Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



La jungle investit le musée du quai Branly


Tarzan, vedette de l'exposition...

Jusqu’au 27 septembre, le héros mythique de la jungle, Tarzan, s’installe au musée du quai Branly à Paris avec une exposition qui lui est entièrement consacrée, Tarzan! ou Rousseau chez les Waziri. Entre les animaux empaillés, les objets africains et les projections de films, l’immersion est garantie. Bienvenue donc dans l’univers de cet homme élevé par les singes et défenseur d’un monde où l’être humain et la nature ne font plus qu’un.



La jungle investit le musée du quai Branly
Tarzan et son auteur. Les aventures de Tarzan voient le jour grâce à un homme que rien ne destinait à l’écriture. Soldat, cowboy, ouvrier dans une mine d’or ou encore agent de publicité, Edgar Rice Burroughs a testé tous les métiers. Et c’est en 1912 qu’il publie Tarzan of the Apes, le premier tome des aventures de l’homme au cri strident.

Nul doute que l’écrivain a fait preuve d’une très grande imagination. En effet, l’homme n’a jamais posé le pied sur le continent Africain. Son inspiration, il la trouve dans d’autres ouvrages que l’on peut découvrir dans les vitrines de l’exposition consacrée à Tarzan qui se tient au musée du quai Branly à Paris jusqu'au 27 septembre. Le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, Les Mines du Roi Salomon de Rider Haggard mais aussi les mythes de Romulus et Rémus ou d’Héraclès qui participent également à la création du héros Tarzan.

Les genèses du héros. Cette partie de l’exposition revient sur le mythe de King Kong avec l’enlèvement de la femme blanche et sur les mythes du bon sauvage et de l’enfant sauvage qui ont probablement influencé la construction de Tarzan. Elle évoque aussi la possibilité que Edgar Rice Burroughs a été inspiré par les ménageries, les zoos et les cirques où on présentait à tous les curieux des animaux sauvages arrachés à leurs lieux de vie pour le bon plaisir du grand public. A travers des jouets, des affiches et des tableaux, le visiteur du musée du quai Branly peut saisir l’engouement pour ces différentes sources de divertissements qui se développent à la fin du XIXème siècle. Il s’immerge ainsi dans le quotidien et l’univers d’une époque révolue mais qui a vu la naissance de son héros, Tarzan.

La jungle investit le musée du quai Branly

La bande dessinée, le cinéma et Tarzan. La bande dessinée puis le cinéma se sont très rapidement emparés de Tarzan qui leur doit beaucoup. En effet, la presse et les films ont permis la métamorphose de ce héros de roman en mythe quasiment universel. Qui ne connaît pas Tarzan aujourd’hui ?

Dans cette section de l’exposition, de nombreuses planches de bandes dessinées originales décrivent l’univers hostile dans lequel évolue le personnage de Tarzan. Le visiteur découvre aussi que l’homme-singe fait parti des premiers personnages qui ne soit pas comique à être mis en bande dessinée.

Mais c’est le cinéma qui a donné corps à Tarzan dans l’imaginaire collectif. C’est pourquoi des photographies de tous les acteurs ayant interprété Tarzan et des extraits de films sont présentés dans le cadre de cette exposition. Le spectateur-visiteur y découvre la censure puritaine imposée par la société de l’époque ou le racisme sous-jacent qui fait de Tarzan un muet à la limite du sauvage alors qu’Edgar Rice Burroughs en avait fait un polyglotte sociable.

L’Afrique de Tarzan. Le visiteur pénètre ensuite dans l’univers de Tarzan, une Afrique fantasmé par un occidental de la fin du XIXème siècle. Inutile donc de chercher des exactitudes ethnographiques. Pour autant, le Musée présente dans cette section un nombre important d’objets de ses collections permanentes.

Malgré ces inexactitudes, il y a une chose dont on peut être sûr : Tarzan se présente comme le sauveur de la jungle. Il poursuit les trafiquants d’ivoire, se bat contre les massacres et les trafics d’animaux, et est en quelque sorte un écologiste avant l’heure soucieux de l’environnement dans lequel il vit.

La modernité de pensée d’Edgar Rice Burroughs saute alors aux yeux. Sa dénonciation retenue mais présente du colonialisme et ses idées prémonitoires à propos de l’écologie font de Tarzan né en 1912, un héros plus que jamais moderne.

Autour de Tarzan. Dans le jardin luxuriant du musée du quai Branly, des ateliers attendent les enfants comme leur famille. L’atelier Le monde de Tarzan invite les 3-6 ans à découvrir les odeurs, les sons, les goûts et les formes de la jungle. Pour les 6-12 ans, un atelier Matière première : liane permet aux enfants d’être sensibilisés à la diversité des plantes épiphytes, c’est-à-dire qui poussent sur d’autres plantes, et à leur importance environnementale.

Enfin, pour les plus grands, un cycle cinéma propose tout au long du mois de juillet de venir découvrir ou redécouvrir quatre « Tarzan » avec la projection de Tarzan chez les singes, Tarzan et sa compagne, Tarzan, l’homme singe et Greystoke, la légende de Tarzan.

Les plus littéraires peuvent quant à eux savourer des lectures publiques du premier tome des aventures de Tarzan : Tarzan, seigneur de la jungle. Ainsi, Tarzan n’aura plus de secret pour vous !

Tarzan ! ou Rousseau chez les Waziri

Musée du quai Branly, Paris 7ème

Jusqu’au 27 septembre


www.quaibranly.fr

Mardi 30 Juin 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News