Quotidien future finance
              



Le COVID-19 enterrera-t-il l'agence bancaire ?


C'est pas mon idée ! L'innovation dans les services financiers, par Patrice Bernard.



Face aux risques de propagation du coronavirus COVID-19, et bien que le pays semble à ce jour relativement épargné par l'épidémie, la singapourienne DBS déploie un plan d'accompagnement spécifique de « banque sans contacts » à destination de ses clients professionnels. Un pas décisif vers la disparition des réseaux d'agence ?

Parce que la maladie se transmet par les interactions proches entre individus, l'établissement, qui a rencontré un cas de contamination parmi ses employés il y a quelques jours, met en œuvre, outre un dispositif d'assistance dédié (comprenant notamment un crédit d'urgence sans garantie de 50 000 dollars), une série de mesures concrètes visant à renforcer l'utilisation de services digitaux, de manière à limiter le besoin d'échanges physiques dans diverses circonstances de la vie d'une entreprise.

En pratique, DBS augmente le nombre de virements instantanés gratuits inclus dans ses forfaits, dans le but de réduire les manipulations de chèques, et dématérialise entièrement 11 processus de demande de financements commerciaux (lettre de crédit, affacturage, garantie d'expédition…). En complément, un important corpus de programmes pédagogiques est mis à la disposition des intéressés – webinaires et formations personnalisées, cours de son académie pour PME digitalisés pour l'occasion… – afin de faciliter la prise en main des outils en ligne et d'encourager leur utilisation.

DBS – Live more, Bank less

Le premier effet visible de la crise sanitaire, au moins dans le cas de DBS, mais il serait surprenant (et dangereux pour elles) que ses consœurs ne suivent pas la tendance, est l'impulsion supplémentaire qu'elle donne aux initiatives de transition vers une relation à distance. L'urgence permet soudainement de réaliser qu'il est effectivement possible de faire basculer la plupart – sinon la totalité – des processus existants sur les supports numériques, soulignant de la sorte qu'une partie des rôles jusqu'alors assignés aux conseillers est superflue et va nécessiter une remise à plat en profondeur.

Le second impact, qui se matérialisera d'autant plus intensément que l'épidémie se prolongera, sera la prise de conscience inévitable par les clients, au fil de l'adoption plus ou moins contrainte de nouveaux comportements, de leur capacité à exécuter facilement toutes leurs opérations et à gérer à leur convenance l'ensemble de leur vie financière sans jamais avoir à se rendre dans une agence. L'habitude du rendez-vous régulier avec un conseiller, presque inscrite dans les gènes, sera alors sérieusement ébranlée.

Au bout du compte, un virus pourrait finalement accomplir en quelques mois une transformation qui, pour inéluctable qu'elle paraisse, reste une hypothèse lointaine pour une majorité de banques dans le monde, parfois rejetée catégoriquement. Le scénario pourrait s'avérer inquiétant pour celles qui sont les moins préparées à une génération de services 100% digitaux, et qui n'auraient donc guère de temps pour adapter leurs modèles (technologiques et humains) face à des concurrentes prêtes depuis longtemps.

Par Patrice Bernard.
Fondateur du blog C’est pas mon idée
Le COVID-19 enterrera-t-il l'agence bancaire ?



No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 2 Mars 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles