Quotidien future finance
              



Le scénario (très) favorable


Lettre du 17 avril 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Nous considérons qu’une rechute des cours est malheureusement très probable, et que le retour vers les plus bas de mars serait sain, et en tous cas conforme aux autres crises. L’enchainement des 4 crises de 2020 (sanitaire, financière, économique et pétrolière) laisse même la place à un scénario de baisse plus prononcée encore du cours des actions.
Pourtant, en toute objectivité, il existe un scénario alternatif, selon lequel nous aurions déjà vécu le point bas, et qui voit le niveau actuel des cours comme la base d’un nouveau marché haussier. La capitulation aurait déjà été vécue à la mi mars, d’une manière bien plus intense que pendant la crise de 2008-2009, comme le démontrent Christophe Boucher et Alexandre Jasinski (ABN AMRO IS) dans l’Agefi du 17 avril.
La crise financière, qui n’est pas la moins grave des 4 crises, serait ainsi déjà derrière nous grâce à l’action rapide, puissante et innovante des banques centrales, au premier rang desquelles la Fed. La crise de 2008 apparait comme une sorte de répétition de la crise actuelle ; elle a permis de tester de nouvelles formes de politique monétaire, le Quantitative Easing et d’autres formes de soutien des marchés, avec la garantie de l’Etat Fédéral. Le résultat est déjà là, puisque les taux des marchés du crédit ont reflué, et que les entreprises accèdent à ce type de financement, malgré l’arrêt d’activité. De plus, la Fed a annoncé en fin de semaine dernière un nouveau dispositif que nous assimilons au « Quantitatve Easing for Corporate », tel que nous l’avons dénommé et appelé de nos vœux dès début mars. La Banque Centrale des USA a en effet décidé de racheter 600 Mds$ de crédits octroyés aux PME américaines par les banques commerciales. Ce concours spécial comportera un différé de paiement d’un an.
Le terme même « d’helicopter money » fait désormais partie du langage commun ; certes il est pour l’instant utilisé d’une manière impropre, puisqu’il désigne la distribution directe par l’Etat, de chèques aux ménages américains (et japonais bientôt). Une nouvelle étape est donc franchie dans le dispositif de soutien public de l’activité et des revenus. La manière dont les Etats ont décidé unanimement de dépenser l’argent qu’ils n’ont pas est très impressionnante. Certes, la cause est noble, mais quand même : il faudra bien rembourser cet argent, donc le prélever sur les revenus futurs, ce qui affectera la croissance…Vraiment ?
Une autre idée va faire son chemin, et la boucle sera bouclée : de la même manière que des annulations de dettes des pays pauvres ont été décidées dans le passé, des annulations de dettes des pays riches seront décidées dans le futur. La motivation même de la dépense qui a occasionné la dette, « sauver des vies », justifiera cet abandon de créance. Cette annulation de dette passe d’abord par sa monétisation, comme c’est le cas depuis plusieurs années.
L’effet sur les marchés d’actions est bien sur favorable. Déjà, la création de montants gigantesques de monnaie depuis 6 semaines constitue un carburant considérable pour alimenter le moteur boursier. On n’a plus de mot pour qualifier cette situation d’hyper liquidité qui justifiait hier la hausse des cours indépendamment de la valeur des entreprises.
De plus, ce soutien public systématique peut induire une baisse des primes de risque appliquées aux actions : en effet, le risque de faillite des entreprises diminue. La Fed n’a-t-elle pas déclaré que les entreprises ne feraient pas faillite grâce à son action ? Le président de la République Française n’a-t-il pas déclaré « qu’il ne laisserait pas les entreprises seules face au risque de faillite » ? Dans ce scénario idyllique, tout ce qui devait être fait l’a été, d’une manière idéale, quasiment parfaite. 2020 est une année à mettre entre parenthèses, à oublier très vite, mais en 2021 tout va repartir comme avant. Entre temps, la monnaie créée en excès va favoriser la hausse des actions, seules bénéficiaires du « monde d’après », un monde plus administré par les politiques, un monde où l’inflation va progressivement reprendre ses droits.


Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux à 10 ans du trésor américain ont baissé de 10 pb environ, comme les taux allemands et français. L’€ a baissé de -0,3% environ et est revenu à 1,08$.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole WTI a baissé de 20%, celui du Brent a progressé de 20%…. Le cours du cuivre est stable.

Investisseurs : Nous recommandons de sur pondérer les actions au maximum, pour un CAC 40 en dessous de 4 514.
.

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr





Chaineum : Neo Investment Bank
Laurent Leloup : Conférencier blockchain
HealthTech.Finance : HealthTech Investment Bank

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Vendredi 17 Avril 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News