Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Vendredi 12 Mars 2021

Le Patch Management : un incontournable de la cybersécurité


Par Olivier MASOTTA chez Suricate.



Protéger son parc informatique contre des intrusions et autres attaques est plus que jamais un élément clé que les entreprises et organisations de toutes tailles doivent intégrer comme une priorité stratégique. A priori évident, on constate pourtant que nombre d’acteurs éprouvent des difficultés pour sécuriser efficacement leur parc IT. Ce constat est d’autant plus évident pour les entreprises qui doivent gérer un parc étendu, multisites, sur de nombreux pays et qui répertorient des milliers de licences et de logiciels hétérogènes.

Un réel risque de cybersécurité

Une chose est sûre, ne pas maintenir son parc est plus que jamais un risque majeur pour les entreprises. Dans ce contexte, différentes études réalisées par les plus grands cabinets d’analystes mettent en avant que des milliers d’attaques et intrusions sont effectués chaque année par des hackers qui s’introduisent dans le SI des entreprises via des accès effectués par des applicatifs ou matériels non patchés. Il s’agit donc d’une vulnérabilité majeure.

Ne pas rester passif et prendre les devants

Ce risque étant désormais identifié, il convient que les entreprises ne restent pas passives et se donnent les moyens de se protéger en adoptant une mise à jour efficace de leur parc IT. Mais comment faire ? En effet, si mettre à jour quelques ordinateurs peut être une tâche relativement simple, déployer des milliers de correctifs sans impacter la productivité des utilisateurs peut devenir particulièrement complexe. En ce sens, une approche manuelle n’est pas possible et laisser un collaborateur en interne gérer ce point est voué à l’échec. L’industrialisation de cette tâche est alors l’approche la plus indiquée et son outsourcing un prérequis.

Le recours au patch management

Traditionnellement présenté comme un simple outil, le patch management est en fait une approche qui doit intégrer deux composantes fortes : méthodologie et solutions. En effet, un simple outil n’est pas suffisant et il convient d’avoir une démarche globale pour réaliser avec succès un projet de patch management : de l’étude de l’inventaire, aux correctifs en passant par la production de reporting et de rapports de conformité. L’objectif étant d’automatiser l’intégralité du processus pour ne pas laisser de trous dans la raquette et s’assurer que les systèmes et applicatifs sont à jour.

Démontrer sa conformité

Enfin, un point clé de l’approche de Patch Management est lié à la dimension réglementaire. Ainsi, en cas d’audit, les entreprises pourront mettre en avant leurs actions pour s’appuyer sur un parc toujours à jour. Une telle approche peut être nécessaire notamment dans le cadre de la souscription de contrats d’assurance Cyber. Là encore pour réaliser ce travail complexe, l’automatisation de la génération des rapports par des tiers de confiance est nécessaire.

Ces différents éléments mettent en avant le rôle actif que joue l’approche de Patch Management en matière de cybersécurité. Au regard de la multiplication des cyberattaques qui ne cessent de se développer à grande échelle, maintenir son parc à jour devient donc un impératif.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS