Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Le risque majeur de 2016…


Lettre hebdo du 30 octobre 2015.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Le communiqué de la dernière réunion de la banque centrale américaine laisse la porte ouverte à une hausse des taux dès la réunion du 16 décembre. Ce changement de politique monétaire pourrait ouvrir les portes de l’enfer. Nous considérons en effet que la croissance américaine est trop fragile pour supporter une hausse du coût de l’argent et surtout une reprise par la Fed des liquidités qu’elle a créées.

L’impact sur la sphère réelle serait probablement très négatif
L’économie américaine est en effet très dépendante des marchés financiers. Les courroies de transmissions sont bien connues : anticipations de la poursuite de la hausse des taux, augmentation des spreads de crédit (qui a déjà commencé), retournement rapide du marché de l’immobilier, effet richesse lié à la baisse des cours des actions (la performance de Wall Street est, rappelons-le, déjà légèrement négative depuis le début de l’année)… Le timing de l’opération serait en quelque sorte parfait pour catalyser une baisse rapide des cours des actions américaines, que la stagnation des bénéfices des entreprises depuis l’été 2014, et la hausse des spreads de crédit en 2015, laissent augurer.

Une politique monétaire américaine plus restrictive a pour effet de faire monter le cours du dollar : c’est le cas depuis plus d’un an contre € notamment. La fin du Quantitative Easing, actée en octobre 2014, correspond déjà à une restriction de monnaie. La politique monétaire de la BCE alimente aussi l’appréciation du dollar. La hausse de la parité du dollar a pour effet habituellement de transmettre la dynamique de la croissance Outre-Atlantique à l’économie européenne, avec un décalage de quelques trimestres. Le rééquilibrage de la croissance des deux côtés de l’Atlantique est ainsi rendu possible par le biais du taux de change. Or, ce phénomène vertueux, que l’on a observé au cours des cycles précédents, ne fonctionne que si la croissance américaine est suffisante, en volume et en prix. Si la croissance américaine est insuffisante, alors la hausse du dollar non seulement ne transmet pas la croissance à l’Europe, mais en plus elle est capable d’augmenter significativement le risque récessif Outre-Atlantique… En effet, la hausse du dollar réduit la compétitivité prix des entreprises américaines : elle a un effet négatif sur la croissance américaine

L’impact dans la sphère financière d’une erreur de politique monétaire serait majeur. Le retournement du cycle de l’aversion au risque serait causé par une perte de crédibilité de la Fed. Manifestement, dans le communiqué de cette semaine, la Fed est beaucoup moins inquiète de l’état de l’économie américaine et du contexte international. Pourtant, il est évident que les choses n’ont pas significativement évolué en 6 semaines, depuis la réunion du 17 septembre. Certains indicateurs laissent même penser que la situation s’est légèrement dégradée. On peut donc suspecter Mme Yellen d’être très influencée par les marchés financiers, car à la mi-septembre les marchés financiers vivaient une phase de fort stress, alors qu’ils viennent de s’apprécier fortement depuis un mois….

Nous considérons que l’économie américaine n’est pas prête à un durcissement monétaire. Celui-ci laisserait s’exprimer les forces déflationnistes latentes qui se renforcent. Face au risque d’erreur majeure de politique monétaire de la Fed, nous sous- pondérons au maximum les actions dans les allocations.

Spec : Le Cac 40 est sous une résistance, le S&P 500 sur acheté, la consolidation peut se transformer en correction.

Investisseurs : Nous sous-pondérons au maximum les actions.

Tendances sur les taux et les devises : L’€ reste faible face au dollar, favorisé par la perspective laissée ouverte, d’une hausse des taux en décembre. Les taux des obligations d’état sont stables ou en baisse.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole s’est légèrement redressé.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Tuesday, November 3rd 2015
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News