Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

La startup Apiday se lance avec un outil unique pour le reporting extra-financier

5 questions posées à Édouard Audi, PDG et cofondateur de la startup apiday qui se lance sur le marché des greentechs/regtechs.


Pouvez-vous nous présenter apiday ?

En une phrase, apiday permet aux entreprises de mesurer leur performance extra-financière (aussi
appelée données ESG, pour Environnement, Social et Gouvernance) de manière aussi systématique
et avec autant d’aisance que leurs données financières.

Aujourd’hui, les entreprises ne peuvent plus prioriser uniquement leurs performances financières,
sans considérer leur impact sur l'environnement et la société. La pression vient des consommateurs
mais aussi des investisseurs, des partenaires, des employés et maintenant de la réglementation.
C’est un problème de taille, car les entreprises ne sont pas préparées : elles manquent de ressources
et d'expertise ESG en interne, et n’ont pas le temps de collecter leurs données ESG de manière
régulière. L’une des raisons expliquant ceci est qu’il n’existe pas d’outil adapté pour les accompagner
dans ces démarches.

Ainsi, la solution d’apiday simplifie la collecte et l'analyse des données ESG des entreprises, en
combinant l’expertise humaine de spécialistes RSE avec une technologie de Machine Learning. Les
entreprises génèrent leurs rapports extra-financiers, répondent à leurs questionnaires RSE
(demandés par les investisseurs, pour les appels d'offre, etc.) ou obtiennent leurs certifications RSE
(B Corp, Ecovadis) en quelques jours au lieu de plusieurs mois.

Nous avons simplifié ce processus long et complexe afin de soutenir les acteurs désireux de
formaliser leur stratégie RSE, quelle que soit leur taille ou leur moyens. Notre solution est intuitive,
exigeant le moindre effort de la part des entreprises. Nous nous chargeons d'analyser les documents
importés et de générer les réponses aux questionnaires, grâce à l’IA, et l’analyse de nos experts. Les
requêtes ESG suivantes sont traitées de façon automatique, car les données sont stockées et
organisées. Enfin les données ESG peuvent être intégrées aux réflexions stratégiques de l’entreprise,
au même titre que les données financières.

Pourquoi avoir créé apiday ?

Tout a commencé par une intuition, que Charles Moury, Erol Hoke et moi-même avons développée
lors de nos parcours professionnels respectifs : les sujets sociétaux et environnementaux prenaient
alors de l’ampleur, mais nous avons pu relever de nombreuses failles. De mon côté, le déclic est
arrivé lors de mon expérience chez le Cab, ayant été marqué par les conflits sociaux répétés, liés aux
chauffeurs. Charles évoluait dans le monde de la finance, et a constaté les difficultés des acteurs
financiers à intégrer les critères ESG dans leurs prises de décisions. Erol est quant à lui un fervent
partisan de la mouvance "tech for good", et s'est intéressé aux meilleurs moyens de mettre la tech au
service du plus grand nombre. Puis, nous avons échangé avec des acteurs de la RSE, qui nous ont
confirmés que collecter, analyser et suivre leurs données ESG était la partie la plus chronophage et
complexe. C’est ainsi qu’est né apiday : en nous basant sur nos expériences personnelles et sur ces
échanges, nous avons conceptualisé un outil simple, fiable et rapide de collecte et d’analyse de
données ESG. Pour moi, l’ESG façonne dès à présent le futur des entreprises, de la société et de la
planète. Toute l’équipe est particulièrement sensible à ces sujets sociétaux et environnementaux, et
chaque collaborateur d’apiday est animé par cette volonté de sortir du banc de touche, afin d’agir de
manière concrète et de contribuer à l’élaboration d’un monde meilleur.

À quel problème répond votre solution ?

Notre solution a pour ambition de répondre à deux problématiques majeures :
● La première est d’aider les utilisateurs à répondre à leurs demandes ESG, qui sont de plus en
plus nombreuses (demandes des investisseurs, consommateurs, employés, banques,
régulateurs), ou de les soutenir dans leur volonté d’obtenir une certification. Ces demandes
ESG passent par de nombreux questionnaires, qui sont techniques, chronophages et longs à
remplir.

En passant par apiday, l’utilisateur importe simplement sa demande, ce qui nous permet
d'identifier automatiquement une liste de documents à partager pour y répondre. Puis,
l’utilisateur utilise notre outil pour récupérer facilement les documents éparpillés auprès de
l’ensemble des parties-prenantes. Par la suite, nous extrayons les données ESG pertinentes
et générons son rapport, répondons à son questionnaire ou l’accompagnons vers l’obtention
de sa certification RSE. Le processus est fluide et fiable, permettant à nos clients de gagner
un temps précieux, en toute tranquillité.

● Le deuxième problème est lié à l’absence d’un cadre ESG universel ainsi qu'à la multitude de
standards, réglementations et certifications ESG existants, qui imposent aux entreprises de
répondre à une multitude de questionnaires différents selon leurs interlocuteurs.
C’est pourquoi nous avons cartographié les questions des standards ESG les plus utilisés,
ainsi que les informations nécessaires pour y répondre, et les documents contenant ces
informations. Une fois les documents partagés et analysés par nos équipes, ils sont
centralisés sur notre outil, pouvant ainsi être réutilisés automatiquement pour répondre aux
futures demandes ESG.

Ainsi, notre outil permet un suivi de la performance extra-financière dans le temps, au même titre
qu’un logiciel de reporting financier. Nous devenons l’allié des entreprises pour la collecte, le suivi et
l’analyse de leurs données ESG. A notre échelle, nous aidons aussi à minimiser le risque de
greenwashing, analysant des données précises et vérifiables.

L’ESG et la RSE sont en effet des termes de plus en plus utilisés. Pouvez-vous nous expliquer
la nuance entre ces deux notions ?


Pour faire simple, on parle de performances ESG et de stratégie RSE. L’ESG vient du monde de la
finance et a comme objectif principal d’évaluer les risques Environnementaux, Sociaux et de
Gouvernance (ESG) extérieurs auxquels les entreprises sont exposées. Tandis que la responsabilité
sociétale des entreprises (RSE) évalue l’impact de l’entreprise sur le monde.

Les deux notions ont pour vocation de récompenser les comportements vertueux et d’améliorer le
monde de demain : l'ESG est un exercice d'analyse, permettant de mesurer la performance
extra-financière, mais n'a pas vocation à proposer de leviers d'amélioration concrets. La RSE, quant à
elle, est une démarche de changement qui s'intéresse à la mise en place de stratégies concrètes
permettant aux entreprises d'améliorer leur impact sur la société et l'environnement.

Voici un exemple concret permettant d’illustrer cette nuance : apiday propose d'étudier et d'examiner
les données ESG des entreprises, afin de soutenir et de certifier leurs stratégies RSE. Dans son
rapport ESG l'entreprise publie son empreinte carbone, dans le cadre de sa stratégie RSE elle va
définir un plan d'action sur plusieurs années pour réduire cette empreinte à différents niveaux de
l'entreprise. Une stratégie RSE efficace nécessite un exercice continu de collecte et d'analyse des
données ESG, car on ne peut améliorer que ce qu'on sait mesurer.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ces deux notions prennent de l’ampleur dans notre
société, notamment pour les entreprises ?


Depuis la crise de gouvernance des groupes Uber, Danone et Orpéa, qui ont mis en avant les limites
systémiques d’un manque de stratégie RSE intégrée, documentée et vérifiée, la société fait face à un
besoin urgent de transparence et de sens. Ce sentiment s’est brutalement accéléré pendant la crise
de la COVID-19. Les normes et réglementations ESG deviennent de plus en plus importantes et
incontournables, notamment en France et en Europe. L’UE positionne ces questions en top priorité
avec le développement de la taxonomie (classification européenne des activités économiques ayant
un impact favorable sur l'environnement).

Cette prise de conscience est générale dans la mesure où 37% des fonds de capital risque ont refusé
d’investir à cause de critères ESG, 57% des consommateurs favorisent les organismes conscients de
leur impact environnemental et 37% des jeunes actifs attendent de l’entreprise qu’elle soit utile pour
la société. Il est clair qu’aujourd’hui l’acte d’achat n’est plus uniquement motivé par le prix ou la
qualité du produit, mais aussi par son impact environnemental et sociétal, ou celui de l’entreprise qui
le commercialise. Il est donc étonnant de constater qu’aucune plateforme ne permette aujourd'hui aux
entreprises de simplifier leur processus de centralisation et d’analyse des données ESG. apiday est
ravie de faire partie des précurseurs européens de ce domaine, en permettant aux entreprises, quelle
que soit leur taille, de consolider, vérifier et certifier leur stratégie RSE.

Dans de nombreuses situations, cela peut-être une petite révolution, quelle est votre vision?
C’est en effet une révolution souhaitable. Aujourd’hui, nous (citoyens ou organisations) n’avons plus le contrôle de nos données et portons des risques de non conformité.

Demain, nous aurons toutes et tous un coffre fort numérique qui sera une source de vérité (Golden copy). Il sera alimenté par des oracles (les registres officiels, des notaires, des avocats, etc.) et permettra de donner un accès contrôlé, systématique et en temps réel à toutes les contreparties qui ont besoin de ces données.

Ce jour simplifiera grandement la vie de toutes et tous, réduira drastiquement l’usage de papier, permettra d’avoir un tableau de bord de conformité et un audit systématique et en temps réel pour lutter contre la fraude.

Vous venez de finaliser une Série B de 3.3 millions pour mener à bien cette vision, quelles sont les prochaines étapes ?

Des investisseurs visionnaires et des entrepreneurs à succès sont en effet entrés au capital et plusieurs également comme clients. Cela renforce d’autant plus notre vision.

Dans notre objectif de redonner le contrôle de ses données au plus grand nombre et de les sécuriser, nous prévoyons d’ émettre notre propre jeton (Token) qui aura pour utilité l’enregistrement de transactions sur notre blockchain, Wecan Chain.

Avec un nombre croissant de transactions et de clients, la valeur de ce Token sera croissante. Nous l’émettons dans le cadre d’une private pre-sale à un prix très bas afin que cela ne pénalise pas l’adoption de nos produits.

Nous avons construit cela en nous inspirant grandement d’un de nos actionnaires, Request Network qui est un des Tokens leaders dans son domaine.

Mardi 15 Mars 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES