Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Le risque de crise bancaire est loin d'avoir disparu.


Après la perte de 14 milliards d'euros de la première banque italienne Unicredit en mars dernier (pour provisionnement de créances douteuses), l'amende record de BNP Paribas il y a quelques jours, c'est au tour de la première banque privée portugaise Espirito Santo (BES) de raviver les cendres toujours incandescentes de la crise bancaire européenne. Et pour cause : la maison mère de celle-ci, Espirito Santo International (ESI), subit de lourdes pertes, qui ne manqueront pas d'affecter BES, dont le cours boursier a chuté de 17,24 %, avant la suspension de la cotation à la Bourse de Lisbonne.



Marc Touati
Marc Touati
Ce retour en force des vieux démons de la crise bancaire a évidemment pesé immédiatement sur l'ensemble des cours boursiers des banques européennes, mais aussi sur les taux d'intérêt à long terme des pays d'Europe du Sud, à commencer par le taux à dix ans des obligations de l'Etat portugais qui a retrouvé la barre des 4 %.

De quoi rappeler deux fondamentaux déterminants. D'une part, la situation bancaire et financière eurolandaise reste très fragile. D'autre part, l'Union bancaire européenne, censée supprimer tout risque de rechute, apparaît bien peu crédible.

Mais au-delà de cette vraie fausse révolution (les dirigeants politiques européens n'en sont plus à un mensonge près), la récente tempête portugaise souligne que le vrai danger pour l'Europe bancaire réside dans une nouvelle crise d'aggravation des créances douteuses qui pourrait voir le jour dans les prochains mois.

En effet, en dépit des apparences et des promesses de bonne gestion, « le ménage » n'a pas forcément été bien fait dans les banques italiennes et portugaises, mais aussi dans celles de l'ensemble de l'Europe. Certes, ces dernières ont bénéficié de l'aide pléthorique de la BCE depuis 2009 et surtout depuis la fin 2011 avec le début des opérations non-conventionnelles et encore en 2013 et en 2014 avec les baisses du taux refi, désormais à 0,15 %. De la sorte, elles ont pu se livrer à leur métier de transformation en toute tranquillité, se finançant à court terme à 0 % pour placer sur des produits obligataires bien mieux rémunérés.

Cependant, au-delà de ce cadeau sans limite, les banques européennes ont également dû faire face à deux handicaps. D'une part, des règles prudentielles de plus en plus contraignantes. D'autre part, une croissance économique historiquement faible. Bien plus grave, le premier handicap n'a cessé d'alimenter le second. En effet, pour respecter les nouveaux ratios de solvabilité, qui accroissent le besoin en fonds propres en fonction du risque des engagements, les banques ont été contraintes d'accroître leurs achats d'obligations d'Etat au détriment des crédits au secteur privé. Elles ont donc alimenté un effet d'éviction des financements privés au profit de ceux réservés au secteur public.

A la rigueur, si la dépense publique avait réussi à créer une croissance forte et durable, l'impact de cet inconvénient aurait pu rester limité en durée et en ampleur. Malheureusement, comme cela s'est particulièrement bien observé dans l'Hexagone, l'augmentation des dépenses publiques a été incapable de restaurer une croissance vigoureuse. Bien au contraire, elle a alimenté la mollesse économique.

Or, l'une des conséquences inévitables de la croissance faible réside dans l'augmentation du risque de défaut et par là même des créances douteuses. C'est alors que le cercle pernicieux devient infernal, dans la mesure où cette fragilisation du bilan des banques réduit encore l'octroi de crédits à l'économie, donc alimente la croissance molle, puis le chômage, mais aussi les déficits publics...

Dès lors, après les ratios de solvabilité et l'atonie économique, les banques vont devoir faire face à un troisième danger, en l'occurrence la dégradation des obligations d'Etat. Car, si depuis environ un an, les marchés et les investisseurs veulent croire que la crise de la dette publique eurolandaise est terminée, il n'en est rien.

Pour le prouver il suffit de rappeler qu'en 2013, à l'exception de l'Allemagne et du Luxembourg, aucun pays de la zone euro n'a réussi à dégager une croissance économique en valeur (c'est-à-dire augmentée de l'inflation) suffisamment forte pour assurer le paiement des intérêts de la dette publique. Et ce, dans la majorité des cas, pour la sixième année consécutive et bientôt la septième, puisqu'il en sera de même en 2014.

Dans ce cadre, après avoir été anormalement bas, en particulier dans l'Hexagone, les taux d'intérêt des obligations souveraines pourraient bien subir une forte hausse, engendrant mécaniquement des moins-values sur les portefeuilles obligataires.

Après avoir dû constituer des provisions pour créances douteuses du secteur privé, les banques italiennes, françaises, européennes, et mondiales pourraient donc bien devoir rééditer l'opération, mais, cette fois-ci, pour des créances accordées au secteur public, qu'il s'agisse des obligations d'Etat ou des crédits accordés aux collectivités locales.

Or, un tel scénario n'est pour l'instant pas vraiment intégré dans les « stress tests » de la BCE. Sans parler des risques sur les pays émergents et sur la situation géopolitique mondiale. Voilà pourquoi, nous estimons que même si les banques européennes ont réduit leurs activités dangereuses (et notamment le « property trading », c'est-à-dire la spéculation avec leurs fonds propres) et bénéficient encore d'une politique monétaire extrêmement accommodante, elles restent toujours menacées par une croissance économique trop faible, une dette publique trop élevée et un risque de remontée massive des taux d'intérêt des obligations d'Etat.

En conclusion, même si, pour l'instant, la situation apparaît sous contrôle, la probabilité d'une nouvelle crise bancaire demeure élevée. Ce qui signifie qu'après trois belles années en termes de profits et de valorisation boursière, les banques européennes pourraient connaître une année 2014 de vache maigre. Ce qui nous amène donc à conseiller de prendre ses bénéfices et de s'alléger sur ce secteur en attendant des jours meilleurs en 2015…


Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 15 Juillet 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News