Quotidien Fintech & Blocktech / Daily News
              



Mardi 5 Janvier 2021

Le Cloud dans la banque : l’inévitable équation des années à venir


Par Rahul Singh, President Financial Services, HCL Technologies



L’adoption du cloud est en effervescence à travers tous les secteurs. Autrefois perçue comme une technologie révolutionnaire, le Cloud est devenu un argument concurrentiel fort pour les entreprises souhaitant apporter de l’agilité, de l’innovation et de la rentabilité au sein de leur stratégie. Le secteur de la finance s’est rapidement inscrit dans cette mouvance, avec des banques utilisant le Cloud pour des services tels que la vérification des comptes clés. Plusieurs analystes parlent désormais de dépenses publiques dans le Cloud qui passeraient de 229 milliards de dollars en 2019 à près de 550 milliards de dollars en 2023, dont un tiers consacré à trois secteurs : les services professionnels, l’industrie manufacturière et le secteur bancaire. Mais désormais, le moment est venu pour de nombreux prestataires de services financiers d’envisager à déplacer leurs services de base vers le Cloud.

Les hésitations à déplacer certaines activités principales vers le Cloud sont en train de s’atténuer. De nombreuses banques mettent en place des stratégies de migration vers le cloud pour leurs services de base comme les paiements quotidiens de leurs clients, les cotes de crédits, la gestion de patrimoine ou encore l’analyse des risques. Il s’agit ici d’un changement important, s’expliquant par plusieurs facteurs, dont certains incluant des développements comme la directive DSP2 et l’open banking qui nécessitent des protocoles de partage des données à la fois sûrs et rentables.

La pression exercée par les Fintechs sur les banques joue aussi un rôle. Ces banques nées avec le Cloud sont capables d’embarquer les clients à distance en quelques minutes, de déployer de nouveaux services en quelques semaines voire quelques jours, et de se plier aux exigences de conformité, le tout à moindres coûts.

Pour les banques déjà bien installées, la nécessité de moderniser des systèmes de base et de les intégrer aux dernières technologies est devenue une priorité immédiate. La pandémie de COVID-19 a donné de l’impulsion, accentuant l’importance de la migration des systèmes centraux vers le Cloud et de leur mise à niveau. Les exigences inhabituelles imposées par la pandémie aux systèmes et aux services ont fait pencher la balance à tel point que les organismes des services financiers doivent repenser leur approche de transformation numérique, en accordant une attention particulière à la culture du Cloud. Cela est essentiel si le secteur souhaite s’adapter rapidement à cette nouvelle normalité. Le Cloud doit être utilisé pour faire face aux changements réglementaires nouveaux, en cours et à venir, mais également aux nouvelles demandes des clients, au déploiement de technologies émergentes et à la concurrence sans précédent des Fintechs toujours plus agiles.

En 2021, les prestataires de services financiers devront revoir leurs priorités, en allant bien au-delà de l’exploitation du Cloud servant à faire évoluer la rentabilité. Les nouveaux domaines sur lesquels il faudra se concentrer seront surtout les suivants :

- Bâtir de solides bases numériques : le marché du Cloud est en pleine expansion et faire un choix de fournisseur de services peut s’avérer compliqué. Alors que les trois grands hyper scalers apparaissent comme le choix évident, peu d’acteurs n’arrivent à s’imposer face à IBM, Oracle ou Alibaba. Cela amènera les entreprises à adopter le cloud hybride de manière sécurisée. Comme l’a montré la pandémie de COVID-19, le Cloud est la solution parfaite pour les situations de crise. De solides bases numériques avec une architecture robuste soutenues grâce à des opérations résilientes permettent de garantir que les entreprises continueront à avoir accès à leur système et à leurs données, quel que soit l’endroit où se trouvent les employés et les solutions qu’ils utilisent.

- Les plateformes technologiques : les entreprises se concentrent de plus en plus à ne plus s’embêter avec la complexité qui intervient à plusieurs niveaux du parcours informatique, et ce en adoptant une approche basée sur l’utilisation de plateformes et en améliorant la rapidité d’exécution pour les équipes IT des entreprises. Les infrastructures physiques sont réduites grâce aux plateformes Cloud. Les données sont consolidées à travers des plateformes de bases de données pour améliorer l’analyse. Les solutions produits sont proposées à travers des plateformes évolutives comme APIgee, CI/CD pour simplifier et accélérer les processus de développement qui permettent d’accélérer la mise sur le marché et améliorer l’expérience des développeurs, tout en réduisant considérablement les investissements d’infrastructures et l’espace nécessaire pour les datacenters.

- Renforcer la sécurité informatique : s’il est bien mis en place, le Cloud offre les dernières innovations en matière de sécurité et représente une garantie de sûreté comparé aux serveurs sur site. Les services financiers s’appuient depuis des années sur une sécurité axée autour du contrôle et de la conformité. Ces pratiques restent néanmoins vulnérables aux attaques informatiques qui ne cessent d’augmenter. Alors que les intégrateurs de services se concentrent sur la création de solutions de sécurité informatique robustes pour les services financiers, les fournisseurs de Cloud cherchent aussi à mettre en place des mesures de sécurité et de réglementations spécifiques au secteur, comme le cryptage des données de bout en bout, afin de faciliter la collecte des réclamations pour les services financiers lors des migrations vers le cloud.

- Un moteur de l’innovation : il est de plus en plus évident que le Cloud est la pierre angulaire qui permet aux Fintechs d’innover. Grâce au Cloud, les services financiers peuvent exploiter de nouvelles technologies et de nouveaux outils comme la réalité augmentée (AR), la réalité virtuelle (VR), le traitement du langage naturel (TLN), le machine learning (ML), ou encore l’internet des objets (IoT) pour utiliser de nouveaux processus conçus pour améliorer les interactions et l’expérience client avec des services portables en temps réel. Alors que les Fintechs ouvrent la voie vers l’innovation Cloud grâce à des plateformes bancaires ouvertes, certaines des principales banques adoptent également le cloud pour simplifier leurs processus commerciaux et la connaissance clients afin d’améliorer l’expérience utilisateurs.

- La synchronisation des données de l’entreprise : l’écosystème dans lequel les services financiers opèrent aujourd’hui est en expansion. La collaboration en interne et avec des partenaires externes est essentielle à la réussite. Le Cloud permet aux entreprises d’intégrer la collaboration à travers des outils et des plateformes partagés. Il s’agit d’une capacité essentielle car elle permet de prendre des décisions plus rapidement et d’améliorer les cycles d’innovation.

Les systèmes informatiques anciens bloqueront les banques qui veulent améliorer la génération de revenus et construire une entreprise à la fois résiliente et réactive. Le Cloud a fait ses preuves auprès des banques concurrentes qui l’ont adopté. Il n’y plus de temps à perdre pour opérer une migration des systèmes vers le Cloud et de bâtir un avenir bien plus sécurisé.


Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News