développement vers l’extérieur du pays ».

À propos de State Street
State Street Corporation (NYSE : STT) est l’un des premiers prestataires mondiaux de services financiers aux investisseurs institutionnels, spécialisé dans les services d’investissement et de gestion d’actifs, de recherche et d’analyse financière et de courtage. Avec 16 000 milliards € d’actifs en dépôt et sous administration, et 1 400 milliards* € d’actifs sous gestion au 30 septembre 2011, State Street intervient dans 26 pays et sur plus de 100 places financières dans le monde. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site internet de State Street à l’adresse www.statestreet.com ou www.statestreet.fr.

* Ce volume d’actifs sous gestion inclut les actifs du fonds SPDR Gold Trust (environ 48 milliards d’Euros au 30 septembre 2011), dont l’agent commercial est State Street Global Markets, LLC, une société affiliée de State Street Global Advisors.

Vendredi 16 Décembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News