Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Le retour des révisions en baisse


Lettre hebdo du 9 octobre 2015.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
A la fin de l’année dernière et au début de cette année, on a parlé « d’alignement des astres » économique et financier, favorable au retour de la croissance en France et en Europe. En effet, d’une manière effectivement assez exceptionnelle, la conjugaison du contre choc pétrolier, d’un euro affaibli, de taux d’intérêt très bas et d’une relance monétaire massive annoncée par la BCE en janvier, devait, à n’en pas douter, propulser la croissance de notre pays et de nos entreprises.

De plus, le plan Juncker devrait parfaire la relance de l’activité, grâce à une forte progression des investissements en infrastructures…Le retour de la croissance était planifié : nous y croyions et cela justifiait nos recommandations d’allocations favorables aux actions fin 2014, début 2015. Qu’en est-il aujourd’hui, alors que déjà se profile la fin de l’année ? La déception est grande. Si le PIB européen croit, cette croissance est limitée à 1 % en France, et elle n’atteindra pas 2 % en Allemagne. En effet, les instituts de conjoncture allemands (IFO, RWI, DWI, IWH), ont annoncé hier la révision en baisse de leurs hypothèses de croissance du PIB Outre Rhin, à 1,8 % pour 2015 et 2016. La baisse des explorations allemandes a été publiée à - 5,2%, au plus bas depuis la crise de 2009. Les importations ont baissé de 3 %.... En France, la mauvaise surprise d’une croissance nulle au second trimestre a incité la Banque de France et l’INSEE à revoir marginalement en baisse leur prévision de croissance, qui est un peu supérieure à 1 %... Si nous n’avions pas bénéficié de « l’alignement des astres », quelles serait donc notre croissance ? Probablement, l’Europe serait entrée en récession. C’est dire la force des tendances récessives et déflationnistes qui minent l’Europe.

Du coté des entreprises, cette grande déception sur le contexte macroéconomique se traduit déjà par le retour des révisions en baisse des anticipations de résultat pour l’exercice 2015 et 2016. Certes, les analystes financiers sont coutumiers du fait ; le biais à la révision baissière est consubstantiel à leur optimisme naturel. Le niveau de croissance anticipé par les analystes en début de période de prévision est très souvent excessif : la révision baissière moyenne est de l’ordre de 8 à 10 % entre la première prévision et la publication de l’entreprise. Les analystes ont donc pris en compte « l’alignement des astres » dans leurs prévisions établies en fin d’année dernière et au début de cette année.

Pour le CAC 40, les révisions en baisse du niveau des BPA 2015 et 2016 ont commencé récemment, dans le courant du mois d’Aout. Les bénéfices des entreprises qui composent le CAC 40 étaient prévus à 94,7 milliards d’€ fin juillet pour l’exercice 2016, ils sont aujourd’hui anticipés à 92 milliards d’€. C’est une baisse de 2,6 milliards d’€, soit 2,8 % de l’anticipation initiale. TOTAL représente à lui seul plus de 40 % de la révision en masse : -1184 millions (-13 % de l’anticipation initiale…). Mais le mouvement de révision en baisse est profond : 26 entreprises du CAC 40 ont été révisées en baisse de plus de 1% depuis fin juillet, ( ARCELOR -20%, UNIBAIL RODAMCO -13%, ALSTOM – 6%, PERNOD -6%, SCHNEIDER et LAFARGE HOLCIM – 5 %, TECHNIP, ENGIE, EDF, RENAULT – 4%, SOLVAY, DANONE, CREDIT AGRICOLE, CARREFOUR, -3%...), pour 10 seulement qui ont vu leurs prévisions de BPA rehaussées ( BOUYGUES +5%, VEOLIA + 4% , CAP GEMINI,ORANGE, AXA, SAFRAN, VIVENDI +2%).

Cette récente inflexion négative des bénéfices en France et en Europe, intervient 9 mois environ après celle des USA, ce qui est conforme aux observations historiques. Elle confirme que le vrai danger qui menace la sphère réelle comme la sphère financière est bien le manque de croissance. Elle est cohérente avec l’entrée des indices boursiers dans une tendance baissière depuis le mois d’Aout.

Investisseurs : Nous avons fortement abaissé les bornes de l’allocation à la suite de la nette dégradation de l’actualité. Nous sous-pondérons les actions au-delà de 4700 points sur le CAC 40

Tendances sur les taux et les devises : L’€ a repris près de 1 % contre $. Les taux de l’OAT France ont rebondi, autour de 1%, comme le 10 ans américain (2,11%).

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole a fortement remonté cette semaine, le prix du cuivre est stable.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 13 Octobre 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News